Halacha pour mardi 26 Kislev 5780 24 décembre 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Allumage des Nérot de ‘Hanouka lors de fêtes publiques et à la synagogue

Tout Israël a la tradition de réciter les bénédictions et d’allumer les Nérot de ‘Hanouka à la synagogue afin de divulguer le miracle. Cette tradition très ancienne est mentionnée dans les propos de nos maitres les décisionnaires médiévaux.

La raison à cette tradition est expliquée par le Séfer Ha-Mi’htam (sur Péssa’him 101a) qui écrit que la divulgation du miracle est plus significative en présence du grand public. De plus, certains n’ont pas de quoi allumer les Nérot de ‘Hanouka dans leur foyer (ils pourront ainsi voir le miracle mais ils ne peuvent s’acquitter de cet allumage public). C’est pour cela que l’on a la tradition d’allumer également à la synagogue.
Cette tradition est tranchée par MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.671).
C’est ainsi que l’on agit dans toutes les communautés.

Nous avons la tradition d’allumer les Nérot ‘Hanouka également au Kotel (le Mur Occidental à Jérusalem) entre l’office de Min’ha et celui de ‘Arvit.
On convie fréquemment à cet allumage des Grands de la génération afin de divulguer davantage le miracle. A de nombreuses occasions, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l fut convié à l’allumage des Nérot de ‘Hanouka au Kotel, et même si son temps lui était très précieux, il trouvait malgré tout justifié d’allumer les Nérot ‘Hanouka en cet endroit pour divulguer le miracle.

A partir de là, les grands de la génération ont débattus au sujet des fêtes de ‘Hanouka organisées dans des salles pendant les soirs de ‘Hanouka en présence d’un grand public (il ne s’agit pas là de fêtes privées organisées dans un cadre familiales), et où l’on convie des Talmidé ‘ha’hamim (des érudits dans la Torah) a y prononcer des paroles de Torah et de morale pour encourager le peuple dans l’étude de la Torah et l’accomplissement des Mitsvot, est-il permis d’y procéder à l’allumage des Nérot de ‘Hanouka en récitant les bénédictions ou pas ? Cette question prend sa source dans l’opinion de certains décisionnaires qui attestent que la tradition d’allumer les Nérot de ‘Hanouka en public ne concernent que la synagogue, car elle est d’une certaine manière assimilable au Temple où se déroula le miracle, mais dans des endroits qui ne sont pas des synagogues, il ne serait pas possible d’allumer.

Dans la pratique, le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l tranche qu’il ne faut pas réciter les bénédictions sur un tel allumage public qui ne se passe pas dans une synagogue, car l’allumage à la synagogue n’est lui-même pas mentionné dans les propos du Talmud et n’est qu’une très ancienne tradition remontant à l’époque des Guéonim (époque post-Talmudique, il y a plus de 1200 ans). C’est pourquoi, on récite les bénédictions sur l’allumage de la synagogue, mais lorsqu’il s’agit d’un endroit qui n’est pas une synagogue, il n’est pas possible de réciter les bénédictions.

Cependant, notre maitre le Rav z.ts.l tranche qu’il est possible de réciter les bénédictions et d’allumer dans de tels endroits qui ne sont pas des synagogues, étant donné que les propos du Séfer Ha-Mi’htam mentionnés plus haut indiquent explicitement que la raison à la tradition d’allumer à la synagogue est basée sur la grande divulgation du miracle conséquent à un allumage en présence d’un grand public, ainsi que sur le fait qu’un tel allumage peux donner la possibilité de voir le miracle à des gens qui ne pourront probablement pas allumer dans leurs foyers.
Par conséquent, ceux qui s’autorisent à allumer avec bénédictions dans de telles fêtes organisées pour le grand public, ont sur qui s’appuyer. (‘Hazon Ovadia-‘Hanouka page 47).

Le Gaon et Richon Lé-Tsion (Grand Rabbin Séfarade d’Israël) Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit longuement sur ce sujet dans son livre Yalkout Yossef-‘Hanouka (page 224), et il ajoute qu’il est juste d’instaurer dans de tels endroits la prière de ‘Arvit juste après l’allumage, et il précise que tel était l’usage de son illustre père notre maitre le Rav z.ts.l dans différents endroits.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha