Halacha pour mercredi 30 Sivan 5779 3 juillet 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Erets Israël

Question: Une personne qui habite en Israël et dont les parents - qui vivent en dehors d’Israël - lui demandent de venir les rejoindre pour vivre à leurs côtés en dehors d’Israël, cette personne est-elle tenue d’obéir à ses parents sur ce point à titre de la Mitsva de respecter ses parents, ou pas?

Réponse: Nos maîtres enseignent dans le Midrach Sifri:
Un jour, Rabbi Yéhouda Ben Bétéra, Rabbi Matya Ben H’arach et Rabbi H’anina le neveu de Rabbi Yéhochoua’ voyageaient d’Israël vers l’étranger. Lorsqu’ils arrivèrent à la frontière d’Israël, ils levèrent les yeux et versèrent des larmes en déchirant leurs vêtements et en citant le verset : « Vous hériterez de la terre et vous vous y installerez » qui est lui-même suivi d’un autre verset : « Vous observerez afin d’accomplir toutes les lois et tous les jugements ». Ceci afin de t’apprendre que la Mitsva d’habiter en Israël équivaut à toutes les Mitsvot ». Et ils rebroussèrent chemin.

Le RAMBAN écrit dans son Sefer Ha-Mitsvot que la Mitsva d’habiter en Israël reste une ordonnance de la Torah même de notre époque. Le RASHBETS ainsi que la majorité des décisionnaires approuvent cette opinion.

Le Maharam de ROTTENBOURG tranche dans une Tchouva qu’un fils ne doit pas écouter son père s’il lui ordonne de ne pas émigrer en Israël, car habiter en Israël est une Mitsva. Or, nos maîtres ont par ailleurs commenté un verset dans la Guémara Yévamott (5b) : « Chacun doit craindre sa mère et son père, et vous respecterez mes Chabbatott, Je suis Hachem. » Vous êtes tous soumis à mon respect. Si la Mitsva de craindre le père et la mère est suivie immédiatement des termes « Je suis Hachem », c’est pour nous indiquer que chacun est soumis au devoir de respecter Hachem. C’est pourquoi, chaque fois qu’il s’agit d’une Mitsva, on ne doit pas écouter le père, car le respect d’Hachem prime. Telle est l’approbation des décisionnaires selon lesquels même si le père ordonne au fils de transgresser seulement un interdit Midérabanann (décret de nos maîtres), le fils ne doit pas l’écouter, car le respect d’Hachem prime toujours sur le respect du père, et le père est lui aussi tenu d’écouter les paroles de nos maîtres. C’est ainsi que tranche MARANN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (Yoré Dé’a chap.240).

C’est également ainsi qu’a tranché sur un problème similaire le MABYTT au sujet d’une personne qui avait fait le serment d’émigrer en Israël et dont le père lui demande d’annuler son vœu et de ne pas émigrer en Israël. Le MABYTT tranche que cette personne n’est pas autorisée à annuler son vœu et doit émigrer en Israël sans obéir à son père, car la Mitsva d’habiter en Israël représente une grande Mitsva même de notre époque. De plus, le MABYTT ajoute que ce fils ne transgresse aucun interdit en refusant d’écouter son père sur ce point, car ses parents peuvent eux aussi émigrer avec lui en Israël où il pourra continuer à les honorer.

Nous pouvons en déduire qu’il est certain qu’il est interdit de « descendre » d’Israël vers l’étranger même dans le but d’accomplir la Mitsva de respecter son père et sa mère.
Cependant, il existe un cas d’exception qui est celui du fils qui désire quitter Israël seulement pour une courte visite auprès de ses parents, afin de les honorer et de se réjouir avec eux, en quittant Israël seulement de façon provisoire. Ce cas est permis, car cette situation ne s’assimile pas au fait d’annuler réellement la Mitsva d’habiter en Israël, comme l’écrit le TACHBETS dans une Tchouva, qu’il ne faut permettre de quitter Israël seulement pour étudier la Torah, ou pour accomplir la Mitsva de respecter ses parents. Les décisionnaires se sont déjà interrogé sur le réel sens des propos du TACHBETS puisqu’il est certain qu’il n’existe aucune permission de quitter définitivement Israël pour accomplir la Mitsva de respecter ses parents. Les commentateurs expliquent ses propos en disant qu’il s’agit ici de quitter Israël pour un court moment afin d’aller visiter ses parents et de revenir immédiatement après en Israël. Dans un tel cas, la Mitsva d’habiter Israël est provisoirement repoussée vis-à-vis de la Mitsva de respecter ses parents. Mais il ne faut absolument pas autoriser à rester définitivement en dehors d’Israël pour respecter la volonté de ses parents.

En conclusion:
Une personne qui habite en Israël n’a pas le droit de quitter Israël pour aller vivre à proximité de ses parents. Malgré tout, s’il s’agit d’une courte visite, il est permis de quitter Israël pour aller accomplir la Mitsva de respecter ses parents.

Cependant, il faut quand même préciser que cette question se présente parfois sous différents aspects, et nécessite l’avis d’un Rav compétent dans ce domaine pour chaque cas de façon indépendante. Par exemple, lorsque la chose peut provoquer un éloignement au sein de l’ensemble des membres de la famille, et aussi à l’éloignement de la Torah et des Mitsvot lorsque celui qui habite Israël est le chef spirituel de la famille, et dans ces cas-là, il est peut être envisageable de quitter Israël pour une cause aussi importante, de laquelle dépendent de nombreux principes fondamentaux de la Torah. Celui qui écoute le conseil est sage.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha