Halacha pour mercredi 23 Tammuz 5780 15 juillet 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Suite des règles de l’interdiction de consommer de la viande et des laitages à la même table

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de consommer des laitages à une table où se trouvent des aliments « viande », car il y a lieu de craindre que l’un consomme l’aliment interdit et que l’on transgresse ainsi le sévère interdit de consommer la viande et le lait. Nous avons aussi précisé que cette règle est valable aussi bien pour une personne seule, aussi bien pour 2 personnes qui consomment à la même table, l’une de la viande et l’autre des laitages, car dans tous les cas la chose reste catégoriquement interdite.

Placer un signe distinctif sur la table 
Même 2 personnes qui se connaissent, même s’ils sont membres de la même famille, peuvent manger à la même table , l’un de la viande, et l’autre des laitages, à la condition qu’ils fassent un signe distinct qui leur rappellera que l’un consomme de la viande et l’autre des laitages, par exemple en mangeant chacun sur une nappe différente (ou sur un set différent), ou bien en plaçant sur la table un objet qui n’a pas sa place habituellement sur la table, par exemple un morceau de pain si ni l’un, ni l’autre ne consomme de pain dans ce repas, ou bien aussi une bouteille qui ne sert pas à ce repas. L’objet doit être en tout cas, assez haut pour être vu facilement. Mais il ne faut pas se contenter d’un objet de petite taille, comme une bague, car on peut facilement ne pas y porter d’attention.

2 personnes qui ne supportent pas de consommer de la même assiette
Lorsque les 2 personnes se connaissent et mangent ensemble à la même table, l’une de la viande, et l’autre des laitages, même si par nature, ces personnes ne supportent absolument pas que l’on consomme de leur assiette, ce qui, dans ce cas, pourrait les autoriser à consommer sans placer quoi que se soit sur la table, ces personnes doivent malgré tout placer un signe distinctif, car nos maitres ont considéré que le risque persiste même dans cette situation.

Le signe distinctif pour une personne seule
Il faut préciser que tout ce que nous avons écrit à propos du signe distinctif sur la table, pour séparer la viande des laitages, n’est valable que pour 2 personnes qui consomment ensemble à la même table, car dans ce cas nous considérons que même si l’une des deux en arriverait par erreur à consommer l’aliment de l’autre, la deuxième personne lui rappellerait qu’il lui est interdit de le faire.

Mais lorsqu’une personne mange seule, il ne lui est pas possible de se fier au signe distinctif posé sur la table, car il y a encore à craindre que la personne retire le signe distinctif, et consomme par inadvertance des aliments qui lui sont interdits.

Nommer un « gardien »
Cependant, si la 2ème personne ne mange pas avec la 1ère, mais qu’elle reste simplement présente lors du repas, on peut lui demander d’être « CHOMER » (surveillant), dans le but de rappeler la personne à l’ordre au cas où elle en viendrait à retirer le signe distinctif, et avec ces 2 conditions - le Chomer et le signe distinctif - même une personne seule peut manger de la viande sur une table où il y a des laitages, ou le contraire.

Nommer un enfant (en dessous de l’âge des Mitsvot) comme « Gardien », et consommer avec un enfant
On ne peut pas demander à une enfant (en dessous de 13 ans pour un garçon, et en dessous de 12 ans pour une fille) d’être Chomer (surveillent), car on ne peut se fier à sa surveillance pour ce qui est de risquer de consommer des interdits alimentaires.
Nous en déduisons que nous ne pouvons pas non plus manger à la même table qu’un enfant, quand nous mangeons de la viande, et lui des laitages, ou le contraire, et cela, même avec un signe distinctif, car il faut toujours 2 conditions : Un signe distinctif et une personne fiable pour nous rappeler à l’ordre. Or, un enfant n’est pas fiable dans ces situations.
Bien qu’il y a des opinions Halachiques qui tolèrent la surveillance d’un enfant sur ce Din, et selon ces opinions, il serait permis de manger à la même table qu’un enfant, quand nous mangeons de la viande, et lui des laitages, ou le contraire. Cependant, notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit qu’il y a lieu d’être rigoureux sur ce point.
Il n’y a donc que 2 possibilités pour manger à la même table qu’un enfant qui mange des laitages, et nous de la viande, ou le contraire:
En mangeant sur 2 tables différentes.
En mangeant sur la même table en plaçant un signe distinctif, mais en demandant l’assistance d’un autre adulte

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha