Halacha pour mercredi 28 Shevat 5781 10 février 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Accompagner pendant Chabbat un enfant ou une femme sur le point d’accoucher – Un enfant enfermé seul dans une pièce

Question: Lorsqu’on appelle une ambulance pendant Chabbat afin d’accompagner un enfant malade ou une femme sur le point d’accoucher, qui est autorisé à se joindre au malade dans l’ambulance pour l’accompagner à l’hôpital?

Réponse: Nos maitres enseignent dans la Guémara Chabbat (128b):
« Si la femme sur le point d’accoucher a besoin d’une bougie, son amie lui allume une bougie. »
Cela signifie que si la femme sur le point d’accoucher réclame qu’on lui allume une bougie, il faut lui allumer une bougie pendant Chabbat, car la femme sur le point d’accoucher fait partie de la catégorie des malades en danger, et il faut transgresser le Chabbat pour elle.
La Guémara s’étonne: « C’est évident ! »
C'est-à-dire: quelle est la nouveauté enseignée dans ces propos? Il est évident que l’on doit transgresser le Chabbat pour elle!
La Guémara répond qu’il s’agit ici d’une femme totalement aveugle, et de ce fait, elle n’a en réalité aucune utilité directe de cette bougie, et malgré tout, si elle réclame qu’on lui allume une bougie afin que son amie puisse voir dans la pièce et l’assister au cas où il se produirait quelque chose, il faut dans ce cas lui allumer la bougie.
Et la Guémara termine ses propos en précisant: « Afin d’apaiser l’esprit de la femme sur le point d’accoucher », afin de l’apaiser au moment où elle se trouve en danger.

A partir de là, le Gaon auteur  du ‘Hazon Ich déduit (Lettres du ‘Hazon Ich vol.1 chap.141) qu’il faut empresser la personne qui accompagne la femme sur le point d’accoucher de se joindre à elle dans l’ambulance pendant Chabbat, car il est certain que l’esprit de la femme n’est pas apaisé, et elle est susceptible d’en arriver à se mettre en danger en conséquence de la pression du fait d’être seule.  C’est pourquoi, il faut se joindre à elle dans l’ambulance qui l’amène à l’hôpital, et ne pas la laisser partir seule.

A fortiori lorsqu’il s’agit d’un enfant malade et en danger qui part à l’hôpital pendant Chabbat, qu’il est une obligation sur l’un de ses proches, son père ou sa mère ou autre, de l’accompagner et de se joindre à lui dans l’ambulance, car l’enfant peut être en danger en constatant qu’il est seul.

Ces choses sont expliquées dans la Guémara Yoma (84a) où il est question d’un enfant enfermé seul dans une maison pendant Chabbat, et la Guémara tranche qu’il faut dans ce cas briser la porte pendant Chabbat et sortir l’enfant, et « celui qui s’empressera de le faire est digne de la louange ».
Cela signifie que même s’il existe un interdit de la Torah de briser une porte pendant  Chabbat, malgré tout, si un enfant en bas âge est enfermé seul dans une pièce, il est forcément très effrayé, et il faut briser la porte pendant Chabbat pour le délivrer, afin qu’il ne soit pas en danger ou perturbé psychologiquement par cette grande peur.
Il est donc certain que le fait d’accompagner un enfant pendant Chabbat dans une ambulance fait partie de cette règle, et il faut donc se joindre à lui et ne pas le laisser seul.

Cependant, il faut préciser qu’il ne faut pas non plus dépasser les limites dans ce domaine, car les décisionnaires ont autorisé à accompagner la femme sur le point d’accoucher uniquement une personne susceptible d’apaiser son esprit, comme son mari ou sa mère, ou sa sœur par exemple. Mais les gens qui ont l’usage de laisser plusieurs personnes de la famille se joindre à la femme sur le point d’accoucher ou à l’enfant malade dans l’ambulance qui l’emmène à l’hôpital, ces gens transgressent le Chabbat involontairement par pure ignorance (une faute commise involontairement parce qu’on n’a pas étudié compte comme une faute volontaire selon le Pirké Avot chap.4).

Il est vrai que dans certains cas spécifiques on peut autoriser deux personnes à accompagner la femme sur le point d’accoucher, en particulier lorsqu’elle le réclame elle-même explicitement (par exemple, lorsque sa mère insiste pour accompagner sa fille dans l’ambulance, et que la femme demande à son mari de l’accompagner, car la présence de sa mère ne lui suffit pas, dans un tel cas, on peut autoriser le mari à se joindre à sa femme dans son transport à l’hôpital.)

Il est évident qu’il est interdit aux accompagnateurs de rentrer chez eux en voiture pendant Chabbat, car l’autorisation n’est applicable que pour le transport à l’hôpital où ils attendront jusqu’à la sortie de Chabbat, et ils pourront ensuite rentrer chez eux à leur guise.

En conclusion: Un enfant ou une femme sur le point d’accoucher qui nécessitent d’être transportés à l’hôpital pendant Chabbat en raison du danger, il est permis à un proche de se joindre à eux pendant le transport afin de les apaiser. Cependant, on ne doit autoriser qu’une seule personne accompagnatrice, sauf si la présence de deux personnes est vitale pour le malade.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Les choses qui provoquent les pertes de mémoire

Les 5 choses qui provoquent l’oubli de l’étude Il est ramené dans la Guémara Horayot (13b): Nos maîtres enseignent: il y a 5 situations qui provoquent l’oubli de l’étude: lorsqu’on consomme les restes de nourritures consommés p......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28): « Tel l'......

Lire la Halacha

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot »......

Lire la Halacha


A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il fa......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

Quand peut-on parler après avoir réciter une bénédiction sur un aliment?

Question: A quel moment est-il permis de parler lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment ? Est-il permis de parler immédiatement après avoir introduit l’aliment dans la bouche et après avoir ressentit le goût de l’alim......

Lire la Halacha