Halacha pour mercredi 23 Sivan 5778 6 juin 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Le principe « Mesure pour mesure » n’a pas disparu – La souffrance des animaux

Il est enseigné dans la Guémara traité Sotta (8a):
Rabbi Méïr dit : La mesure qu’un homme utilise sera celle avec laquelle on le mesurera.
Cela signifie que depuis le Ciel on agira envers l’homme exactement comme lui-même agit.
Comme nos maitres l’enseignent dans la Guémara (Chabbat 151b):
« Celui qui prend les autres en pitié, on le prendra en pitié depuis le Ciel. »
De même, nous trouvons à de nombreux endroits dans les enseignements de nos maitres, que les impies sont châtiés pour leurs actes à la mesure exacte de leurs fautes, alors que les Tsaddikim sont récompensés également à la même mesure que leurs bonnes actions.

C’est pour cette raison que nous trouvons dans le traité Sanhédrinn (90a):
Voici ceux qui n’ont pas droit au Monde Futur : Celui qui renie la Résurrection des morts dans la Torah.
Celui qui prétend que la Résurrection des morts - qui doit se produire dans les temps messianiques - ne possède pas de source claire dans la Torah, est privé lui-même de cette résurrection.
La Guémara demande : Pourquoi un si grand châtiment ? Car toutes les mesures d’Hachem ne sont que « Mesure pour mesure », cet homme a nié la Résurrection des morts, il n’aura donc pas sa part dans la Résurrection des morts.

Et de même à l’inverse, concernant la récompense aux Tsaddikim, nous trouvons dans la Guémara traité Chabbat (118a):
Rabbi Yo’hanann dit au nom de Rabbi Yossé : Celui qui donne du plaisir au Chabbat (par la nourriture et le sommeil), se verra recevoir un héritage sans limites, comme il est dit : « Alors tu te délecteras en Hachem et je te ferai dominer sur les hauteurs de la terre et jouir de l'héritage de ton aïeul Ya’akov ... ».

De même, il est expliqué encore dans la Guémara que celui qui donne du plaisir au Chabbat et qui veille à l’observer, sera épargné des souffrances des nations, on lui accordera également tous les souhaits de son cœur.
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.242) au nom de Rabbi Its’hak ABOHAB que si on lui accorde un héritage sans limite, c’est tout simplement « Mesure pour mesure », car il a dépensé de l’argent sans limite pour les besoins du Chabbat, ainsi on lui donne un héritage sans limite. De même, s’il est épargné des souffrances des nations, c’est parce qu’il a accepté le joug du Chabbat, on lui retire donc le joug des nations, et on lui accorde aussi les souhaits de son cœur afin qu’il puisse assouvir son désir de tout plaisir qu’il souhaite.

Il y a quelques mois, le Gaon Rabbi Aharon Leïb SHTEINMAN z.ts.l nous a quitté.
Dans son livre Matok Ha-Or, est citée une terrible histoire au sujet du principe « Mesure pour mesure ».
Un jour, un jeune étudiant en Torah, père de famille, se présenta devant le Gaon Rabbi Aharon Leïb SHTEINMAN z.ts.l en lui disant qu’il a un garçon qui souffre d’un terrible handicap puisqu’il est né avec une moitié de langue (Qu’Hchem nous en préserve !). Il a eu ensuite un autre garçon qui souffre d’un handicap similaire, et à présent son épouse est enceinte et les médecins lui conseillent d’aller procéder en urgence à des examens génétiques afin de savoir ce qu’il faut faire.
Cet Avre’h consulta donc Rabbi Aharon Leïb SHTEINMAN z.ts.l pour savoir ce qu’il devait faire.

Lorsque le Gaon entendit la question, il lui répondit immédiatement:
« Tu as un problème avec la langue ! Il y a une grande faute que tu as commise avec la langue ! »
L’Avre’h répondit au Gaon : « J’ai probablement dit du Lachon Ha-Ra’. »
Le Gaon lui répondit : « Non ! Beaucoup disent du Lachon Ha-Ra’ et ne sont pas punis de cette manière. »
L’Avre’h répondit : « Quelle est donc cette faute ?! »
Le Gaon lui dit : « Je ne sais pas. Réfléchis toi-même. »
L’Avre’h rentra chez lui très peiné.

Le lendemain, l’Avre’h se présenta de nouveau au Gaon et lui dit qu’il se souvenait qu’étant enfant, il avait attrapé des pigeons sur le toit de la maison, et leur avait arraché la langue.
Lorsque le Gaon entendit cela, il lui répondit immédiatement:
« C’est cette faute pour laquelle tu as été autant puni ! Fais Téchouva ! »
L’Avre’h entendit et avoua sa faute en versant de chaudes larmes, et s’engagea à se repentir complètement.
Effectivement, son épouse accoucha d’un enfant en parfaite santé.
(Le fait est tellement particulier que le Gaon Rabbi Aharon Leïb SHTEINMAN z.ts.l jugea lui-même qu’il était important de le citer dans son livre).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha