Halacha pour jeudi 3 Tammuz 5780 25 juin 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Mesurer ou peser pour les nécessités d’une Mitsva pendant Chabbat ou Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que nos maitres ont interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov. Par exemple, il est interdit de peser pendant Chabbat des aliments ou liquides divers au moyen d’une balance, même si celle-ci fonctionne uniquement au moyen d’un ressort et non au moyen de l’électricité, la chose reste interdite Midérabbanan (par décret de nos maitres).

Mesurer pour les besoins d’une Mitsva
Cependant, il est expliqué dans une Michna à la fin du traité Chabbat (157a) que nos maitres ont autorisé de mesurer pendant Chabbat pour les besoins d’une Mitsva.
Par exemple, s’il y a une nécessité de mesurer la taille d’un Mikvé pendant Chabbat au moyen d’un outil de mesure (non-électrique) afin de savoir si le Mikvé est Cacher et si l’on peut s’y tremper ou pas, il est permis de le faire.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arouh’ (chap.306-7).

Les propos du Péri Mégadim
L’auteur du Péri Magédim explique cette différence en disant que toute la raison pour laquelle nos maitres ont interdit de mesurer pendant Chabbat est fondée sur des activités de jours de semaine que l’on appelle « Ovadinn Dé-‘Hol », car il est fréquent de réaliser des mesures et des pesées sur des fruits et légumes ou sur de la viande lorsqu’on les achète. Mais lorsque la mesure est réalisée pour les besoins d’une Mitsva, comme mesurer la quantité d’eau dans le Mikvé, la chose ne s’apparente pas à « Ovadinn Dé-‘Hol », et il est permis de le faire pendant Chabbat et Yom Tov.

Le malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour
De même, au sujet d’un malade en danger qui consomme le jour de Yom Kippour – qui doit s’alimenter de façon « Pa’hott Pa’hott Mi-Kéchi’our », c'est-à-dire, en lui donnant à manger à chaque fois des quantités de nourriture inférieures à Kazaït (inférieures à 27 g), afin que sa consommation n’entraîne pas le châtiment de « Karett » pour avoir consommer le jour de Yom Kippour – le Séfer Ha-‘Hinouh’ tranche (Mitsva 313) qu’il est permis de peser et de mesurer les quantités d’aliments que le malade en danger consomme le jour de Yom Kippour, afin qu’il n’y ait pas une quantité supérieure à Kazaït (consommée en une seule fois).
Les décisionnaires expliquent (Michna Béroura chap.306) qu’il nous est préférable de craindre le sévère interdit de la Torah de consommer le jour de Yom Kippour, que de craindre le décret de nos maitres de ne pas mesurer pendant Chabbat.
Qui plus est, cette mesure fait aussi partie des mesures pour les besoins d’une Mitsva.

La décision Halachique de notre maitre le Rav z.ts.l
C’est pour cette raison que notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (dans ‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.6 page 26, ainsi qu’à d’autres endroits), qu’il est permis de mesurer et de peser le soir de Péssah’ les quantités de Kazaït du Maror et de la Matsa, car ces mesures sont elles-aussi des mesures de Mitsva, et ne sont pas considérées comme « Ovadinn Dé-‘Hol ».

Cependant, il est évident que même s’il est permis de cuire pendant Yom Tov pour les besoins du Yom Tov lui-même, et que ces cuissons représentent elles-aussi une Mitsva en l’honneur de Yom Tov, malgré tout, le fait de peser les aliments pour les besoins de la cuisson, n’est pas considéré comme une mesure de Mitsva, car ce n’est que lorsque les besoins de la Mitsva sont véritablement distincts – comme mesurer un Mikvé ou peser la Matsa ou le Maror – que l’on ne craint pas l’interdiction de mesurer. Mais peser ou mesurer pour les besoins d’une cuisson pendant Yom Tov reste interdit.

Il est permis de préparer pendant Chabbat pour un bébé, un biberon de substitut de lait ou autre, même si l’on mesure la quantité d’eau grâce aux graduations sur le biberon.

En conclusion: Bien qu’il soit interdit de réaliser une « mesure » pendant Chabbat et Yom Tov, malgré tout, il est permis de mesurer ou de peser lorsqu’il s’agit des besoins d’une Mitsva, comme peser le poids du Maror ou de la Matsa le soir de Péssah’, ou bien mesurer la quantité d’eau dans un Mikvé, ou encore prendre la température d’un malade (avec un thermomètre mécanique). Toutes ces mesures sont permises pendant Chabbat et Yom Tov, comme nous l’avons expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha