Halacha pour mercredi 8 Adar 5780 4 mars 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Les femmes et le devoir de la lecture de la Méguila – Goûter quelque chose avant la lecture de la Méguila

Question: Notre tradition veut que les femmes n’écoutent la Méguila que le soir et non la journée. Notre usage est-il conforme à la Halacha?

Réponse: Il n’y a aucune différence entre les hommes et les femmes concernant la lecture de la Méguila, car même les femmes sont tenues d’écouter la Méguila, exactement au même titre que les hommes, puisqu’elles ont elles aussi bénéficié du Miracle du sauvetage qui s’est produit du temps de Mordéh’aï et Esther. De plus, le Miracle s’est produit par le biais d’une femme : Esther.
Elles sont d’autant plus soumises à cette obligation concernant la lecture de la journée puisque celle-ci est davantage rigoureuse que celle du soir.

Dans certains endroits, les femmes n’écoutaient la Méguila que le soir et pas le matin.
Dans son livre Taba’att Ha-Méle’h (début des règles relatives à Pourim), notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l cite les propos du Chou’t « Maïm ‘Haïm » selon qui, « … leur usage était de ne pas lire la Méguila aux femmes la journée. Le Maïm ‘Haïm cite ensuite l’étonnement d’un autre Rav, mais qui s’appuie ensuite sur les propos du livre « Méoré Or » qui écrit qu’en réalité il n’y aurait réellement d’obligation de lire deux fois la Méguila (soir et journée) qu’à titre de souvenir du miracle pour lequel ils ont imploré jour et nuit au moment de leur détresse, comme il est dit : « Mon D. ! Je t’implore le jour même si tu ne me réponds pas, et je ne me tairais pas la nuit. », et de ce fait, ils n’ont pas voulu imposer une deuxième lecture aux femmes, probablement occupées aux préparatifs de Pourim qui sont également une Mitsva. Or, celui qui est occupé à une Mitsva est exempt d’une autre Mitsva. » Fin de citation des propos du Chou’t Maïm ‘Haïm, venant justifier l’usage selon lequel les femmes seraient exemptes de la lecture de la journée.

Mais notre grand maitre le Rav z.ts.l – après avoir cité tout cela – écrit que tous ces propos sont absurdes, et ne méritent pas d’être prononcés, car il est certain que toute femme craignant Hachem a la possibilité de trouver un temps durant la journée pour accomplir le devoir de la Méguila, qui représente l’essentiel de la Mitsva de Pourim, tel que le font toutes les femmes vertueuses du peuple d’Israël en tout endroit. Il n’y a pas de doute qu’un tel « Minhag » de femmes dédaignant la lecture de la Méguila en journée, n’est pas une tradition ancienne, enracinée dans les enseignements de nos maitres les décisionnaires, mais plutôt un usage usité par les ignorants, puisqu’il s’agit d’un usage qui va à l’encontre de notre Talmud, et à l’encontre de tous les propos des décisionnaires
Il est une Mitsva d’abolir cet usage qui n’a aucun fondement Halachique.

Par conséquent, les femmes sont soumises à l’obligation de la Méguila, aussi bien le soir que la journée, exactement comme les hommes, et il est interdit de se montrer négligeant sur ce point.

Consommer avant la lecture de la Méguila
Il est interdit de manger avant la lecture de la Méguila.
Par conséquent, les femmes qui ne peuvent pas se rendre à la synagogue pour la lecture de la Méguila, et attendent le retour de leurs maris pour aller écouter à leur tour la Méguila, doivent veiller le jour de Pourim à ne pas manger tant qu’elles n’ont pas encore entendu la Méguila.

Cependant, il est permis de boire du café ou du thé, ou bien de consommer des fruits avant la lecture de la Méguila, ou bien des pâtisseries ou même du pain en quantité inférieure à Kabétsa (inférieure à 54 g).
La personne qui s’impose la H’oumra (la rigueur) de ne rien consommer du tout avant la lecture de la lecture de la Méguila, est digne de La Bénédiction.

Le soir de Pourim, dans les endroits où l’on lit la Méguila immédiatement à la sortie du jeûne d’Esther, les femmes sont autorisées même Lé’haté’hila (à priori) à consommer des fruits ou un peu de pâtisseries ou un café ou un thé, et n’ont pas besoin de rester à jeun jusqu’à après la lecture de la Méguila. (C’est ainsi que tranche notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion le Rav Its’hak YOSSEF Chlita dans son livre Yalkout Yossef nouvellement édité, page 556)

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha