Halacha pour jeudi 22 Cheshvan 5782 28 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il faut avaler une partie de l’aliment, et ce n’est qu’à ce moment qu’il sera permis de parler.
Mais si l’on a seulement gouté l’aliment, mais qu’on ne l’a pas encore avalé, on ne doit pas parler.

Cependant, à postériori, si l’on s’est interrompu verbalement après avoir seulement gouté l’aliment, on ne récite pas de nouveau la bénédiction, car celle-ci a été essentiellement instaurée sur la satisfaction du goût de l’aliment, même sans avaler.

Lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment et que l’on entend une autre bénédiction, ou un Kaddich
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’étant donné qu’il est interdit de s’interrompre entre la bénédiction et la consommation, de ce fait, même s’il arrive qu’une personne récite une bénédiction et avant de mettre l’aliment dans la bouche elle entend quelqu’un d’autre réciter une autre bénédiction, ou bien un Kaddich, elle ne doit pas s’interrompre pour répondre « Amen », car il est catégoriquement interdit de s’interrompre par la moindre parole entre la bénédiction et la consommation.
La personne qui s’interrompt entre la bénédiction et la consommation, a récité une bénédiction en vain.
Ce phénomène est fréquent lors de Sé’oudott de Azkarott, ou bien aussi lors des « Sé’oudott Aménim » organisées de notre époque par les dames, où chacun et chacune récite des bénédictions sur des aliments, et il arrive parfois que quelqu’un récite une bénédiction et sans avoir eu le temps de mettre l’aliment dans la bouche son voisin en récite une lui aussi, dans un tel cas il est interdit de répondre Amen jusqu’à avoir gouté l’aliment.

Lorsqu’on a gouté l’aliment et que l’on entend une bénédiction
Mais notre maitre le Rav z.ts.l précise que si une personne a au moins gouté un aliment et sans avoir le temps de l’avaler, elle entend une bénédiction ou un Kaddich récités par quelqu’un d’autre à ses côtés, cette personne ne doit pas attendre d’avaler pour répondre Amen, elle doit répondre avant d’avaler.
Cependant, il est évident que si l’aliment se trouve véritablement proche de la gorge, et que l’on ne peut pas répondre dans ces conditions, on ne doit pas répondre verbalement mais se contenter seulement de penser le « Amen ».

Réciter une bénédiction sur un Chewing Gum
A partir de tout ceci, nous apprenons également une Halacha au sujet du Chewing Gum. En effet, le Chewing Gum ne possède réellement que du goût, et de ce fait, selon une opinion Halachique, il ne faudrait pas réciter de bénédiction sur le Chewing Gum.
Mais notre maitre le Rav z.ts.l réfute cette opinion, car dès que l’aliment procure une satisfaction à la bouche, nous sommes tenus de réciter une bénédiction sur l’aliment.
En
particulièrement pour le Chewing Gum qui contient des matières concrètes, comme le sucre et les autres matières de sa composition qui pénètrent le corps du consommateur, et dans de telles conditions, il est certain qu’il faut réciter la bénédiction sur sa consommation selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha