Halacha pour jeudi 3 Tammuz 5780 25 juin 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Mesurer ou peser pour les nécessités d’une Mitsva pendant Chabbat ou Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov. Par exemple, il est interdit de peser pendant Chabbat des aliments ou liquides divers au moyen d’une balance, même si celle-ci fonctionne uniquement au moyen d’un ressort et non au moyen de l’électricité, la chose reste interdite Midérabbanan (par décret de nos maitres).

Mesurer pour les besoins d’une Mitsva
Cependant, il est expliqué dans une Michna à la fin du traité Chabbat (157a) que nos maitres ont autorisé de mesurer pendant Chabbat pour les besoins d’une Mitsva.
Par exemple, s’il y a une nécessité de mesurer la taille d’un Mikvé pendant Chabbat au moyen d’un outil de mesure (non-électrique) afin de savoir si le Mikvé est Cacher et si l’on peut s’y tremper ou pas, il est permis de le faire.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arouh’ (chap.306-7).

Les propos du Péri Mégadim
L’auteur du Péri Magédim explique cette différence en disant que toute la raison pour laquelle nos maitres ont interdit de mesurer pendant Chabbat est fondée sur des activités de jours de semaine que l’on appelle « Ovadinn Dé-‘Hol », car il est fréquent de réaliser des mesures et des pesées sur des fruits et légumes ou sur de la viande lorsqu’on les achète. Mais lorsque la mesure est réalisée pour les besoins d’une Mitsva, comme mesurer la quantité d’eau dans le Mikvé, la chose ne s’apparente pas à « Ovadinn Dé-‘Hol », et il est permis de le faire pendant Chabbat et Yom Tov.

Le malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour
De même, au sujet d’un malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour – qui doit s’alimenter de façon « Pa’hott Pa’hott Mi-Kéchi’our », c'est-à-dire, en lui donnant à manger à chaque fois des quantités de nourriture inférieures à Kazaït (inférieures à 27 g), afin que sa consommation n’entraîne pas le châtiment de « Karett » pour avoir consommer le jour de Yom Kippour – le Séfer Ha-‘Hinouh’ tranche (Mitsva 313) qu’il est permis de peser et de mesurer les quantités d’aliments que le malade en danger consomme le jour de Yom Kippour, afin qu’il n’y ait pas une quantité supérieure à Kazaït (consommée en une seule fois).
Les décisionnaires expliquent (Michna Béroura chap.306) qu’il nous est préférable de craindre le sévère interdit de la Torah de consommer le jour de Yom Kippour, que de craindre le décret de nos maitres de ne pas mesurer pendant Chabbat.
Qui plus est, cette mesure fait aussi partie des mesures pour les besoins d’une Mitsva.

La décision Halachique de notre maitre le Rav z.ts.l
C’est pour cette raison que notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (dans ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.6 page 26, ainsi qu’à d’autres endroits), qu’il est permis de mesurer et de peser le soir de Péssah’ les quantités de Kazaït du Maror et de la Matsa, car ces mesures sont elles-aussi des mesures de Mitsva, et ne sont pas considérées comme « Ovadinn Dé-‘Hol ».

Cependant, il est évident que même s’il est permis de cuire pendant Yom Tov pour les besoins du Yom Tov lui-même, et que ces cuissons représentent elles-aussi une Mitsva en l’honneur de Yom Tov, malgré tout, le fait de peser les aliments pour les besoins de la cuisson, n’est pas considéré comme une mesure de Mitsva, car ce n’est que lorsque les besoins de la Mitsva sont véritablement distincts – comme mesurer un Mikvé ou peser la Matsa ou le Maror – que l’on ne craint pas l’interdiction de mesurer. Mais peser ou mesurer pour les besoins d’une cuisson pendant Yom Tov reste interdit.

Il est permis de préparer pendant Chabbat pour un bébé, un biberon de substitut de lait ou autre, même si l’on mesure la quantité d’eau grâce aux graduations sur le biberon.

En conclusion: Bien qu’il soit interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov, malgré tout, il est permis de mesurer ou de peser lorsqu’il s’agit des besoins d’une Mitsva, comme peser le poids du Maror ou de la Matsa le soir de Péssah’, ou bien mesurer la quantité d’eau dans un Mikvé, ou encore prendre la température d’un malade (avec un thermomètre mécanique). Toutes ces mesures sont permises pendant Chabbat et Yom Tov, comme nous l’avons expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha