Halacha pour jeudi 22 Cheshvan 5782 28 octobre 2021

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il faut avaler une partie de l’aliment, et ce n’est qu’à ce moment qu’il sera permis de parler.
Mais si l’on a seulement gouté l’aliment, mais qu’on ne l’a pas encore avalé, on ne doit pas parler.

Cependant, à postériori, si l’on s’est interrompu verbalement après avoir seulement gouté l’aliment, on ne récite pas de nouveau la bénédiction, car celle-ci a été essentiellement instaurée sur la satisfaction du goût de l’aliment, même sans avaler.

Lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment et que l’on entend une autre bénédiction, ou un Kaddich
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’étant donné qu’il est interdit de s’interrompre entre la bénédiction et la consommation, de ce fait, même s’il arrive qu’une personne récite une bénédiction et avant de mettre l’aliment dans la bouche elle entend quelqu’un d’autre réciter une autre bénédiction, ou bien un Kaddich, elle ne doit pas s’interrompre pour répondre « Amen », car il est catégoriquement interdit de s’interrompre par la moindre parole entre la bénédiction et la consommation.
La personne qui s’interrompt entre la bénédiction et la consommation, a récité une bénédiction en vain.
Ce phénomène est fréquent lors de Sé’oudott de Azkarott, ou bien aussi lors des « Sé’oudott Aménim » organisées de notre époque par les dames, où chacun et chacune récite des bénédictions sur des aliments, et il arrive parfois que quelqu’un récite une bénédiction et sans avoir eu le temps de mettre l’aliment dans la bouche son voisin en récite une lui aussi, dans un tel cas il est interdit de répondre Amen jusqu’à avoir gouté l’aliment.

Lorsqu’on a gouté l’aliment et que l’on entend une bénédiction
Mais notre maitre le Rav z.ts.l précise que si une personne a au moins gouté un aliment et sans avoir le temps de l’avaler, elle entend une bénédiction ou un Kaddich récités par quelqu’un d’autre à ses côtés, cette personne ne doit pas attendre d’avaler pour répondre Amen, elle doit répondre avant d’avaler.
Cependant, il est évident que si l’aliment se trouve véritablement proche de la gorge, et que l’on ne peut pas répondre dans ces conditions, on ne doit pas répondre verbalement mais se contenter seulement de penser le « Amen ».

Réciter une bénédiction sur un Chewing Gum
A partir de tout ceci, nous apprenons également une Halacha au sujet du Chewing Gum. En effet, le Chewing Gum ne possède réellement que du goût, et de ce fait, selon une opinion Halachique, il ne faudrait pas réciter de bénédiction sur le Chewing Gum.
Mais notre maitre le Rav z.ts.l réfute cette opinion, car dès que l’aliment procure une satisfaction à la bouche, nous sommes tenus de réciter une bénédiction sur l’aliment.
En
particulièrement pour le Chewing Gum qui contient des matières concrètes, comme le sucre et les autres matières de sa composition qui pénètrent le corps du consommateur, et dans de telles conditions, il est certain qu’il faut réciter la bénédiction sur sa consommation selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

MOTZI – MATZA

La matza con la que es apropiado cumplir el precepto la noche de Pesaj es la denominada “matza shemura” o sea controlada desde el mismo momento en que se segó el trigo que no tome contacto con el agua. Asimismo, esta matza debe ser realizada a mano para que la misma se realice con......

Lire la Halacha

APLAUSOS Y PERCUSIÓN SOBRE LA MESA EN SHABBAT

El Talmud (Betza 30ª) afirma que no se puede bailar o aplaudir en Shabbat o Yom Tob, y aclara más adelante (36ª) que este decreto es debido a la posibilidad de que, en caso de utilizar un instrumento musical, se componga el mismo. Significa, que nuestros sabios prohibieron interp......

Lire la Halacha

EL CUIDADO EN TODO LO RELACIONADO AL HAMETZ

Está escrito en la Tora (Shemot 13): Durante siete días comerás matzá y no se verás leudos y no verás leudantes en todas tus moradas. Y en el Talmud (Pesajim 21ª) estudian nuestros sabios que el hametz –producto leudo- no sólo está......

Lire la Halacha

EMICIÓN DE SONIDOS Y SILBIDOS EN SHABBAT

El Talmud (Eruvim 104ª) enseña que está prohibido interpretar música en Shabbat o Yom Ton –festividad- con un instrumento musical. Esta prohibición obedece a un decreto rabínico originado en la posibilidad de que la persona afina o componga el instrument......

Lire la Halacha


JUGUETES MUSICALES EN SHABBAT

Pregunta: Se le puede facilitar a los niños juguetes que producen sonido en Shabbat, como muñecos que emiten sonidos al moverse, etc.? Respuesta: Como vimos en la entrega anterior, producir sonidos con objetos, silbatos o simplemente golpeando una tabla está prohibido hacerlo......

Lire la Halacha

BESAR LA MANO DEL PADRE

Pregunta: Es preciso besar la mano de los padres la noche de Shabbat cuando se recibe la bendición de boca de losmismos? Respuesta: El Talmud (Avodá Zará 17ª) relata que el amorá –sabio del Talmud- Ulá, besaba la mano de su padre cuando regr......

Lire la Halacha

PARASHAT ZAJOR

El Shabbat anterior a Purim es denominado Shabbat Zajor, pues en el mismo se da lectura en la Torá no sólo a la porción semanal, este año parashat Tetzaveh, sino también se lee la porción de zajor:Recuerda lo que te hizo Amalek cuando saliste de Egipto, en o......

Lire la Halacha

REZAR EN PIJAMA

Pregunta: Está permitido rezar en pijama) Respuesta: como vimos en la entrega anterior, el Talmud (Shabbat 9) afirma que la persona que se dispone a orar debe prepararse en forma adecuada, como exhorta el profeta Amos: “Prepárate para ir al encuentro de tu D-os, Isra......

Lire la Halacha