Halacha pour mardi 23 Iyar 5779 28 mai 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Une ‘Amida offerte à titre personnel (« Téfilat Nédava »)

Question: Qu’est ce qu’une « Téfilatt Nédava » (‘Amida offerte à titre personnel), et est- ce valable de notre époque?

Réponse: Les offices journaliers (‘Amidott) que nous faisons ont été instaurés en correspondance aux sacrifices en vigueur du temps où le Temple existait, comme il est dit : « Nous substituons nos lèvres aux taureaux ». Ce qui signifie que les prières que nous disons sont un moyen de remplacement des sacrifices en vigueur dans le Temple (Bérachott 26b).

Même si à l’époque du Temple les gens priaient déjà, malgré tout, ce n’était pas une véritable obligation avec 3 offices quotidiens et dans le rituel que nous avons aujourd’hui.

Au même titre qu’un particulier était autorisé à venir au Temple et à offrir un sacrifice à titre personnel sans obligation, ainsi nous pouvons dire qu’une personne peut s’autoriser à offrir à Hachem un office (une ‘Amida) à titre personnel non inclus dans les offices quotidiens obligatoires.

C’est pour cela qu’il est expliqué dans la Guémara Bérachott (21a) qu’il est permis à un particulier d’offrir une ‘Amida en « cadeau » personnel à Hachem, et cette ‘Amida lui comptera le même mérite qu’un sacrifice offert à titre personnel.
Une telle personne mérite d’être qualifiée « Nédiv Lev » (généreux de cœur), comme il est dit dans le livre Divré Ha-Yamim 2 (39-31) : « Puis Yéh’izkiyahou prit la parole et dit : " Maintenant, vous vous êtes consacrés à Hachem, approchez et offrez des sacrifices et des actions de grâces dans le temple d’Hachem ", et l’assemblée offrit des sacrifices et des actions de grâces, et, toute personne généreuse de cœur offrit des holocaustes. »

Cependant, notre maitre le ROCH écrit dans une responsa (règle 4 chap.13) que celui qui prie une ‘Amida offerte « doit se connaître comme quelqu’un de prompt et évaluer ses capacités à se concentrer durant la totalité de la ‘Amida sans la moindre déconcentration, dans ces conditions il est qualifié de « généreux de cœur ». Mais s’il ne se concentre pas correctement (et qu’il s’autorise malgré tout une ‘Amida offerte), le texte dit de lui (Yécha’ya 1-11) : « Que m'importe la multitude de vos sacrifices ? Dit Hachem. Je suis saturé de vos holocaustes de béliers, de la graisse de vos sacrifices; le sang des taureaux, des agneaux, des boucs, je n'en veux point. »
Le ROCH ajoute qu’il serait déjà souhaitable que l’on se concentre correctement dans les 3 offices quotidiens obligatoires.

Le ROCH vient nous expliquer qu’étant donné qu’une prière dite sans concentration est comparable à un corps sans âme, nous nous devons de veiller en priorité à réaliser correctement les 3 offices quotidiens obligatoires avec toute la concentration possible, mais pour ce qui est d’ajouter des ‘Amidott supplémentaires, dans nos générations où la concentration est très difficile (et le ROCH vivait au moyen âge, à fortiori de nos jours …), pour la plupart des gens la chose ne serait pas souhaitable, et celui qui se l’imposerait se verrait attribuée la citation « Que m'importe la multitude de vos sacrifices ? »       

MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.107) tranche ainsi :
« Celui qui désire prier une ‘Amida offerte, est autorisé à le faire, mais il doit ajouter une demande personnelle dans sa prière. » (par exemple, demander la guérison d’une tierce personne dans la bénédiction de Réfaénou, ou tout exemple similaire pour les autres bénédictions de demande).
MARAN écrit encore :
« Celui qui désire prier une ‘Amida offerte doit se connaître comme quelqu’un de prompt et vigilant, et doit évaluer ses capacités à se concentrer durant la totalité de la ‘Amida. Mais s’il ne se concentre pas correctement, on lui attribuera la citation : « Que m'importe la multitude de vos sacrifices ? », et il serait déjà souhaitable que l’on se concentre correctement dans les 3 offices quotidiens obligatoires. » Fin de citation.

Rabbénou Chim’on Bar Tsémah’ (le RACHBETS) écrit dans ses commentaires :
« Nous n’avons vu personne dans nos générations ayant l’usage de prier une ‘Amida offerte »
« Dans ces générations, la notion de ‘Amida offerte a totalement disparue, et on ne doit absolument pas l’appliquer. »
C’est également ainsi que tranche Rabbénou H’aïm ABOUL’AFIA dans son livre Nichmatt H’aïm (chap.4), que « de notre temps, on ne doit absolument pas prier de ‘Amida offerte. »
C’est ainsi qu’écrivent d’autres grands décisionnaires de ces derniers siècles.

Par conséquent, dans la pratique, on ne doit absolument pas prier de ‘Amida offerte de notre époque.
Dans les prochaines Halachot, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – les cas exceptionnels où nous devons et où nous sommes malgré tout autorisés à prier une ‘Amida offerte.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives à l’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Nous avons expliqué qu’il est un devoir d’allumer les Nérot durant les jours de ‘Hanouka, et ce devoir concerne aussi les hommes que les femmes. La quantité d’huile Avant d’allumer les Nerot de ‘H'anouka,......

Lire la Halacha

La fête de ‘Hanouka

Nous sommes à l’approche de la fête de ‘Hanouka, nous allons donc commencer à expliquer l’essentiel des lois relatives à cette fête. Les dates de H’anoukah pour cette année (5780) La fête de ‘Hanouka dure 8 jours, &agrav......

Lire la Halacha

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha


Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha

Détails au sujet du respect des parents après leur disparition

Question: Quelle est l’utilité de dire l’expression « Haréni Kaparatt Michkavo » lorsqu’on mentionne les parents après leur décès? Y a-t-il une importance à dire cette expression même après les 12 mois dep......

Lire la Halacha

Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha