Halacha pour jeudi 3 Tammuz 5780 25 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Mesurer ou peser pour les nécessités d’une Mitsva pendant Chabbat ou Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov. Par exemple, il est interdit de peser pendant Chabbat des aliments ou liquides divers au moyen d’une balance, même si celle-ci fonctionne uniquement au moyen d’un ressort et non au moyen de l’électricité, la chose reste interdite Midérabbanan (par décret de nos maitres).

Mesurer pour les besoins d’une Mitsva
Cependant, il est expliqué dans une Michna à la fin du traité Chabbat (157a) que nos maitres ont autorisé de mesurer pendant Chabbat pour les besoins d’une Mitsva.
Par exemple, s’il y a une nécessité de mesurer la taille d’un Mikvé pendant Chabbat au moyen d’un outil de mesure (non-électrique) afin de savoir si le Mikvé est Cacher et si l’on peut s’y tremper ou pas, il est permis de le faire.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arouh’ (chap.306-7).

Les propos du Péri Mégadim
L’auteur du Péri Magédim explique cette différence en disant que toute la raison pour laquelle nos maitres ont interdit de mesurer pendant Chabbat est fondée sur des activités de jours de semaine que l’on appelle « Ovadinn Dé-‘Hol », car il est fréquent de réaliser des mesures et des pesées sur des fruits et légumes ou sur de la viande lorsqu’on les achète. Mais lorsque la mesure est réalisée pour les besoins d’une Mitsva, comme mesurer la quantité d’eau dans le Mikvé, la chose ne s’apparente pas à « Ovadinn Dé-‘Hol », et il est permis de le faire pendant Chabbat et Yom Tov.

Le malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour
De même, au sujet d’un malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour – qui doit s’alimenter de façon « Pa’hott Pa’hott Mi-Kéchi’our », c'est-à-dire, en lui donnant à manger à chaque fois des quantités de nourriture inférieures à Kazaït (inférieures à 27 g), afin que sa consommation n’entraîne pas le châtiment de « Karett » pour avoir consommer le jour de Yom Kippour – le Séfer Ha-‘Hinouh’ tranche (Mitsva 313) qu’il est permis de peser et de mesurer les quantités d’aliments que le malade en danger consomme le jour de Yom Kippour, afin qu’il n’y ait pas une quantité supérieure à Kazaït (consommée en une seule fois).
Les décisionnaires expliquent (Michna Béroura chap.306) qu’il nous est préférable de craindre le sévère interdit de la Torah de consommer le jour de Yom Kippour, que de craindre le décret de nos maitres de ne pas mesurer pendant Chabbat.
Qui plus est, cette mesure fait aussi partie des mesures pour les besoins d’une Mitsva.

La décision Halachique de notre maitre le Rav z.ts.l
C’est pour cette raison que notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (dans ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.6 page 26, ainsi qu’à d’autres endroits), qu’il est permis de mesurer et de peser le soir de Péssah’ les quantités de Kazaït du Maror et de la Matsa, car ces mesures sont elles-aussi des mesures de Mitsva, et ne sont pas considérées comme « Ovadinn Dé-‘Hol ».

Cependant, il est évident que même s’il est permis de cuire pendant Yom Tov pour les besoins du Yom Tov lui-même, et que ces cuissons représentent elles-aussi une Mitsva en l’honneur de Yom Tov, malgré tout, le fait de peser les aliments pour les besoins de la cuisson, n’est pas considéré comme une mesure de Mitsva, car ce n’est que lorsque les besoins de la Mitsva sont véritablement distincts – comme mesurer un Mikvé ou peser la Matsa ou le Maror – que l’on ne craint pas l’interdiction de mesurer. Mais peser ou mesurer pour les besoins d’une cuisson pendant Yom Tov reste interdit.

Il est permis de préparer pendant Chabbat pour un bébé, un biberon de substitut de lait ou autre, même si l’on mesure la quantité d’eau grâce aux graduations sur le biberon.

En conclusion: Bien qu’il soit interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov, malgré tout, il est permis de mesurer ou de peser lorsqu’il s’agit des besoins d’une Mitsva, comme peser le poids du Maror ou de la Matsa le soir de Péssah’, ou bien mesurer la quantité d’eau dans un Mikvé, ou encore prendre la température d’un malade (avec un thermomètre mécanique). Toutes ces mesures sont permises pendant Chabbat et Yom Tov, comme nous l’avons expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha