Halacha pour mercredi 21 Shevat 5781 3 février 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La bénédiction de « Hachkivénou » du vendredi-soir

Question: Pourquoi la formule de la bénédiction de « Hachkivénou »  est-elle différente le vendredi-soir par rapport à celle que nous disons tous les soirs de la semaine, et pourquoi disons-nous le texte de « Véchamérou béné Israël Ett Ha-Chabbat » le vendredi-soir après « Hachkivénou »?

Réponse: Lors de l’office de ‘Arvit des jours de semaine, après la bénédiction de « Gaal Israël », nous disons la bénédiction de « Hachkivénou », et nous la concluons par « Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad, Amen ».
Par contre, dans la bénédiction de « Hachkivénou » que nous disons lors de l’office de ‘Arvit du vendredi-soir, lorsqu’on arrive à « Véhaguen Ba’adénou », nous disons « Ou-Fross ‘Alénou Vé’Al Yérouchalaïm Ira’h Soukkatt Chalom, Barou’h Ata A.D.O.N.A.Ï Ha-Poress Soukkatt Chalom ‘Alénou Vé’Al Kol ‘Amo Israël Vé’Al Yérouchalaïm, Amen ».

La raison à cette différence est expliquée par notre maitre le TOUR (chap.267).
Le vendredi-soir, on ne doit pas conclure cette bénédiction par « Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad » (« Qui préserve son peuple Israël à tous jamais »), car il est écrit explicitement dans le Midrach que le jour du Chabbat nous n’avons pas besoin de protection (nous n’avons pas besoin de prier pour la protection), car le Chabbat lui-même protège.
Dans son livre Yalkout Yossef (page 485), notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita cite ces mêmes propos au nom de Rabbénou David ABOUDARHEM (page 144) qui stipule que « l’on ne doit pas dire « Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad » le vendredi-soir, car il est expliqué dans le Midrach que l’on n’a pas besoin de protection le jour de Chabbat puisque le Chabbat protège. De plus, il est rapporté explicitement dans le Talmud Yérouchalmi (chap.4 de Béra’hott) que la formule « Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad » se dit exclusivement en jours de semaine, mais le jour du Chabbat nous disons « Ou-Fross ‘Alénou Soukkatt Chalom » (« Etends au dessus de nous la tente de paix »). C’est également ce qu’écrivent les Guéonim. Tel est l’usage dans certaines régions. Mais dans les villes de Séville et de Tolède, ils ont l’usage de conclurent les jours de Chabbat avec la formule des jours de semaine (« Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad »), et ce n’est que les jours de Yom Tov qu’ils disent la formule « Ou-Fross ‘Alénou Soukkatt Chélomé’ha », mais je ne sais pas pourquoi les jours de Yom Tov ils disent cette formule alors que les jours de Chabbat ils concluent comme les jours de semaine. » Fin de citation de Rabbi David ABOUDARHEM.

Le livre Kaf Ha-Haïm cite le Zohar Ha-Kadoch qui atteste lui aussi que le Chabbat nous n’avons pas besoin de protection, et de ce fait, il faut conclure la bénédiction par la formule que nous avons mentionné.
Le livre ‘Hechek Chélomo (chap.188) explique que la formule « Soukkat Chélomé’ha » des jours de Chabbat et de Yom Tov désigne la « Soukka » (tente) faite à partir de la peau du Léviatann, dans laquelle Hachem installera les justes du peuple d’Israël dans les temps messianiques, où tous les jours seront comme des jours de Chabbat, faits de repos éternel.

L’auteur du Chibolé Ha-Lékett écrit (chap.65) que le vendredi-soir, on ne doit pas demander de protection comme les jours de semaine. Il cite une image à cela:
Un roi s’était éloigné de ses soldats par erreur, et pénétra dans les frontières d’un autre pays. Il était effrayé à l’idée que quelqu’un pourrait chercher à le tuer et de ce fait, il ne se séparait jamais de ses armes en se tenant toujours prêt à une embuscade. Lorsqu’il revint dans son pays et qu’il retrouva ses soldats, il posa ses armes car ses chefs d’armée et ses ministres se trouvaient à présent à ses côtés en permanence pour le protéger.
Ainsi, le peuple d’Israël est effrayé durant tous les jours de la semaine car chacun est occupé à ses affaires personnelles et ne peut pas toujours accomplir les Mitsvot et étudier la Torah correctement. Et parce qu’ils n’ont pas suffisamment de mérites pour les protéger en semaine, ils doivent prier afin qu’ils ne soient pas atteints par les méfaits des Mazikimm (anges malveillants), et ils disent « Ou-Chmor Tséténou Ou-Voénou Lé-‘Haïm Tovim Ou-Lchalom » (« Protège notre sortie et notre venue pour une vie bonne et paisible »), en concluant par « Chomer Ett ‘Amo Israël La’ad », car la prière est comparable à une arme protectrice. Mais lorsqu’arrive le jour du Chabbat, chacun investit ses efforts en l’honneur du Chabbat, pour le délecter et y trouver le repos. Or, le mérite du Chabbat est ci grand qu’il protège ceux qui se souviennent qu’il faut le sanctifier. C’est pourquoi, nous n’avons pas besoin de protection ce jour-là, et il est suffisant de demander la paix. C’est pour cette raison que nous disons « Véchamérou béné Israël Ett Ha-Chabbat », car par le fait qu’Israël observe le Chabbat, le Chabbat les protège.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha


La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour e......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l – Le statut des femmes

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha