Halacha pour mardi 18 Iyar 5780 12 mai 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le jour de Lag La’Omer (33ème jour du ‘Omer)

Aujourd’hui, nous sommes le 33ème jour du ‘Omer, jour où nous nous réjouissons de la Hiloula du saint Tana Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, que son mérite nous protège, Amen.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que l’une des choses spécifiques que nous trouvons chez Rabbi Chi’mon Bar Yo’haï et que nous ne trouvons chez aucun autre des grands parmi nos maitres, est le dévoilement des secrets de la Torah.
En effet, jusqu’à l’époque de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, l’autorisation de dévoiler les secrets de la Torah en public ne fut accordée à personne depuis le Ciel (comme nous le disons dans la Péti’hatt Eliyahou), jusqu’à l’apparition de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï qui eut le mérite de dévoiler les secrets de la Torah et de la Kabbala en public à des élèves justes et pieux.
L’une des raisons pour lesquelles Rabbi Chi’mon mérita ce que les autres Tanaïm n’ont pas mérité, est son dévouement sans limite dans l’assiduité de l’étude de la sainte Torah, comme l’enseignent nos maitres dans la Guémara Chabbat (11a):
« Par exemple Rabbi Chim’on Bar Yo’haï dont l’étude de la Torah est son métier ». Cela signifie que c’est avec gloire et honneur que le nom de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï bénéficia d’une telle renommée, car il était le plus digne de porter le qualificatif « Torato Oumanouto » (son étude de la Torah est son métier).

Tout ceci par le fait que Rabbi Chim’on Bar Yo’haï était fidèle à son opinion (Guémara Béra’hott 35b) selon laquelle il incombe au peuple d’Israël de s’adonner à l’étude de la Torah jour et nuit, comme il est dit : « Tu l’étudieras le jour et la nuit », au sens littéral du terme. Leur travail étant réalisé par les autres (« Des étrangers se lèveront et feront paitre vos troupeaux, des étrangers se chargeront de vos champs et de vos vignes »). Rabbi Chim’on Bar Yo’haï ne pouvait supporter l’idée que l’on puisse délaisser la vie éternelle pour s’adonner à des occupations d’une vie éphémère pour la subsistance matérielle (Parnassa). Ceci, parce qu’il connaissait parfaitement la valeur inestimable de l’étude de la sainte Torah. (Maor Israël-Darouchim, page 161).

Un jour, un élève de Rabbi Chim’on Bar Yo’haï quitta Erets Israël pour l’étranger, afin d’y faire des affaires. Au bout de quelques temps, il retourna en Israël et était devenu très riche. Tous ses compagnons d’étude le jalousaient et commençaient à penser qu’il était peut-être rentable pour eux aussi de quitter Israël pour un certain temps pour faire fortune, et de revenir ensuite en Israël et vive dans le confort.

Rabbi Chim’on Bar Yo’haï entendit les réflexions de ses élèves.
Il les réunit autour d’une vallée proche du mont Mérone.
Il pria et dit:
« Vallée ! Vallée ! Remplie-toi de pièces d’or ! »
La vallée commença à couler comme un fleuve de pièces d’or devant eux.
Les élèves étaient stupéfaits.
Rabbi Chim’on leur dit:
« Si c’est de l’or que vous vouliez, en voici ! Prenez ! Mais sachez que celui qui prendra maintenant, prendra aussi la part qui lui est réservée dans le Monde Futur, car la récompense à l’étude de la Torah n’existe pas dans ce monde-ci mais uniquement dans le Monde Futur, comme nos maitres l’enseignent dans la Guémara ‘Erouvinn (22a) : « Aujourd’hui » pour les accomplir (les Mitsvott), et « demain » pour en recevoir la récompense.

Nous apprenons de là ce qui est essentiel et ce qui est secondaire.
Quelles sont les choses véritablement importantes dans notre vie.
Pour quels buts devons-nous dépenser toutes nos forces et notre temps.
Vers quelles directions devons-nous orienter nos garçons et nos filles.

« Sache que la récompense des Tsadikim est dans les temps futurs. »

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha