Halacha pour lundi 15 Cheshvan 5781 2 novembre 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Tuer des poux pendant Chabbat

Question: Est-il permis de tuer des poux pendant Chabbat?

Réponse: L’une des activités interdites pendant Chabbat est celle de « retirer la vie » (« Nétilatt Néchama »). Par exemple, faire la Ché’hita (abatage rituel) d’une bête pendant Chabbat pour en consommer la viande, est interdit pendant Chabbat à ce titre.

Dans la Guémara Chabbat (107b), nos maitres apprennent l’interdiction de retirer la vie à partir du Michkan, dans lequel on avait besoin d’abattre les « Elim Méodamim » (rennes dont les peaux étaient teintes en rouge) pour constituer les tentures du Michkan. Nos maitres enseignent que l’interdiction de retirer la vie ne concerne que les animaux qui se reproduisent, mais il est permis de tuer pendant Chabbat des animaux qui ne se reproduisent pas.
Par conséquent, nos maitres enseignent qu’il est permis de tuer pendant Chabbat les poux qui se trouvent parfois dans les cheveux, car les poux ne se reproduisent pas, mais sont créés par la sueur de la tête. C’est ainsi que tranche notre maitre le RAMBAM (chap.11 des règles relatives à Chabbat), ainsi que MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.316).

Mais voici qu’il y a environ plus de 200 ans, un des Guéonim d’Italie – Rabbi Its’hak LAMPERONTI z.ts.l – se pencha (dans son ouvrage Pa’had Its’hak) sur une nouvelle découverte faite par les scientifiques de son époque, selon laquelle les poux se reproduisent par un mâle et une femelle comme tous les animaux, et selon cela, il serait interdit de tuer des poux pendant Chabbat. Il écrit qu’il envoya la question à son maitre le Gaon Mahar’’i BRIAL z.ts.l, qui lui répondit que nous ne devons rien changer des enseignements que nous ont transmis nos maitres, même si les propos des scientifiques les contredisent.

Le Gaon Rabbi Eliyahou DESLER z.ts.l – dans son livre Mi’htav MéElyahou (vol.4) – écrit lui-aussi que toutes les lois qui prennent leur fondement dans le Talmud, nos maitres les ont reçus par transmission de la bouche de maitre à élève. Ils ont donné une raison à chacune de ces lois et de ce fait, même si la raison pourrait changer, la règle n’en serait aucunement modifiée pour autant.
Le Gaon Rabbi Its’hak Eizik Ha-Lévy HERTZOG z.ts.l écrit des propos similaires dans son livre Chou’t Hé’hal Its’hak (chap.29).

De notre temps, quelques auteurs se sont levés et ont écrit que nos maitres du Talmud se sont trompé dans leur définition des choses en disant que les poux ne se reproduisent pas, car il est de notoriété aujourd’hui que les poux se reproduisent. Cela signifierait que parmi tous nos saints maitres, les maitres du Talmud, les Guéonim, les décisionnaires médiévaux, aucun d’entre eux n’aurait su une telle chose, que les poux se reproduisent (?!)
Cependant, nous devons malgré tout réfléchir, car toute femme sait que se trouvent parfois des poux sur les têtes de ses enfants, et parmi ces poux se trouvent parfois des lentes. Cela prouve bien que les poux se reproduisent, mais il est impossible de dire que nos maitres n’avaient pas connaissance de cette information. De plus, nos maitres ont établis à partir d’un véritable enseignement que seuls les animaux qui se reproduisent sont concernés par l’interdiction de retirer la vie pendant Chabbat et non ceux qui ne se reproduisent pas. Selon cela, si nous disons qu’il n’existe pas d’animaux qui ne se reproduisent pas, il n’y aurait donc plus aucun sens à cet enseignement de nos maitres qu’ils ont reçu – de façon certaine – de maitre à élève depuis Moché Rabbénou.

En réalité, nos maitres du Talmud ont déjà de leur temps fait mention des lentes, comme stipulé dans Pirké Dé-Ribbi Eli’ezer (chap.26 édition Horev).
De même, les lentes sont mentionnées dans le livre Ohel Mo’ed rédigé par l’un des décisionnaires médiévaux.
RACHI laisse entendre lui-aussi (dans son commentaire sur la Guémara ‘Avoda Zara 3b) que les lentes existent.
Et malgré tout cela, aucun d’entre eux n’a envisagé de contredire les propos de nos maitres du Talmud pour autant, et de dire qu’il serait interdit de tuer des poux pendant Chabbat.

Même les chercheurs de notre temps admettent qu’il est possible que les poux se reproduisent en pondant un œuf, mais pas au moyen d’un accouplement mâle et femelle comme les autres animaux. La femelle seule peut pondre des œufs, et une telle reproduction n’entre pas dans le cadre d’une reproduction comme celle de rennes ou de taureaux ou autres animaux qu’il y avait du temps du Michkan.
Par conséquent, il est permis de tuer des poux pendant Chabbat même de notre époque. (Il existe des divergences d’opinion même parmi les scientifiques eux-mêmes).

Dans tous les propos de nos maitres les décisionnaires médiévaux, sont expliquées les différentes catégories d’insectes et rampants, pour lesquels nos maitres ont précisé lesquels se reproduisent et lesquels ne se reproduisent pas. Ils ont écrit les noms de ces insectes en arabe et en français, et jusqu’aujourd’hui, ces insectes portent les mêmes noms. Cela prouve clairement que nos maitres les décisionnaires médiévaux maitrisaient parfaitement les différentes catégories d’insectes et savaient avec précision quelle catégorie se reproduisait et quelle catégorie ne se reproduisait pas. Ils ont écrit au sujet des poux de notre époque qu’ils ne se reproduisent pas.
C’est ce qui est écrit explicitement dans les écrits de l’un de nos anciens maitres médiévaux – le RAVEYA [Rabbi Eli’ezer Bar Yoël Ha-Lévy] (vol.1 traité Chabbat chap.136) – qu’au même titre qu’il est permis de tuer des poux pendant Chabbat, ainsi il est également permis de tuer des lentes pendant Chabbat, et cela ne représente aucun interdit, ni à titre de chasser, ni à titre de retirer la vie.
Cela prouve donc qu’il connaissait l’existence des lentes, et il n’a pas pour autant modifier la règle.

C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l à plusieurs endroits des ses ouvrages (entre autres ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.5 page 128) que nous ne devons pas bouger de la décision de nos maitres du Talmud, de nos maitres les décisionnaires médiévaux et de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h, et il est permis de tuer des poux pendant Chabbat même de notre époque.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha