Halacha pour mercredi 30 Sivan 5779 3 juillet 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Erets Israël

Question: Une personne qui habite en Israël et dont les parents - qui vivent en dehors d’Israël - lui demandent de venir les rejoindre pour vivre à leurs côtés en dehors d’Israël, cette personne est-elle tenue d’obéir à ses parents sur ce point à titre de la Mitsva de respecter ses parents, ou pas?

Réponse: Nos maîtres enseignent dans le Midrach Sifri:
Un jour, Rabbi Yéhouda Ben Bétéra, Rabbi Matya Ben H’arach et Rabbi H’anina le neveu de Rabbi Yéhochoua’ voyageaient d’Israël vers l’étranger. Lorsqu’ils arrivèrent à la frontière d’Israël, ils levèrent les yeux et versèrent des larmes en déchirant leurs vêtements et en citant le verset : « Vous hériterez de la terre et vous vous y installerez » qui est lui-même suivi d’un autre verset : « Vous observerez afin d’accomplir toutes les lois et tous les jugements ». Ceci afin de t’apprendre que la Mitsva d’habiter en Israël équivaut à toutes les Mitsvot ». Et ils rebroussèrent chemin.

Le RAMBAN écrit dans son Sefer Ha-Mitsvot que la Mitsva d’habiter en Israël reste une ordonnance de la Torah même de notre époque. Le RASHBETS ainsi que la majorité des décisionnaires approuvent cette opinion.

Le Maharam de ROTTENBOURG tranche dans une Tchouva qu’un fils ne doit pas écouter son père s’il lui ordonne de ne pas émigrer en Israël, car habiter en Israël est une Mitsva. Or, nos maîtres ont par ailleurs commenté un verset dans la Guémara Yévamott (5b) : « Chacun doit craindre sa mère et son père, et vous respecterez mes Chabbatott, Je suis Hachem. » Vous êtes tous soumis à mon respect. Si la Mitsva de craindre le père et la mère est suivie immédiatement des termes « Je suis Hachem », c’est pour nous indiquer que chacun est soumis au devoir de respecter Hachem. C’est pourquoi, chaque fois qu’il s’agit d’une Mitsva, on ne doit pas écouter le père, car le respect d’Hachem prime. Telle est l’approbation des décisionnaires selon lesquels même si le père ordonne au fils de transgresser seulement un interdit Midérabanann (décret de nos maîtres), le fils ne doit pas l’écouter, car le respect d’Hachem prime toujours sur le respect du père, et le père est lui aussi tenu d’écouter les paroles de nos maîtres. C’est ainsi que tranche MARANN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (Yoré Dé’a chap.240).

C’est également ainsi qu’a tranché sur un problème similaire le MABYTT au sujet d’une personne qui avait fait le serment d’émigrer en Israël et dont le père lui demande d’annuler son vœu et de ne pas émigrer en Israël. Le MABYTT tranche que cette personne n’est pas autorisée à annuler son vœu et doit émigrer en Israël sans obéir à son père, car la Mitsva d’habiter en Israël représente une grande Mitsva même de notre époque. De plus, le MABYTT ajoute que ce fils ne transgresse aucun interdit en refusant d’écouter son père sur ce point, car ses parents peuvent eux aussi émigrer avec lui en Israël où il pourra continuer à les honorer.

Nous pouvons en déduire qu’il est certain qu’il est interdit de « descendre » d’Israël vers l’étranger même dans le but d’accomplir la Mitsva de respecter son père et sa mère.
Cependant, il existe un cas d’exception qui est celui du fils qui désire quitter Israël seulement pour une courte visite auprès de ses parents, afin de les honorer et de se réjouir avec eux, en quittant Israël seulement de façon provisoire. Ce cas est permis, car cette situation ne s’assimile pas au fait d’annuler réellement la Mitsva d’habiter en Israël, comme l’écrit le TACHBETS dans une Tchouva, qu’il ne faut permettre de quitter Israël seulement pour étudier la Torah, ou pour accomplir la Mitsva de respecter ses parents. Les décisionnaires se sont déjà interrogé sur le réel sens des propos du TACHBETS puisqu’il est certain qu’il n’existe aucune permission de quitter définitivement Israël pour accomplir la Mitsva de respecter ses parents. Les commentateurs expliquent ses propos en disant qu’il s’agit ici de quitter Israël pour un court moment afin d’aller visiter ses parents et de revenir immédiatement après en Israël. Dans un tel cas, la Mitsva d’habiter Israël est provisoirement repoussée vis-à-vis de la Mitsva de respecter ses parents. Mais il ne faut absolument pas autoriser à rester définitivement en dehors d’Israël pour respecter la volonté de ses parents.

En conclusion:
Une personne qui habite en Israël n’a pas le droit de quitter Israël pour aller vivre à proximité de ses parents. Malgré tout, s’il s’agit d’une courte visite, il est permis de quitter Israël pour aller accomplir la Mitsva de respecter ses parents.

Cependant, il faut quand même préciser que cette question se présente parfois sous différents aspects, et nécessite l’avis d’un Rav compétent dans ce domaine pour chaque cas de façon indépendante. Par exemple, lorsque la chose peut provoquer un éloignement au sein de l’ensemble des membres de la famille, et aussi à l’éloignement de la Torah et des Mitsvot lorsque celui qui habite Israël est le chef spirituel de la famille, et dans ces cas-là, il est peut être envisageable de quitter Israël pour une cause aussi importante, de laquelle dépendent de nombreux principes fondamentaux de la Torah. Celui qui écoute le conseil est sage.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha