Halacha pour dimanche 13 Sivan 5778 27 mai 2018

Pour l’élévation de la Néshama de mon vénéré père Henri Ishoua ben Réphaël (PITOUN) z’’l

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Un testament qui ordonne d’exclure un des frères de la famille

Question: Notre défunte mère a ordonné dans son testament de ne pas rester en compagnie de l’un de nos frères durant les 7 jours, de ne plus jamais lui adresser la parole, et bien sûr de ne pas l’inviter à nos réjouissances. Il faut préciser que notre frère est un homme bon et qui craint le Ciel, et ce n’est qu’à cause de certaines difficultés et différentes raisons qu’il n’avait pas de bonnes relations avec notre mère. Comment devons-nous agir?

Réponse: Notre maitre le ROCH écrit dans l’une de ses responsa (règle 15 paragr.5, le TOUR le cite au chap.240 sect. H.M):
Un père qui ordonne à son fils de ne pas parler avec untel, ou bien de ne pas lui pardonner ce qu’il lui a fait, mais que le fils désire se réconcilier avec lui et ne s’en abstient que par crainte de l’ordonnance de son père, il ne doit pas prendre en considération l’ordre de son père, car il est interdit de haïr quiconque si l’on ne la pas vu commettre un interdit. Un tel père qui ordonne de haïr n’est pas habilité à faire transgresser à son fils les paroles de la Torah.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (ibid.).

Cela signifie que même s’il est un devoir de respecter ses parents aussi bien de leur vivant qu’après leur mort, malgré tout, puisque le fait de s’abstenir d’adresser la parole à quelqu’un est un comportement de haine, et que la Torah interdit aux juifs de se haïr mutuellement, par conséquent le fils ne doit pas écouter son père lorsqu’il lui ordonne de ne pas parler avec un autre juif.
Ce n’est que lorsqu’il s’agit d’une personne qui commet des transgressions – au point qu’il est dans ce cas un devoir de la haïr (pour ses actes) – qu’il y a lieu de prendre en considération les ordonnances du père et s’abstenir de parler avec cette personne.

C’est pourquoi le roi David ordonna à son fils Chélomo avant de quitter ce monde, de se venger de Chim’i Ben Guéra qui l’avait insulté, comme il est dit (livre des Rois I chap.2):
« Tu as aussi dans ton entourage Chim’i fils de Géra, de la tribu de Binyamine, de Ba’hourim: celui-là m'accabla des plus cruels outrages lorsque je me retirai à Ma’hanaïm… A présent, ne le laisse point impuni, car tu es un homme avisé; tu sauras comment en user avec lui, et tu feras descendre, ensanglantée, sa vieillesse dans la tombe. ».
En effet, le roi Chélomo observa l’ordre de son père, comme expliqué dans la suite des versets.

Or, selon vos propos, votre frère est un homme qui craint le Ciel, et la colère qu’avait votre mère envers lui provient de causes qui ne justifient pas son éloignement de la famille, et de façon certaine, ne justifient pas le testament ordonnant de ne plus lui adresser la parole. Par conséquent, il vous est interdit de respecter le testament de votre mère, et le mieux serait de convaincre votre frère de se rendre sur la tombe de votre mère pour lui demander pardon conformément au Din.
Et dorénavant, vous poursuivrez votre vie dans l’amour, la fraternité, la paix et l’amitié.

Dans votre sujet, un autre devoir particulier vous incombe : celui de vous éloigner des querelles et de vous comporter l’un envers l’autre avec amour et fraternité, car nous possédons une véritable attestation de notre sainte Torah selon laquelle Hachem désire que des frères soient toujours dans la paix et dans l’amour.
Nous apprenons cela du fait que la Torah interdit à l’homme d’épouser la sœur de sa femme, tant que sa femme est en vie (Vaykra 18-18).
Cela signifie qu’il est interdit à un homme d’épouser deux sœurs.
La raison à cet interdit est expliquée dans la Torah par le fait qu’Hachem désire que les deux sœurs vivent dans l’amour et la fraternité l’une avec l’autre, et il n’est pas de la volonté Divine que la haine s’introduise entre elles. Or, puisqu’en général les deux épouses d’un homme ne s’aiment pas entre elles, la Torah nous a donc mis en garde afin qu’un homme n’épouse pas deux sœurs, comme expliqué dans le commentaire du RAMBAN sur la Torah.

C’est pourquoi, même votre défunte mère – qui se trouve à présent dans le Monde de la Vérité – sait que tout ce qu’elle a ordonné n’est que futilités, et ses propos étaient totalement erronés, car elle désire – elle aussi – que vous continuiez à vivre dans l’amour et la fraternité.
Au contraire, les choses seront pour elle une satisfaction dans le Monde Supérieur.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, lundi 15 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha