Halacha pourlundi 17 Kislev 5780 décembre 15 2019

Le respect du second époux de la mère et de la seconde épouse du père – Le respect des grands-frères

Nos maitres enseignent dans la Guémara Kétoubott (103a):
Il est dit dans la Torah : « Respecte ton père et ta mère » (« Kabèd Ett Avih’a VéEtt Iméh’a »). Apparemment, la Torah pouvait s’exprimer en disant « Kabèd Avih’a VéIméh’a », sans utiliser le mot « Ett ». Pourquoi l’avoir donc utilisé ? Nos maitres en déduisent que le premier « Ett » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers l’épouse de ton père, même si celle-ci n’est pas ta mère. Et le second « Ett » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers le mari de ta mère, même si ce n’est pas ton père, et que cet homme a épousé ta mère après le décès de ton père ou après le divorce de tes parents.

Nos maitres ajoutent que la lettre « Vav » du mot « VéEtt » de ce verset vient inclure le devoir de respect envers ton grand-frère.
C’est pourquoi, toute personne est tenue de respecter l’épouse de son père ainsi que l’époux de sa mère. De même, chacun est tenu de respecter son grand-frère.

Notre maitre le ROCH écrit dans un responsa qu’il n’y a pas de différence sur ce point entre un grand-frère (demi-frère) du côté de son père ou un grand-frère (demi-frère) du côté de sa mère, dans tous les cas, nous sommes soumis au devoir de respect. C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l qui ajoute qu’il n’y a pas de différence sur ce point entre un grand-frère et une grande-sœur car la règle de respect est relative aux deux.
Il faut être très vigilant sur cette règle, en particulier dans ces dernières générations où l’ordre et l’autorité au sein de la famille ne sont plus respectés comme dans les générations précédentes. Nous avons malgré tout le devoir d’accomplir les obligations de notre sainte Torah ainsi que les enseignements de nos maitres, et respecter le grand-frère et la grande-sœur conformément au Din.

Notre maitre le RAMBAM écrit que le devoir de respect envers le grand-frère et la grande-sœur n’est pas un réel devoir ordonné par la Torah, mais seulement par nos maitres qui l’ont institué en s’appuyant sur un verset de la Torah, car le devoir de respect envers l’épouse du père ou envers l’époux de la mère s’apprend dans la Guémara à partir des mots « Ett » (Avih’a) et « VéEtt » (Iméh’a), et l’on considère cette règle comme-ci elle avait été écrite explicitement dans la Torah, puisque la Torah a inclue ces obligations de façon explicite. Mais le devoir de respect envers le grand-frère et la grande-sœur - qui s’apprend uniquement du surplus de la lettre « Vav » (du mot « VéEtt Iméh’a ») - n’est pas considéré comme une chose écrite explicitement dans la Torah, mais seulement ordonné par nos maitres.

Les décisionnaires débattent afin de définir s’il y a un devoir de respecter le grand-frère ou la grande-sœur même après le décès des parents.
En effet, le RAMBAN écrit que le respect des frères et sœurs est lié au respect des parents, car il est humiliant pour les parents que leurs enfants ne soient pas respectés, mais après le décès des parents, cette raison n’est plus valable. D’autres décisionnaires se montrent malgré tout rigoureux sur ce point.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même s’il est interdit d’appeler son père (ou sa mère) par son prénom, comme nous l’avons écrit dans les précédentes Halachot, malgré tout, il semble qu’il n’y a pas d’interdit d’appeler son grand-frère par son prénom, et l’une des raisons à cela réside dans le fait que l’interdit d’appeler son père par son prénom n’émane pas du devoir de « respect » mais de celui de « crainte » envers le père et la mère. Or, vis-à-vis du grand-frère, nous n’avons pas trouvé de devoir de crainte mais uniquement un devoir de respect.
De même, toutes les notions de respect envers le grand-frère ne sont pas réellement égaux à ceux envers les parents, mais indiquent seulement de se comporter envers le grand-frère avec respect et savoir vivre, comme se comportent les gens qui craignent le ciel. Il est évident qu’il est interdit d’humilier ou de critiquer le grand-frère ou la grande-sœur, car ce comportement représente un véritable manque de respect, et il va à l’encontre des ordonnances de nos maitres.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Customary Order of Rosh Hashanah

It is customary to eat certain symbolic foods during the two nights of Rosh Hashanah which signify good fortune for the entire upcoming year. It is therefore customary to eat black-eyed peas, pumpkin, leek, spinach, dates, pomegranates, apples dipped in honey, and meat of a sheep’s head on the......

Lire la Halacha

Some Details Regarding the Prayers of the Days of Awe

Anyone who appreciates the loftiness of the Days of Awe customarily tries to recite all prayers of these days with much precision and care. There are many Machzorim on the market containing several versions for various texts, some which can be relied upon and others which cannot be relied upon at al......

Lire la Halacha

Lighting Candles on Rosh Hashanah and the Issue this Year

The Laws of Candle-Lighting on Rosh Hashanah On the first day of Rosh Hashanah, we customarily light Yom Tov candles before the onset of Yom Tov similar to the way we light them on Erev Shabbat. If the candles were not lit before the onset of Yom Tov, a woman may even light the candles on Yom Tov i......

Lire la Halacha

Should One Cry on Rosh Hashanah?

Question: What is the proper way to behave during the prayers of Rosh Hashanah: Should one arouse himself to cry during the prayers in order for Hashem to pity us and grant us all of our requests or should one pray amid great joy? Answer: The Mitzvah to be Glad on Rosh Hashanah The Poskim deli......

Lire la Halacha


Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

The Custom of Kaparot and the Custom of Maran zt”l

Question: Should one fulfill the custom of Kaparot specifically using chickens or should one merely use money? Answer: It is customary among all Jewish communities to perform Kaparot on Erev Yom Kippur by slaughtering chickens for every member of one’s household. It is customary to use a ro......

Lire la Halacha

Preparing for the Day of Judgment

During the days preceding Rosh Hashanah, every single member of the Jewish nation must contemplate his/her actions and perform some sort of self-introspection in order to ascertain how one can improve one’s actions and Mitzvah observance so as to guarantee one’s self powerful defenders o......

Lire la Halacha