Halacha pour mercredi 12 Av 5781 21 juillet 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

« Le danger est plus grave que l’interdit alimentaire » - Mélange de poisson et de viande – Annulation par « 60 fois plus » (ביטול בששים)

Question: Vendredi dernier, j’étais dans la cuisine à côté de la gazinière où était posée une marmite de poisson en train de cuire sans couvercle. J’ai fait frire un Schnitzel (viande) dans une poêle à proximité de la marmite de poisson, et sans le vouloir, des gouttes d’huile ont giclé de la poêle vers la marmite de poisson. M’est-il permis de consommer le poisson?

Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la source de la question.
Nous avons déjà expliqué dans le passé qu’il est interdit de consommer du poisson et de la viande ensemble. Nous avons expliqué que cet interdit réside sur une transmission de nos maitres selon laquelle la consommation de viande et de poisson ensemble provoque un danger.

Vis-à-vis de la plupart des interdits alimentaires, comme la consommation de viande et de laitages, ou bien la consommation du sang animal, nous avons une règle selon laquelle dès qu’un aliment s’est mélangé à un autre aliment, il est annulé par une proportion de 60 fois plus. C'est-à-dire : dans notre cas, s’il s’agissait d’une casserole de lait dans laquelle ont giclées quelques gouttes de jus de viande, le lait aurait été malgré tout permis à la consommation, car les gouttes de viandes auraient été en très petite quantité, alors que le lait aurait été en plus grande quantité, 60 fois plus que les gouttes de viandes. Par conséquent, ces gouttes de viandes s’annulent et le lait reste permis.

Mais pour notre cas, on peut s’interroger;
Lorsqu’une chose est interdite à titre de danger, est-ce que l’annulation par 60 fois plus est applicable ou pas?
Il est évident que si du poison mortel tombait dans une marmite, il serait catégoriquement interdit de consommer le contenu de cette marmite, même si l’aliment contenu dans la marmite était 1000 fois plus important en quantité que le poison mortel, car les choses liées au danger ne sont pas comparables aux lois de la Torah, et dans un tel cas, il est probable qu’il ne faut pas se fier à la règle de l’annulation par 60 fois plus.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a longuement traité de ce sujet il y a environ 60 ans dans son ouvrage Chou’t Yabiya’ Omer (vol.1 Y.D chap.7), et il stipule que cette question a fait l’objet d’un grand débat parmi les plus grands de ce monde. De nombreux et grands décisionnaires ont tranché la souplesse sur cette question, et ont écrit qu’il n’y a pas de différence entre les sujets de dangers que nous ont dévoilés nos maitres et les sujets de Halacha. Au même titre que le principe de l’annulation par 60 fois plus est applicable vis-à-vis d’interdits alimentaires Halachiques, ainsi ce principe est applicable vis-à-vis d’interdits alimentaires à titre de danger, comme le mélange de poisson et de viande. Dès lors où il y a 60 fois plus que l’aliment qui s’est mélangé, tout est permis à la consommation.
En revanche, certains autres grands décisionnaires interdisent dans ce cas, et disent que lorsque l’interdit est à titre de danger, on ne doit pas autoriser, même s’il y a 60 fois plus.

Dans son développement, notre maitre le Rav z.ts.l cite les propos du Gaon auteur du Péri Toar (le Ora’h ‘Haïm Ha-Kaddoch sur la Torah) qui prouve au moyen de références dans la Guémara que le danger du mélange du poisson avec la viande n’existe que lorsqu’il y un « goût » viande et un « goût » poisson ensemble. Mais lorsqu’il y a annulation par 60 fois plus, et que le goût du mélange n’est donc absolument plus distinct, il n’y a pas à craindre le danger.
Notre maitre le Rav z.ts.l ajoute que même si vis-à-vis d’autres craintes de danger (comme lorsqu’un serpent a introduit son venin dans l’eau par exemple) l’annulation par 60 fois plus n’est pas applicable, ceci n’est valable que pour un véritable danger concret, comme le venin d’un serpent qui est particulièrement dangereux, et même si le venin s’est mélangé dans quelque chose d’une proportion plus importante que lui, le danger est très grand. Ce qui n’est pas le cas pour une chose dont le danger est moins important, comme le mélange du poisson et de la viande, il n’y a pas plus à craindre que pour tous les autres interdits alimentaires, et par conséquent, l’annulation par 60 fois plus est suffisante dans le cas d’un mélange de poisson et de viande.

Notre maitre le Rav z.ts.l a encore élargi son développement en citant les propos du Gaon auteur du Chou’t Béer Chéva’ (chap.38) selon qui, il n’y a de danger en consommant le poisson et la viande ensemble que pour le pays de Bavel (Irak) où vivaient nos maitres du Talmud, et où les poissons avaient pour nature d’être dangereux lorsqu’ils étaient mélangés à la viande, comme nos maitres disent dans le Midrach: « Le poisson pêché à ‘Ako n’est pas comparable à celui pêché à Ispamia ».
Cela signifie donc que la nature des poissons diffère selon les eaux du pays dans lequel ils évoluent.
Même s’il est vrai que sur le plan pratique nous interdisons le mélange du poisson et de la viande dans tous les pays, malgré tout, dans notre cas où il y a eu annulation par 60 fois plus, on peut autoriser.
Notre maitre le Rav z.ts.l cite de très nombreux et de très grands autres décisionnaires qui autorisent dans notre cas, et parmi eux le Séfer Issour Vé-Héter (Ha-Aro’h), le Séfer Or Zaroua’, ainsi que des grands décisionnaires des derniers siècles, comme l’auteur du Kénessett Ha-Guédola et le Péri ‘Hadach entre autres.

En conclusion: Au même titre que pour tous les mélanges d’interdits alimentaires, s’il y a 60 fois plus contre l’aliment interdit, il est permis de consommer du mélange, ainsi vis-à-vis du mélange de poisson et de viande, si quelques gouttes du jus de viande ont giclées par erreur dans la marmite de poisson, les gouttes s’annulent par 60 fois plus de poisson et il est donc permis de consommer le poisson.

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha