Halacha pour mardi 27 Nissan 5780 21 avril 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Ecouter de la musique pendant la période du ‘Omer

Depuis la destruction du Temple, nos maitres ont interdit d’écouter des instruments de musiques (traité Guittinn 7a). Cela signifie que chanter a capella (sans musique) est permis. Mais écouter de la musique produite par des instruments est interdit, excepté dans le cadre d’une réjouissance de Mitsva, où il est permis de le faire, comme tel est l’usage dans toutes les communautés du peuple d’Israël, dans des réjouissances de Mitsva comme un mariage ou autre, on fait venir des musiciens et on chante des chants de gloire en l’honneur d’Hachem.

Dans les dernières générations, nos maitres les décisionnaires se sont longuement étendus sur le sujet, et ont conclus que dans la pratique, il est permis selon le Din d’écouter durant toute l’année de la musique accompagnée d’instruments lorsque celle-ci est enregistrée, ou bien diffusée à la radio ou sur un appareil diffuseur de musique, et ceci même lorsqu’il ne s’agit pas d’une réjouissance de Mitsva. Tel est l’usage répandu même chez les grands de la génération, les plus pieux et les plus justes. Ils écoutent des chants sacrés enregistrés, qui procurent un éveil du cœur et motivent à s’attacher à Hachem, en donnant de l’apaisement et du repos à l’âme.

Par contre, pendant la période du ‘Omer, où – comme nous l’avons expliqué – sont arrivés les événements tragiques de la disparition des 24 000 élèves de Rabbi ‘Akiva, le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l écrit (Chou’t Iguérott Moché O.H chap.166) qu’il faut s’imposer la rigueur de ne pas écouter de musique, même enregistrée. Son avis est partagé par d’autres grands décisionnaires contemporains, et parmi eux notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.

Par conséquent, même si durant toute l’année nous autorisons à écouter de la musique enregistrée, pendant la période du ‘Omer il est juste de s’imposer la rigueur sur ce point.

Cependant, lors d’une réjouissance de Mitsva pendant cette période, comme une fête de Bar Mitsva, une Brit Mila, ou une fête en l’honneur de l’achèvement de l’étude d’un traité talmudique, il est permis d’écouter des chants sacrés et des mélodies accompagnés d’instruments, car puisqu’il s’agit d’une réjouissance de Mitsva, il faut autoriser. En effet, même dans l’essentiel de l’institution de nos maitres de ne pas jouer de musique depuis la destruction du Temple, ils ont autorisé lorsqu’il s’agit d’une réjouissance de Mitsva. La règle est donc la même pendant la période du ‘Omer.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit encore à ce sujet (dans son livre Hazon Ovadia-Yom Tov page 259) que si l’on désire organiser une fête en l’honneur de l’introduction d’un nouveau Séfer Torah pendant la période du ‘Omer, il est permis de le faire même avec des instruments de musique, car il s’agit d’une réjouissance liée à une grande Mitsva.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha