Halacha pour mercredi 6 Kislev 5780 4 décembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle?

Réponse: Il est interdit d’appeler son père ou sa mère par leur prénom. Par exemple, si le père se nomme « Chémouel », il est interdit à son fils ou à sa fille de l’appeler « Chémouel », mais uniquement « Papa ». Ce Din est tranché dans la Guémara, où il est expliqué que l’on doit faire preuve de crainte lorsqu’on mentionne le prénom de son père ou de sa mère, en raison de leur respect, comme lorsqu’on ressent de la crainte lorsqu’on mentionne le nom d’Hachem.

Notre maître le RAMBAM ajoute qu’il est également interdit à quelqu’un d’appeler d’autres personnes par leur prénom si celui-ci est le même que celui de son père. Par exemple, si une personne a un ami qui se nomme « Chémouel » comme son père, il lui est interdit d’appeler son ami par son prénom « Chémouel ». On devra dans ce cas appeler l’ami par un surnom (décent) comme « Chmoulik » par exemple si les gens l’appellent ainsi. Ce Din du RAMBAM est fondé par des références dans le Talmud, et ses propos sont rapportés dans la Halacha.
Cependant, l’usage sur ce point est apparemment contraire à l’opinion du RAMBAM, car tout le monde s’autorise à appeler un ami par son prénom même lorsque celui-ci est identique au prénom du père de celui qui appelle, et l’on ne craint pas de manque de respect envers le père par cela.

En réalité, le RAMBAM lui-même écrit dans une Téchouva (responsa) que ce Din n’est valable qu’en présence du père, c'est-à-dire, lorsque le père est présent, il est interdit au fils dans ce cas d’appeler son ami par son prénom, lorsque celui-ci est identique à celui de son père.

La RAMBAM ajoute que ce Din n’est valable que lorsque le père possède un prénom rare, c'est-à-dire, un prénom qui n’est pas très répandu. Dans ce cas précis, il est interdit à une personne d’appeler son ami par son prénom lorsque celui-ci est le même que celui de son père, même en l’absence du père.
Par exemple, lorsque le prénom de son père est « Bo’az » ou « Gamliel » - qui sont des prénoms pas très répandus - et que le prénom de son ami est identique, il est interdit dans ce cas d’appeler son ami par son prénom, et ceci, même sans la présence du père.

L’usage répandu dans les communautés d’orient et du Maghreb de donner aux petits-enfants le prénom des grands-parents, la chose est parfaitement permise et juste, sans la moindre contestation, en l’honneur des grands-parents qui désirent toujours que leurs enfants donnent leurs prénoms à leurs propres enfants, et accomplir la volonté d’une personne c’est le respecter.

Même si l’usage irakien (lieu de naissance de notre maitre le Rav z.ts.l) était d’éviter de donner aux petits-enfants le prénom des grands-parents par respect envers les grands-parents, malgré tout, voici l’anecdote qui se produisit:
Lors de la Bérit Mila du premier garçon de notre maitre le Rav z.ts.l, le père de notre maitre le Rav z.ts.l – Rabbi Ya’akov OVADIA z.ts.l – s’approcha de son fils (notre maitre le Rav z.ts.l) et lui demanda à voix basse : « Comment as-tu prévu de nommer ton fils ? » Notre maitre le Rav z.ts.l répondit à son père : « Avraham, sur le prénom de mon beau-père Rabbi Avraham FATAL Ha-Lévy qui est d’origine de Alep en Syrie où l’on a l’usage de donner le prénom du grand-père. » Son père répondit à notre maitre le Rav z.ts.l : « Et moi ??! » Notre maitre le Rav z.ts.l dit à son père : « Mais nous sommes d’origine d’Irak, et les irakiens ne donnent pas le prénom du grand-père lorsqu’il est encore en vie ! » Son père dit à notre maitre le Rav z.ts.l: « Moi je n’attache aucune importance à cela ! » C’est pourquoi, notre maitre le Rav z.ts.l nomma son premier fils « Ya’akov ». (Il nomma ensuite son deuxième fils « Avraham »). Le Mohel qui réalisa la Bérit Mila du premier fils de notre maitre le Rav z.ts.l était l’un des plus grands Rabbanim originaires d’Irak, le Gaon Rabbi Tsadka H‘OUTSINN z.ts.l et lui aussi ne fit aucune remarque à notre maitre le Rav z.ts.l.
De même, notre maitre le Rav z.ts.l nomma sa fille « Yaffa » sur le prénom de sa mère (elle était encore en vie).

En conclusion: Si le prénom du père et celui de l’ami sont identiques, si le père est présent, il est interdit au fils d’appeler l’ami par son prénom, mais en l’absence du père c’est permis, excepté lorsque le père possède un prénom rare comme « Métouchélah’ », car dans ce cas il est interdit au fils d’appeler son ami par son prénom, même en l’absence du père.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha