Halacha pour lundi 22 Cheshvan 5781 9 novembre 2020

Un repas qui dure jusqu’à la sortie de Chabbat ou la sortie de Yom Tov

Nous avons déjà fait mention à plusieurs reprises de l’obligation d’ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou » dans le Birkatt Ha-Mazon lors des repas de Chabbat. De même, lors des repas de H’anouka et de Pourim, on ajoute le passage de « ‘Al Ha-Nissim ». Lors des repas de Roch H’odech et de Yom Tov, on ajoute le passage de « Ya’alé Véyavo ».

Nous devons débattre afin de définir comment agir lorsqu’on a pris un repas le Chabbat après-midi et qu’il a duré longuement jusqu’à la sortie du Chabbat, comme c’est fréquemment le cas dans les endroits où l’on s’étend longuement lors de la Sé’ouda Chélichitt (3ème repas de Chabbat) jusqu’à la sortie de Chabbat, et que l’on récite ensuite le Birkatt Ha-Mazon, puis on prie l’office de ‘Arvit. Doit-on dans ce cas mentionner le passage de « Rétsé » dans le Birkatt Ha-Mazon, ou bien il ne faut pas le mentionner puisque le Chabbat est déjà sorti à ce moment précis?

De même, il faut se poser cette même question au sujet des jours de Roch H’odech, de Yom Tov, de H’anoukka et de Pourim, si le repas s’étend longuement au-delà de l’heure de sortie de Roch H’odech, de Yom Tov, de Pourim ou de H’anoukka, doit-on mentionner dans ce cas le passage de « Ya’alé Véyavo » ou le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazon ou non ? Cette chose se produit à Pourim dans les nombreux endroits où l’on s’étend longuement dans le repas de Pourim jusqu’à la nuit, lorsque ce n’est plus Pourim.

Cette question fait l’objet d’une divergence d’opinion Halachique parmi nos maitres les décisionnaires médiévaux, mais sur le plan pratique, MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche (chap.288-10) en ces termes:
« Si l’on est en train de consommer et que le Chabbat sort, on mentionne malgré tout « Rétsé » dans le Birkatt Ha-Mazon, car nous nous fions toujours au début du repas. La règle est la même pour Roch H’odech, H’anoukka et Pourim. »

Il découle de là que selon MARAN, on se base toujours sur le début du repas, et du fait que le repas a débuté pendant Chabbat ou Roch H’odech ou Yom Tov ou H’anoukka ou Pourim,, il faut donc mentionner le passage supplémentaire correspondant au jour, même après la sortie du jour.

Cependant, Rabbénou Yossef H’AÏM z.ts.l écrit dans son livre Ben Ich H’aï (H’oukatt) qu’il faut effectivement trancher comme MARAN sur ce point, mais il limite ses propos en disant que tout ceci n’est valable que pour Chabbat et Yom Tov, mais pour Roch H’odech et H’anoukka (et Pourim) on ne doit pas mentionner le passage du jour au-delà de la sortie du jour.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (Halichott ‘Olam vol.2 page 83) discute sur les propos de Rabbénou Yossef H’AÏM, car dans son livre Ben Ich H’aï, Rabbénou Yossef H’AÏM n’explique pas la raison pour laquelle il faudrait faire une différence entre Chabbat et Yom Tov d’une part et H’anoukka et Roch H’odech d’autre part. Notre maitre le Rav z.ts.l écrit qu’il semble que le Ben Ich H’aï partage sur ce point l’opinion du Chlah Hakadoch - le Gaon auteur du Chéné Louh’ott Ha-Béritt – (citée dans le livre Yossef Omets- Yozfa chap.679) selon qui, les jours de Chabbat ou de Yom Tov où il y a la règle de « Tossefett » - la notion d’ajouter du temps profane sur le temps sacré (c'est-à-dire: si l’on allonge et que l’on sort le Chabbat plus tard que son heure de fin, la sainteté du Chabbat reste sur la personne jusqu’au moment où elle procèdera à la Havdala, ce qui n’est pas le cas pour des jours ordinaires où l’homme n’a pas la possibilité d’allonger le jour), il est certain qu’il faut mentionner le passage de « Rétsé » même lorsque le Chabbat est sorti, car on est encore « dans le Chabbat » (dans la « Tossefett »). Il en est de même pour les jours de Yom Tov. Mais un jour de Roch H’odech ou de H’anoukka où il n’y a pas de règle d’ajout du temps profane sur le temps sacré, il n’est plus approprié de mentionner « Ya’alé Véyavo » ou ‘Al Ha-Nissim » alors que le jour s’en est allé et que la nuit est venue.

Cependant, notre maitre le Rav z.ts.l réfute l’opinion du Ben Ich H’aï sur ce point, et il cite des preuves à ses propos. Notre maitre le Rav z.ts.l conclut que sur le plan Halachique, nous devons accepter les propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ qui tranche explicitement qu’il n’y a pas de différence sur ce point entre les jours, et de ce fait, aussi bien pour Chabbat et Yom Tov, aussi bien pour H’anoukka, Pourim et Roch H’odech, il faut toujours mentionner le passage relatif au jour même lorsque le jour est sorti, tant que le repas a débuté en journée.

(Il faut ajouter que même la source des propos du Ben Ich H’aï n’est pas certaine, car en réalité, le Chlah (Cha’ar Ha-Otiyott Ott 100) écrit explicitement l’intégralité des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, sur le plan pratique de la Halacha).

En conclusion: Dès lors où le repas a débuté en journée, et qu’il s’est étendu jusqu’à la nuit, il faut mentionner le passage relatif au jour pendant lequel a débuté le repas. Il n’y a pas de différence sur ce point entre la mention de « Rétsé » le jour de Chabbat, ou « Ya’alé Véyavo » les jours de Yom Tov ou de Roch H’odech, ou bien la mention de « ‘Al Ha-Nissim » les jours de H’anoukka et Pourim.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ESTA PERMITIDO CONSUMIR PESCADO CON LECHE?

Estudiamos en el Talmud, tratado de Hulin 103b, se prohíbe cocinar carnes con leche, a excepción de la carne de pescado y de langosta. Observamos entonces que, de acuerdo a la legislación talmúdica no se incluye en la prohibición de consumir o cocinar carne con lec......

Lire la Halacha

DIEZMO MONETARIO PARA LOS HIJOS

Pregunta: Las personas que suelen separar de sus ingresos mensuales el diezmo monetario ¿pueden destinar el mismo a la educación y demás necesidades de los hijos que de él dependen? Respuesta: Como hemos visto anteriormente, es una obligación para cada jud&iacut......

Lire la Halacha

RESTAURANTES KOSHER CON COCINEROS GENTILES

Según vimos en las entregas anteriores, no se debe comer alimentos cocinados por los gentiles, por lo tanto no se puede comer en los restaurants en los que cocinan cocineros gentiles a menos que cuenten con una supervisión Kosher de alguna entidad rabínica autorizada. General......

Lire la Halacha

BENDICIONES SOBRE ALIMENTOS EN LA NOCHE DE SHABUOT

Como vimos en la entrega anterior, es costumbre permanecer despiertos la noche de Shabuot y dedicar la misma al estudio de Tora. Asimismo escribimos que esta noche es preciso leer el “Tikun” correspondiente el cual, según los maestros de Cabalá posee gran importancia, y ......

Lire la Halacha


LA CARIDAD

Escribe el Tur, que es un precepto positivo que rige para cada individuo de Israel ayudar monetariamente a los necesitados, tzedaka; asimismo, existe una trasgresión para aquellos que evitan dar caridad, como está escrito en el versículo: No endurezcas su corazón y no cie......

Lire la Halacha

LA MEDIDA DE LA TZEDAKA

Escriben el Ramba”m, el Tur y Maran en el Shuljan Aruj que la persona que tiene las posibilidades de proveer todas las necesidades de los pobres, o sea que si es un hombre adinerado y tiene la posibilidad de ayudar a los menesterosos de su ciudad en todas sus necesidades, debe hacerlo. De toda......

Lire la Halacha

CONDICIONES EN LAS QUE SE AUTORIZA LA COCCIÓN DE UN GENTIL

Como hemos visto en la entrega anterior, nuestros sabios prohibieron la cocción del gentil, incluso si no existe la posibilidad de que se trate de un alimento prohibido, por ej. si el gentil cocina una papa, de todas formas nuestros sabios prohibieron los alimentos cocinados por el gentil. ......

Lire la Halacha

CAFÉ DEL GENTIL

Pregunta: Se puede consumir el café preparado por el gentil, por ej. el café que se sirve en los aviones, etc. o lo alcanza la prohibición de bishul goy –cocción del gentil- u otra prohibición? Respuesta: NO es este el contexto para analizar los problemas ......

Lire la Halacha