Halacha pour dimanche 8 Tevet 5780 5 janvier 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’obligation de se lever devant une personne âgée

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la source de l’obligation de se lever devant un Talmid H’ah’am (un érudit dan la Torah) et devant une personne âgée.

Qui est considéré comme « personne âgée »?
Les décisionnaires débattent afin de déterminer l’âge à partir duquel une personne est qualifiable de « Zaken » (personne âgée) devant laquelle il y a une obligation de se lever.
Selon certains, à partir de 60 ans, une personne est qualifiable de « Zaken », mais selon l’opinion du TOUR et de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, une personne n’est qualifiable de « Zaken » qu’à partir de 70 ans.
C’est ce qu’il faut retenir d’essentiel selon la Halacha, comme il est enseigné dans les Pirké Avot : « A 70 ans, commence la vieillesse. »

Malgré tout, notre maître le Rav Ovadia Yossef z.ts.l écrit que puisque selon l’opinion de notre maître le Saint ARI Zal, il faut se lever devant une personne dès que celle-ci a atteint l’âge de 60 ans, celui qui s’impose la H’oumra (rigueur) de se conformer à ses paroles, est digne de la Bénédiction, même si cela ne représente pas une obligation selon le Din, puisque nous tranchons constamment selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ dans toutes ses décisions.

Lorsqu’il y a un doute si la personne est « Zaken »
Lorsqu’il y a un doute si la personne présente a atteint l’âge de 70 ans ou pas, nous devons définir s’il y a ou non l’obligation de se lever devant elle. 

Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha que l’obligation de se lever devant une personne âgée est une ordonnance de la Torah (Mitsvat ‘Assé Min Ha-Torah). Or, nous avons un principe selon lequel « Safek Déoraïta La-H’oumra » c'est-à-dire : lorsque nous sommes face à un Din sur lequel il y a un doute, si ce Din est Min Ha-Torah (ordonné par la Torah), nous adoptons l’attitude rigoureuse.
Par conséquent, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que si l’on a un doute sur l’âge de la personne, a-t-elle atteint l’âge de 70 ans ou non, nous devons nous lever devant cette personne, car un doute sur une loi de la Torah, doit être traité de façon rigoureuse.

Lorsqu’il y a un doute si la personne est « Talmid ‘Ha’ham » (érudit dans la Torah)
De même, s’il y a un doute concernant un Talmid H’ah’am, est-il arrivé au niveau de la décision Halachique ou pas, on doit également se lever devant ce Talmid H’ah’am, même si l’on ne sait pas s’il est arrivé au niveau de la décision Halachique ou pas, car un doute sur une loi de la Torah, doit être traité de façon rigoureuse.
Mais un simple Avreh’ (Kollelman) qui étudie dans un Kollel, mais qui ne sait pas trancher la Halacha, il n’est pas obligatoire de se lever devant lui (mais il est certain que le statut de celui qui étudie la Torah, est très honorable.)

A partir de quand doit-on se lever?
Il n’y a d’obligation de se lever devant une personne âgée uniquement lorsqu’elle s’approche et qu’elle entre dans le périmètre de 4 Amot (4 coudées, c'est-à-dire 1.92 m) de la personne assise (comme pour le Talmid H’ah’am comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halacha). Mais s’il s’agit de son père ou de son Rav Mouv’hak (le Rav qui lui a enseigné la majeure partie de ses connaissances en Torah), ou bien d’un Gadol Ha-Dor (un Grand de la Génération), on doit se lever devant eux dès qu’on les aperçoit au loin.
Même si on se trouve dans la même maison, il n’y a pas d’obligation de se lever devant la personne âgée ou le Talmid H’ah’am tant qu’ils ne sont pas entrés dans les 4 Amot de la personne assise.
Il est interdit de fermer les yeux pour ne pas voir le Rav entrer dans ses 4 Amot, mais au contraire, il faut se lever devant lui conformément au Din, et ainsi donner du respect à la Torah.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha