Halacha pour dimanche 23 Iyar 5780 17 mai 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’interdiction de « H’adach »

Il y a 5 ans, nous avons expliqué dans la « Halacha Yomit » quelques règles relatives à l’interdiction de « ‘Hadach ». Or, puisque nous sommes environ un mois après Péssa’h, nous avons jugé utile de revenir sur ces règles.

La règle de « H’adach »
Il est dit dans la Torah (Vaykra 23):

« … quand vous serez arrivés dans le pays que je vous accorde, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez un Ômer (mesure de prélèvement) des prémices de votre moisson au Cohen… lequel balancera cet Ômer devant Hachem, pour vous le rendre propice; c'est le lendemain du Chabbat que le Cohen le balancera… Vous ne mangerez ni pain, ni grains torréfiés, ni gruau, jusqu'à ce jour même … »

Explication:
Hachem nous ordonne une interdiction selon laquelle toute la nouvelle récolte (« H’adach ») des 5 céréales du Dagan (blé, orge, avoine, épeautre et sarrasin) produite avant Péssah’, est interdite à la consommation jusqu’au 16 Nissan qui est lendemain du 1er jour de Péssah’ (tel est le sens du verset « c'est le lendemain du Chabbat », c'est-à-dire le lendemain du 1er jour de Péssah’ qui est désigné ici sous le terme « Chabbat »).

Au temps où le Temple de Jérusalem existait, on offrait ce jour-là le « Sacrifice du ‘Omer », et dès lors que l’on offrait ce sacrifice, il était désormais permis de consommer de la nouvelle récolte produite avant Péssah’. De notre époque où nous n’avons malheureusement plus le Temple, il est interdit de consommer de la nouvelle récolte jusqu’au soir du 17 Nissan (en dehors d’Israël, jusqu’au soir du 18 Nissan). (Soukka 41a).

La règle de « H’adach » de notre époque, en dehors d’Israël, et pour une récolte de non-juifs
Il est expliqué dans la Guémara Ménah’ott (68a) que l’interdiction de « H’adach » est en vigueur selon la Torah même de notre temps.

Il est également expliqué dans la Guémara Kiddouchinn (36a) ainsi que dans une Michna du traité ‘Orla que l’interdiction de « H’adach » est en vigueur aussi bien en Erets Israël qu’en dehors d’Israël. Ainsi tranchent le RIF, le RAMBAM et le ROCH.

Il est expliqué dans le Talmud Yérouchalmi (cité par les Tossafot sur Kiddouchinn 37a) que l’interdiction de « H’adach » est en vigueur aussi bien avec la récolte d’un juif qu’avec celle d’un non-juif.

Le moment précis déterminant si la récolte est « H’adach »
Nous avons donc appris que le blé et l’orge produits avant la fête de Péssah’ sont interdits à la consommation jusqu’au soir du 17 Nissan.
Le moment précis qui détermine si la récolte a été « produite » avant la fête de Péssah’ ou après, est le moment où les graines prennent racine dans le sol.
C'est-à-dire : A partir du moment où l’on ensemence les graines, un certain laps de temps s’écoule jusqu’à l’enracinement dans le sol (les décisionnaires débattent afin de définir ce laps de temps. Selon l’opinion du Téroumatt Ha-Déchenn, ce laps de temps est de 3 jours, et selon l’opinion du Dagoul Mé-Révava, le Gaon de Vilna et d’autres décisionnaires, ce laps de temps est de 2 semaines.)
A partir du moment où les graines ont pris racine dans le sol, la récolte pérennise.

Par conséquent, du blé ensemencé à Roch H’odech Adar, qui a poussé dans le sol et qui a été moissonné au mois de Iyar ou au mois de Sivan, cette récolte est permise à la consommation, car le temps de l’enracinement était avant Péssah’, et au 17 Nissan, cette récolte était autorisée à la consommation.

Mais du blé ensemencé après Péssah’, par exemple à partir du mois de Iyar, et qu’on a moissonnée avant le Péssah’ suivant, cette récolte reste interdite jusqu’au soir du 17 Nissan.

En Erets Israël, en général, on ensemence les grains de blé avant la fête de Péssah’, et le blé est moissonné après la fête de Péssah’, par conséquent, lorsque la récolte arrive chez les distributeurs, elle est permise puisque la fête de Péssah’ est passée. Mais en dehors d’Israël, il existe de nombreux endroits où l’on ensemence le blé après Péssah’ et on le moissonne au mois de H’echvann. Il est donc interdit de le consommer jusqu’à ce que la fête de Péssah’ passe, comme nous l’avons écrit.

Du temps où notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l occupait les fonctions de Grand Rabbin d’Israël, il discuta du problème avec le ministre du commerce afin que l’état d’Israël acquière exclusivement du blé des Etats-Unis à partir d’une production ultérieure à la fête de Péssah’, et que l’on n’importe pas de production antérieure à la fête de Péssah’, en raison de l’interdiction de « H’adach ».
De façon globale, les choses ont été réalisées de façon conforme, et toute production de blé importée en Israël provenait d’une récolte « ancienne », ultérieure à la fête de Péssah’.

Dans la prochaine Halacha, nous écrirons – avec l’aide d’Hachem – comment doit-on agir sur le plan pratique.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Le statut des femmes vis-à-vis des repas de Chabbat – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de consommer les 3 repas de Chabbat, au même titre que les hommes? Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principales règes relatives aux repas du Chabbat. Parmi ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha