Halacha pour lundi 26 Cheshvan 5782 1 novembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Un ustensile non-Cacher (Taref) qui s’est mélangé à d’autres ustensiles

Question: Ma fille a introduit par erreur une cuillère « viande » dans une casserole contenant du lait bouillant. Elle ne s’est rendu compte de cela que quelques temps plus tard, après avoir lavé tous les ustensiles, et la cuillère a été rangée avec toutes les autres cuillères « viande » de la maison.
Dois-je procéder à la Cachérisation (par Hag’ala) de toutes les cuillères « viandes »?

Réponse: Nous avons déjà expliqué à plusieurs occasions que dès lors où l’on utilise un ustensile avec de la nourriture chaude, les parois de l’ustensile absorbent le goût de l’aliment. C’est pour cela que tous les ustensiles que nous utilisons avec du lait ou des laitages, sont appelés « ustensiles lait » (« ‘Halavi »).
De même, tous les ustensiles que nous utilisons avec de la viande, sont appelés « ustensiles viande » (« Bassari »).

Lorsqu’un ustensile est imprégné d’un goût « viande » - par exemple, lorsqu’on fait cuire de la viande dans une marmite – si l’on fait cuire ensuite du lait dans cette même marmite, le lait deviendra interdit à la consommation, car il aura reçu le goût « viande » de la marmite dans laquelle il a cuit.

Un ustensile qui a servit durant les dernières 24 heures (« Ben Yomo »)
Cependant, cette règle est exacte seulement si le lait a cuit dans un ustensile qui était « Ben Yomo ». C'est-à-dire : Une marmite dans laquelle on avait cuit de la viande durant les dernières 24 heures.
En effet, ce n’est que dans ce cas précis que le goût « viande » imprégné dans les parois de la marmite est encore un goût frais.
Ce goût est en effet rejeté des parois de la marmite, et en se mélangeant au lait il le rend interdit à la consommation par ordonnance de la Torah (Min Ha-Torah).
Mais s’il s’était écoulé 24 heures depuis la dernière cuisson viande dans cette marmite lors de l’incident, nous n’interdisons pas le lait à la consommation, car il n’aura pas reçu un goût frais de viande, mais seulement un goût « détérioré » (« Ta’am Pagoum »), c'est-à-dire, un mauvais goût, d’une viande vieille dont le goût s’est déjà détérioré dans les parois de la marmite, et un tel goût n’a pas la force d’interdire un aliment à postériori (Bédi’avad).
Nous précisions « à postériori » car à priori (Lé’hatéhila), il est strictement interdit de cuire du lait dans une marmite « viande », car nos maitres ont décrété qu’il est interdit d’utiliser des ustensiles « viande » pour y cuire des laitages, même après 24 heures depuis la dernière cuisson viande.
Ce n’est que lorsque cela s’est produit malencontreusement et non sciemment, et que 24 heures s’étaient écoulées depuis la dernière cuisson viande au moment de l’incident, que le lait n’est pas interdit à la consommation dans ce cas.
(Cependant, la marmite devient interdite à l’utilisation puisqu’elle est à présent absorbée à la fois d’un goût « viande » et d’un goût « lait ». il faudra donc la Cachériser de nouveau, en procédant à la « Hag’ala » - immersion dans l’eau bouillante, comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises).

Un ustensile qui s’est mélangé à d’autres ustensiles
A présent, concernant le sujet de notre question, où la fille a pris malencontreusement une cuillère « viande » et l’a introduite dans une casserole contenant du lait bouillant, cette cuillère est maintenant interdite à l’utilisation puisqu’elle est imprégnée à la fois d’un goût de viande et d’un goût de lait.
Il faut donc la Cachériser en l’immergeant dans de l’eau bouillante arrivée à ébullition (Hag’ala), et ensuite il sera de nouveau permis de l’utiliser.

Mais dans notre cas, la cuillère s’est mélangée à toutes ls autres cuillères « viandes » de la maison. Nous devons donc définir s’il y a ou pas l’obligation dans ce cas précis de Cachériser par Hag’ala toutes les cuillères « viandes ».

MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (Yoré Dé’a chap.102) en ces termes:
« Un ustensile qui est devenu interdit par absorption d’un interdit alimentaire, s’il s’est mélangé à d’autres et qu’il n’est pas distinguable, il s’annule dans la majorité. »
Cela signifie qu’étant donné que l’ustensile s’est mélangé à de nombreux autres ustensiles, il s’annule en eux, et nous n’obligeons pas dans ce cas à Cachériser tous les ustensiles, car selon le Din, la cuillère « s’est annulée dans une majorité », et tous les ustensiles sont dans ce cas autorisés à l’utilisation pour les aliments viandes.

Cependant, nos maitres les décisionnaires débattent afin de définir s’il y a ou pas une obligation d’attendre malgré tout 24 heures avant d’utiliser ces cuillères, car durant 24 heures il y aura de façon certaine un goût de lait absorbé dans la paroi de la cuillère, et au-delà de 24 heures le goût deviendra détérioré (« Ta’am Pagoum »), il deviendra permis selon la Torah et ne sera interdit que par décret de nos maitres, et il sera alors possible de se fier au fait que la cuillère s’est annulée dans les autres cuillères.

Sur le plan pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche (dans Halichott ‘Olam vol.7 page 87) que dans un tel cas il est bon d’attendre et de ne pas utiliser ces cuillères avant que ne s’écoulent 24 heures, et il sera alors permis d’utiliser toutes les cuillères sans même procéder à la Hag’ala pour aucune d’entre elles.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha