Halacha pour jeudi 3 Tammuz 5780 25 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Mesurer ou peser pour les nécessités d’une Mitsva pendant Chabbat ou Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov. Par exemple, il est interdit de peser pendant Chabbat des aliments ou liquides divers au moyen d’une balance, même si celle-ci fonctionne uniquement au moyen d’un ressort et non au moyen de l’électricité, la chose reste interdite Midérabbanan (par décret de nos maitres).

Mesurer pour les besoins d’une Mitsva
Cependant, il est expliqué dans une Michna à la fin du traité Chabbat (157a) que nos maitres ont autorisé de mesurer pendant Chabbat pour les besoins d’une Mitsva.
Par exemple, s’il y a une nécessité de mesurer la taille d’un Mikvé pendant Chabbat au moyen d’un outil de mesure (non-électrique) afin de savoir si le Mikvé est Cacher et si l’on peut s’y tremper ou pas, il est permis de le faire.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arouh’ (chap.306-7).

Les propos du Péri Mégadim
L’auteur du Péri Magédim explique cette différence en disant que toute la raison pour laquelle nos maitres ont interdit de mesurer pendant Chabbat est fondée sur des activités de jours de semaine que l’on appelle « Ovadinn Dé-‘Hol », car il est fréquent de réaliser des mesures et des pesées sur des fruits et légumes ou sur de la viande lorsqu’on les achète. Mais lorsque la mesure est réalisée pour les besoins d’une Mitsva, comme mesurer la quantité d’eau dans le Mikvé, la chose ne s’apparente pas à « Ovadinn Dé-‘Hol », et il est permis de le faire pendant Chabbat et Yom Tov.

Le malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour
De même, au sujet d’un malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour – qui doit s’alimenter de façon « Pa’hott Pa’hott Mi-Kéchi’our », c'est-à-dire, en lui donnant à manger à chaque fois des quantités de nourriture inférieures à Kazaït (inférieures à 27 g), afin que sa consommation n’entraîne pas le châtiment de « Karett » pour avoir consommer le jour de Yom Kippour – le Séfer Ha-‘Hinouh’ tranche (Mitsva 313) qu’il est permis de peser et de mesurer les quantités d’aliments que le malade en danger consomme le jour de Yom Kippour, afin qu’il n’y ait pas une quantité supérieure à Kazaït (consommée en une seule fois).
Les décisionnaires expliquent (Michna Béroura chap.306) qu’il nous est préférable de craindre le sévère interdit de la Torah de consommer le jour de Yom Kippour, que de craindre le décret de nos maitres de ne pas mesurer pendant Chabbat.
Qui plus est, cette mesure fait aussi partie des mesures pour les besoins d’une Mitsva.

La décision Halachique de notre maitre le Rav z.ts.l
C’est pour cette raison que notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (dans ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.6 page 26, ainsi qu’à d’autres endroits), qu’il est permis de mesurer et de peser le soir de Péssah’ les quantités de Kazaït du Maror et de la Matsa, car ces mesures sont elles-aussi des mesures de Mitsva, et ne sont pas considérées comme « Ovadinn Dé-‘Hol ».

Cependant, il est évident que même s’il est permis de cuire pendant Yom Tov pour les besoins du Yom Tov lui-même, et que ces cuissons représentent elles-aussi une Mitsva en l’honneur de Yom Tov, malgré tout, le fait de peser les aliments pour les besoins de la cuisson, n’est pas considéré comme une mesure de Mitsva, car ce n’est que lorsque les besoins de la Mitsva sont véritablement distincts – comme mesurer un Mikvé ou peser la Matsa ou le Maror – que l’on ne craint pas l’interdiction de mesurer. Mais peser ou mesurer pour les besoins d’une cuisson pendant Yom Tov reste interdit.

Il est permis de préparer pendant Chabbat pour un bébé, un biberon de substitut de lait ou autre, même si l’on mesure la quantité d’eau grâce aux graduations sur le biberon.

En conclusion: Bien qu’il soit interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov, malgré tout, il est permis de mesurer ou de peser lorsqu’il s’agit des besoins d’une Mitsva, comme peser le poids du Maror ou de la Matsa le soir de Péssah’, ou bien mesurer la quantité d’eau dans un Mikvé, ou encore prendre la température d’un malade (avec un thermomètre mécanique). Toutes ces mesures sont permises pendant Chabbat et Yom Tov, comme nous l’avons expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha