Halacha pour dimanche 25 Nissan 5780 19 avril 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

La période du ‘Omer

Les jours de la période du ‘Omer sont des jours d’une très grande sainteté, comme l’écrit le RAMBAN dans son commentaire sur la Paracha de Emor, car ces jours du compte du ‘Omer – depuis la fête de Péssa’h jusqu’à la fête de Chavou’ott – ont une sainteté égale à celle des jours de ‘Hol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête), et à l’origine ils ne sont pas des jours de deuil et de malheurs comme les jours de Ben Ha-Métsarim (les 3 semaines entre le 17 Tamouz et le 9 Av). Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l rappelait toujours ces propos du RAMBAN pendant la période du ‘Omer, afin que le grand public ne fasse pas l’erreur de croire qu’il s’agit d’une période de malheur.

Cependant, de part nos nombreuses fautes, cette période fut marquée par un événement tragique pour le peuple d’Israël, comme expliqué dans la Guémara Yabamott (62b):
« Rabbi ‘Akiva avait 12 000 paires de disciples qui ont tous disparus entre Péssa’h et ‘Atsérett (Chavou’ott), parce qu’ils ne se montraient pas de respect mutuellement. Ils sont tous mort de Askéra (une maladie qui provoque l’étouffement) ».
Rabbi ‘Akiva avait une Yéchiva immense qui constituait une véritable source de Torah pour tout le peuple d’Israël, et si ces fameux disciples avaient survécus, la Torah en aurait été que plus riche jusqu’à nos jours, et il est certain que par leur force et de façon conséquente à leur force, une gigantesque bénédiction se serait prolongée à l’ensemble du peuple d’Israël à travers les générations.
Or, le décret céleste fut prononcé et ils moururent tous pendant cette période.

Il est mentionné dans les Responsa des Guéonim (les sages d’Israël de la période post-talmudique) qu’en raison de cet évènement tragique, tout Israël a pris l’usage de ne pas célébrer de mariages durant cette période, à titre de deuil.
De même, il est expliqué dans les livres des décisionnaires que l’on ne doit pas revêtir un vêtement neuf, ni se couper les cheveux, ni même écouter de la musique pendant cette période.

Malgré tout, nous n’observons pas les usages de deuil durant la totalité de cette période mais seulement jusqu’au 34ème ou 33ème jour du ‘Omer, comme l’écrit l’auteur du Séfer Ha-Manhig, ainsi que d’autres décisionnaires médiévaux, que c’est au 33ème jour du ‘Omer que les élèves de Rabbi ‘Akiva cessèrent de mourir. C’est également ainsi que tranche le RAMA (chap.493) qu’au 33ème jour du ‘Omer il est permis de célébrer un mariage.

Mais selon l’usage des Séfaradim, on observe les usages de deuil jusqu’au 34ème jour du ‘Omer, et durant ces jours il est interdit de célébrer un mariage.
Cette différence prend sa source dans le Séfer Ha-Manhig lui-même, qui cite les propos de Rabbénou Zéra’hya Ha-Lévy qui a trouvé dans un ancien livre provenant d’Espagne où il était stipulé que tous les élèves de Rabbi ‘Akiva sont morts entre Péssa’h et « Péross ‘Atsérett ». Le terme « Péross » signifie « moitié ». Cela signifie qu’il faut prendre les jours proches de Chavou’ott (c'est-à-dire les 30 jours qui précèdent Chavou’ott, puisque nous considérons toujours les 30 jours avant une fête comme étant « proches » de la fête, comme l’enseignent nos maitres au sujet de Péssa’h : « On commence à questionner au sujet des règles de Péssa’h 30 jours avant »), et c’est à la moitié de ces jours – 15 jours avant Chavou’ott – que les élèves de Rabbi ‘Akiva ont cessés de mourir.

C’est ainsi qu’expliquent d’autres de nos décisionnaires médiévaux, en disant que si l’on retire 15 jours des 49 jours qui séparent Péssa’h de Chavou’ott, il restera 34 jours.
Quoi qu’il en soit, au 34ème jour du ‘Omer lui-même, dès le matin il sera permis de célébrer un mariage, car dans les règles du deuil nous considérons une partie de la journée comme la journée entière, et puisque s’est écoulée une petite partie de la journée du 34ème jour du ‘Omer, il n’est plus nécessaire d’observer le deuil.

Il est permis d’organiser un repas de fiançailles (les « Tnaïm », l’officialisation d’un Chidou’h) pendant la période du ‘Omer, et si le Chidou’h a été véritablement conclu à ce moment, certains autorisent même d’accompagner ce repas d’instruments de musique.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha