Halacha pour mercredi 8 Tevet 5781 23 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La lecture du Chéma’ et ses bénédictions pour les femmes

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de la lecture du Chéma’ chaque jour?

Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons cité les propos de nos maitres dans la Guémara Kiddouchinn (34a, ainsi que dans Béra’hott 20b, et ailleurs …) selon lesquels les femmes sont exemptes des devoirs religieux positifs dépendants du temps, comme le Loulav, la Soukka, les Téfilinn et autres, qui sont à la fois des devoirs religieux positifs, mais aussi dépendants du temps, puisque pour l’exemple du Loulav, ce devoir n’est en vigueur qu’à Soukkott. Nos maitres apprennent cette règle à travers des versets.

A partir de là, « la lecture du Chéma’ » fait partie – de façon certaine – de la catégorie des devoirs religieux positifs, et elle est aussi liée au temps car la Torah a limité le temps du devoir de la lecture du Chéma’ aux heures du matin et du soir, comme il est dit : « Tu en parleras … à ton coucher et à ton lever … » Or, nos maitres ont appris (Béra’hott 10b) de ces versets qu’il faut lire le Chéma’ à l’heure où les gens se couchent et à l’heure où les gens se lèvent. C’est pour cela qu’il est enseigné dans une Michna du traité Béra’hott (20a) que les femmes sont exemptes de la lecture du Chéma’.

Malgré cela, l’un de nos maitres les décisionnaires médiévaux – l’auteur du livre Ohel Mo’ed – écrit que même si les femmes sont exemptes de façon générale de la lecture du Chéma’, elles sont malgré tout soumises à l’obligation de lire le premier verset de la lecture du Chéma’ (« Chéma’ Israël A.D.O.N.A.Ï Elo-hénou A.D.O.N.A.Ï E’had »), car elles sont soumises au devoir le plus fondamental de tout juif : avoir la foi en Hachem et croire qu’IL est unique, or la lecture du premier verset du Chéma’ est l’acceptation de l’unicité d’Hachem.

Dans le Beit Yossef (chap.70), MARAN cite les propos du Ohel Mo’ed, mais l’opinion des autres décisionnaires est différente de celle du Ohel Mo’ed sur ce point, et selon eux, il est impossible selon le Din d’obliger les femmes à lire même le premier verset du Chéma’ (même si elles ont le devoir de foi et de croyance en l’unicité d’Hachem).

Sur le plan pratique, MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h que les femmes sont exemptes de la lecture du Chéma’, mais il est juste qu’elles lisent le premier verset du Chéma’ chaque jour, afin d’accepter le joug de la Royauté Divine.

Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha que selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h, les femmes qui accomplissent un devoir religieux duquel elles sont exemptes, ne doivent en aucun cas réciter la bénédiction de ce devoir en mentionnant le Nom d’Hachem. Nous avons aussi écrit que selon le RAMA – suivis par les Achkénazim – les femmes récitent la bénédiction même sur un devoir duquel elles sont exemptes.

Nous apprenons de tout ceci que les femmes ne doivent pas non plus réciter les bénédictions du Chéma’ avec la mention du Nom d’Hachem, qui sont pour le matin: « Yotser Or » ; « Ahavatt ‘Olam » et « Emet Véyatsiv ». Et pour le soir : « Acher Bidvaro »; « Ahavatt ‘Olam »; « Emet Véémouna » et « Hachkivénou ».
Mais selon l’usage des Achkénazim, les femmes récitent ces bénédictions, même avec la mention du Nom d’Hachem.

En conclusion: Selon le Din, les femmes sont exemptes de la lecture du Chéma’, mais il est juste qu’elles lisent au moins le premier verset de la lecture du Chéma’ au quotidien. Si elles disent l’intégralité de la prière, elles ne doivent pas dire les bénédictions du Chéma’ avec la mention du Nom d’Hachem, comme expliqué en détails notre Halacha, mais chez les Achkénazim, les femmes ont l’usage de dire l’intégralité du texte de la prière avec la mention d’Hachem, même dans les bénédictions du Chéma’.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

TIEMPO DE LLUVIAS

Comenzamos a citar el párrafo “Mashib Haruaj…” en la plegaria de Musaf (adicional) de la festividad de Simjat Torá (shemini atzeret, fuera de Israel). No se trata de un pedido formal por las lluvias sino de una alabanza al Creador, por ello se denomina en el lenguaje......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

SOBRE LA SANTIDAD DE LOS FRUTOS EN EL AÑO SHEVIIT

Como vimos anteriormente en las entregas que precedieron, los frutos que crecen durante el año sheviit, este año 5782, poseen una santidad especial, incluso si se los exporta fuera de Israel. Por ello los etroguim que saldrán de Israel el año próximo deben cuidarse......

Lire la Halacha


HOL HAMOED

Los días intermedios entre el primero y el séptimo día de Sucot o el primero y el último de Pesaj, son denominados Hol Hamoed y nuestra sagrada Torá los denomina “mikrae kodesh”, o sea convocación sagrada y así mismo los citamos en la pleg......

Lire la Halacha

MACETAS DENTRO DE LA CASA

Como vimos anteriormente, las prohibiciones de trabajar la tierra durante el año sheviit aplican incluso a las macetas conectadas, según la Torá, a la tierra por medio de huecos. A continuación, veremos sobre esta prohibición referida a las macetas que se hallan......

Lire la Halacha

LEYES SOBRE LA FESTIVIDAD DE SUCOT

A pedidos de numerosos suscriptores, citamos a continuación un compendio de leyes sobre la festividad de Sucot. 1. La Sucá debe estar construida de –por lo menos- tres paredes y el “secaj” –techo de paja-. Las paredes pueden confeccionarse de cualquier mater......

Lire la Halacha

JARDIN COMPARTIDO

Como vimos anteriormente, durante el año sheviit –este año 5782- está prohibido realizar cualquier trabajo agrícola en la tierra de Israel, como plantar, etc. a menos que se trate de algún trabajo destinado a proteger la plantación para que no sufra da......

Lire la Halacha