Halacha pour lundi 26 Cheshvan 5782 1 novembre 2021

Un ustensile non-Cacher (Taref) qui s’est mélangé à d’autres ustensiles

Question: Ma fille a introduit par erreur une cuillère « viande » dans une casserole contenant du lait bouillant. Elle ne s’est rendu compte de cela que quelques temps plus tard, après avoir lavé tous les ustensiles, et la cuillère a été rangée avec toutes les autres cuillères « viande » de la maison.
Dois-je procéder à la Cachérisation (par Hag’ala) de toutes les cuillères « viandes »?

Réponse: Nous avons déjà expliqué à plusieurs occasions que dès lors où l’on utilise un ustensile avec de la nourriture chaude, les parois de l’ustensile absorbent le goût de l’aliment. C’est pour cela que tous les ustensiles que nous utilisons avec du lait ou des laitages, sont appelés « ustensiles lait » (« ‘Halavi »).
De même, tous les ustensiles que nous utilisons avec de la viande, sont appelés « ustensiles viande » (« Bassari »).

Lorsqu’un ustensile est imprégné d’un goût « viande » - par exemple, lorsqu’on fait cuire de la viande dans une marmite – si l’on fait cuire ensuite du lait dans cette même marmite, le lait deviendra interdit à la consommation, car il aura reçu le goût « viande » de la marmite dans laquelle il a cuit.

Un ustensile qui a servit durant les dernières 24 heures (« Ben Yomo »)
Cependant, cette règle est exacte seulement si le lait a cuit dans un ustensile qui était « Ben Yomo ». C'est-à-dire : Une marmite dans laquelle on avait cuit de la viande durant les dernières 24 heures.
En effet, ce n’est que dans ce cas précis que le goût « viande » imprégné dans les parois de la marmite est encore un goût frais.
Ce goût est en effet rejeté des parois de la marmite, et en se mélangeant au lait il le rend interdit à la consommation par ordonnance de la Torah (Min Ha-Torah).
Mais s’il s’était écoulé 24 heures depuis la dernière cuisson viande dans cette marmite lors de l’incident, nous n’interdisons pas le lait à la consommation, car il n’aura pas reçu un goût frais de viande, mais seulement un goût « détérioré » (« Ta’am Pagoum »), c'est-à-dire, un mauvais goût, d’une viande vieille dont le goût s’est déjà détérioré dans les parois de la marmite, et un tel goût n’a pas la force d’interdire un aliment à postériori (Bédi’avad).
Nous précisions « à postériori » car à priori (Lé’hatéhila), il est strictement interdit de cuire du lait dans une marmite « viande », car nos maitres ont décrété qu’il est interdit d’utiliser des ustensiles « viande » pour y cuire des laitages, même après 24 heures depuis la dernière cuisson viande.
Ce n’est que lorsque cela s’est produit malencontreusement et non sciemment, et que 24 heures s’étaient écoulées depuis la dernière cuisson viande au moment de l’incident, que le lait n’est pas interdit à la consommation dans ce cas.
(Cependant, la marmite devient interdite à l’utilisation puisqu’elle est à présent absorbée à la fois d’un goût « viande » et d’un goût « lait ». il faudra donc la Cachériser de nouveau, en procédant à la « Hag’ala » - immersion dans l’eau bouillante, comme nous l’avons expliqué à plusieurs reprises).

Un ustensile qui s’est mélangé à d’autres ustensiles
A présent, concernant le sujet de notre question, où la fille a pris malencontreusement une cuillère « viande » et l’a introduite dans une casserole contenant du lait bouillant, cette cuillère est maintenant interdite à l’utilisation puisqu’elle est imprégnée à la fois d’un goût de viande et d’un goût de lait.
Il faut donc la Cachériser en l’immergeant dans de l’eau bouillante arrivée à ébullition (Hag’ala), et ensuite il sera de nouveau permis de l’utiliser.

Mais dans notre cas, la cuillère s’est mélangée à toutes ls autres cuillères « viandes » de la maison. Nous devons donc définir s’il y a ou pas l’obligation dans ce cas précis de Cachériser par Hag’ala toutes les cuillères « viandes ».

MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (Yoré Dé’a chap.102) en ces termes:
« Un ustensile qui est devenu interdit par absorption d’un interdit alimentaire, s’il s’est mélangé à d’autres et qu’il n’est pas distinguable, il s’annule dans la majorité. »
Cela signifie qu’étant donné que l’ustensile s’est mélangé à de nombreux autres ustensiles, il s’annule en eux, et nous n’obligeons pas dans ce cas à Cachériser tous les ustensiles, car selon le Din, la cuillère « s’est annulée dans une majorité », et tous les ustensiles sont dans ce cas autorisés à l’utilisation pour les aliments viandes.

Cependant, nos maitres les décisionnaires débattent afin de définir s’il y a ou pas une obligation d’attendre malgré tout 24 heures avant d’utiliser ces cuillères, car durant 24 heures il y aura de façon certaine un goût de lait absorbé dans la paroi de la cuillère, et au-delà de 24 heures le goût deviendra détérioré (« Ta’am Pagoum »), il deviendra permis selon la Torah et ne sera interdit que par décret de nos maitres, et il sera alors possible de se fier au fait que la cuillère s’est annulée dans les autres cuillères.

Sur le plan pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche (dans Halichott ‘Olam vol.7 page 87) que dans un tel cas il est bon d’attendre et de ne pas utiliser ces cuillères avant que ne s’écoulent 24 heures, et il sera alors permis d’utiliser toutes les cuillères sans même procéder à la Hag’ala pour aucune d’entre elles.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

SI LAVA SUS MANOS Y DECIDE NO COMER

Pregunta: si realizó el lavado ritual de manos –netilat yadaim- y ya en medio de la comida decide no continuar comiendo pan ¿qué debe hacer? Respuesta: Como vimos anteriormente, la persona que se dispone a comer sólo un trozo de pan menor a “cabet......

Lire la Halacha

EL ENCENDIDO DE LAS LUMINARIAS DE JANUCÁ

PRECEPTO DEL ENCENDIDO. Todos los ocho días de Janucá  -siendo para el año 5782, comenzará el domingo 28 de noviembre por la noche, es decir víspera del lunes- es una mitzvá encender luminarias. Los sefaradim acostumbran a encender un candelabro por fa......

Lire la Halacha

BIRKAT HAMAZON CAMINANDO

Pregunta: Si come mientras está caminando ¿puede pronunciar el Birkat Hamazon asimismo caminando? Respuesta: Como vimos en la entrega anterior, el Birkat Hamazon debe pronunciarse sentado. Esto se concluye del Talmud (Berajot 51ª) donde se estudia que incluso si la pe......

Lire la Halacha

ALIMENTOS PRINCIPALES Y SECUNDARIOS

El Talmud (Berajot 44ª) enseña: Si le ofrecen –al hombre- un alimento sumamente salado- o dulce por demás- (ver tosafot  Ib) como comida principal y la  acompañan con un trozo de pan, pronunciará la bendición correspondiente al a......

Lire la Halacha


BENDICION FINAL BORE NEFASHOT

Como hemos visto oportunamente, existen alimentos cuya bendición final es “nefashot”, se trata de alimentos como por ej. Verduras frescas, una zanahoria o frutos que no pertenecen a las especies con que fue bendita la tierra de Israel o bebidas. El texto de esta bendició......

Lire la Halacha

ALIMENTOS MEZCLADOS 1

En la entrega anterior, hablamos sobre la legislación de dos alimentos cuyas bendiciones son diferentes y uno de ellos se considera principal y otro secundario a éste, en cuyo caso bendice sólo por el alimento principal y exime al secundario. Por lo tanto, si consume un alimento......

Lire la Halacha

BIRKAT HAMAZON SENTADO

Pregunta:  Está permitido pronunciar Birkat Hamazon mientra se camina o es necesario sentarse? Respuesta: Del Talmud (Berajot 51ª) se concluye que el Birkat Hamazon se debe pronunciar sentado, y así lo dictamina Maran (Sh. Aruj cap. 183). El motivo por el cual Birk......

Lire la Halacha

ALIMENTOS PRINCIPALES Y SECUNDARIOS –CONTINUACIÓN-

Pregunta: La persona que come un trozo de pescado acompañado de pan ¿exime la bendición del pescado al pan por ser secundario a éste? Respuesta: como vimos anteriormente, existen alimentos importantes y los secundarios a estos. Tafel veikar, como en el caso d......

Lire la Halacha