Halacha pour lundi 23 Sivan 5780 15 juin 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

« De façon permise et non de façon interdite » (extrait des « HaRah’amann » du Birkatt Ha-Mazon)

Dans le texte des « HaRah’amann » à la fin du Birkatt Ha-Mazon, nous avons l’usage de demander la Parnassa (subsistance matérielle) à Hachem.
Les Achkénazim disent : « HaRah’amann Hou Yéfarnéssénou Béh’avod » (« que le Miséricordieux nous nourrisse dans la dignité »). Mais chez les Séfaradim et les originaires du Moyen-Orient, nombreux sont ceux qui disent : « HaRah’amann Hou Yéfarnéssénou Béh’avod Vélo Bé-Vizouï, Bé-Héter Vélo Bé-Issour » (« que le Miséricordieux nous nourrisse dans la dignité et non dans l’humiliation, de façon permise et non de façon interdite »).
Le Gaon Rabbi Yossef H’AÏM écrit dans son livre Ben Ich H’aï (H’oukatt) que cette formule n’est pas correcte selon la Halacha, car comment est-il possible de s’adresser à Hachem et lui demander la Parnassa, en ajoutant que cette Parnassa soit envoyée de façon permise et non de façon interdite, est-il concevable qu’Hachem envoi sa Parnassa à l’homme de façon interdite ?!

Cette formule selon laquelle l’homme demande à Hachem de le nourrir de façon permise et non de façon interdite, se trouve également dans des supplications spécifiques aux Yamim Noraïm (Roch Ha-Chana et Yom Kippour), et même sur ces supplications le Gaon Rabbi Yossef H’AÏM émet une remarque et écrit qu’il faut omettre ces termes, car il est certain qu’Hachem nous nourrira de façon permise et non de façon interdite, et de ce fait, il faut être vigilant sur ce point même dans les prières des Yamim Noraïm.

Cependant, nous avons trouvé cette formule dans les propos de grands de la Torah qui ont eux-aussi demandé dans ces termes, qu’Hachem les nourrisse dans la dignité, de façon permise et non de façon interdite. On trouve explicitement cette formule dans le Séder Ha-Yom du Gaon Maharam Ibn MAH’IR qui était l’un des grands d’Israël il y a environ 500 ans, et ses enseignements sont toujours cités dans les propos des grands décisionnaires des dernières générations.
Il écrit dans son livre (dans les règles relatives à la prière du matin) que l’homme doit implorer Hachem afin qu’il le nourrisse dans la dignité et non dans l’humiliation, « de façon permise et non de façon interdite ».
Nous trouvons également cette formule dans les écrits de nombreux autres de nos maitres.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l émet une remarque (dans Halichott ‘Olam vol.2 page 73) sur les propos de Rabbénou Yossef H’AÏM car il est enseigné dans la Guémara Soukka (52b) : « Le mauvais penchant de l’homme se renforce sur lui chaque jour, et si ce n’est l’aide d’Hachem, l’homme n’en viendrait pas à bout. »
Cela signifie que nous avons le besoin de demander la pitié d’Hachem afin qu’il nous aide à combattre notre mauvais penchant.
De même, nos maitres ont instauré de dire dans la prière du matin « Ne me mène pas à la faute involontaire, ni à la faute volontaire, et soumets mon (mauvais) penchant à être asservi à toi ». il n’y a donc aucune crainte à demander qu’Hachem nous nourrisse « de façon permise et non de façon interdite ».

Notre maitre le Rav z.ts.l cite également les propos du Gaon Rabbi Ya’akov EMDINN (le Gaon Ya’bets) qui rapporte les propos de certains selon qui, il ne faudrait pas dire les termes « Ne me mène pas à la faute involontaire, ni à la faute volontaire » (mentionnés précédemment) dans les bénédictions du matin, et le Gaon écrit sur cela : « Ces propos sont stupéfiants, nuls et non avenus, et quel est-il celui rempli d’effronterie pour prendre un telle initiative et vouloir effacer cette formule … » Fin de citation.
C’est pour cela que notre maitre le Rav z.ts.l écrit que la règle est la même au sujet de la formule « de façon permise et non de façon interdite » que l’on peut dire sans la moindre crainte.

Et même s’il y a lieu de faire une différence entre les choses, car dans toutes les supplications où l’on demande à Hachem de nous aider contre notre mauvais penchant, il s’agit précisément de demander à Hachem de nous aider à combattre le mauvais penchant, alors que dans la formule du « HaRah’amann » nous demandons d’Hachem que lui-même nous nourrisse de façon permise, et cela peut effectivement étonner car il est certain qu’Hachem lui-même n’envoi pas sa bénédiction par la voie de l’interdit.

Malgré tout, puisqu’il est possible d’interpréter les choses en deux demandes distinctes ; la première « qu’Hachem nous nourrisse », et la seconde « que cette subsistance soit de façon permise », la formule « de façon permise et non de façon interdite » est donc juste selon la Halacha, et c’est ainsi qu’agissent de nombreuses personnes originaires des communautés d’orient, en la disant sans la moindre crainte.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les traditions de la période de « Ben Hamétsarim »

Même si nous avons expliqué que l’on ne doit pas réciter la bénédiction de Chéheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Ha-Métsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à a......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5780)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’......

Lire la Halacha

Le poisson et la viande

Après avoir appris ces derniers jours plusieurs règles concernant la consommation de la viande et des laitages, nous allons traiter de plusieurs règles concernant la consommation du poisson avec la viande, ainsi que d’autres sujets liés à cette interdiction. ......

Lire la Halacha

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha


L’interdiction de consommer de la viande et des laitages sur la même table

Raisons et définitions de la Halacha Une personne qui consomme des laitages, n’a pas le droit de placer de la viande sur la même table. Ou bien le contraire, une personne qui consomme de la viande, n’a pas le droit de placer des laitages sur la même table. Ceci par d&......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha