Halacha pour mercredi 19 Iyar 5780 13 mai 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

La colère

Il est enseigné dans les Pirké Avot (Chap.4 Mishna 4):
Rabbi Lévitass de Yavné dit: « Sois très humble. »
Il s’agit ici de la « ‘Anava », l’humilité, car toute personne qui ne se conduit pas avec humilité, hormis le fait qu’elle fautera en transgressant l’interdit de l’orgueil qui est une faute en soi, elle arrivera également à commettre toutes les transgressions de la Torah.

Parmi les fautes que peut entrainer l’orgueil, il y a la colère, qui est une qualité très détestable.

Nos maitres enseignent (Nédarim 22b):
« Lorsqu’une personne se met en colère, elle n’accorde plus la moindre importance même à la Chéh’ina (la présence divine). »
Car par sa colère, la personne sort réellement de son état normal, et elle commet des actes qui ne lui seraient pas venus à l’esprit lorsqu’elle était encore calme.
Par exemple, lorsqu’un homme se dispute avec sa femme ou les membres de son foyer, il profère des propos qui ne sont pas corrects, et tout ceci en un seul instant durant lequel un esprit de folie s’est emparé de lui, et en conséquence à ces propos blessants, il va devoir s’investir des jours et des nuits pour réparer ce qu’il a détérioré.

L’auteur du Kol Bo (chap.41, MARAN le cite dans le Beit Yossef à la fin du chap.299) rapporte un fait au sujet d’un homme qui était couvert de blessures et de plaies de la tête aux pieds. Sa femme avait l’usage – comme toutes ses voisines – d’aller puiser de l’eau au puits tous les samedis soirs après Chabbat, pour préparer une boisson chaude, comme l’enseignent nos maitres dans la Guémara Chabbat (119b) : « L’eau chaude est une guérison le samedi soir. » Elle rencontra le puits de Myriam (qui se déplace parfois à divers endroits). Elle remplit une cruche de cette eau, mais elle fut retardée sur le chemin du retour en raison du poids de l’eau. Lorsqu’elle arriva chez elle, son mari se mit en colère contre elle en la criant. Effrayée, elle lâcha la cruche de son épaule et l’eau contenue dans la cruche se renversa. Quelques gouttes d’eau giclèrent  sur la peau du mari. Toutes les parties du corps du mari que l’eau toucha, furent guéris de leurs plaies. Sa peau redevint comme celle d’un jeune enfant. S’il ne s’était pas mis en colère, il aurait bu l’eau, et il aurait totalement guérit.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l raconta l’histoire suivante:

Un homme possédait une bétonneuse (machine qui sert à malaxer les différents constituants du mortier ou du béton), montée sur un camion, et il travaillait avec ce camion. Il possédait également une place de parking qui lui était attribuée à proximité de chez lui, et il était interdit à quiconque d’y garer son véhicule.
Un jour, il rentra chez lui après son travail, et il constata une très belle voiture garée sur son emplacement privé. Il se mit en colère et se dit:
« Quel est l’insolent qui a osé garer sa voiture sur mon emplacement ?! »
Il approcha immédiatement la bétonneuse vers la belle voiture garée et déversa le béton sur toute la voiture ! Ensuite, il rentra chez lui.
Mais voilà que tous les membres de son foyer l’accueillirent avec beaucoup d’honneurs ! Il leur demanda:
« Que se passe t-il ?! »
Ils lui répondirent:
« Joyeux anniversaire ! Jusqu’à 120 ans ! Nous t’avons fait une surprise en t’offrant une très belle voiture qui est garée à côté de la maison ! »

Ces histoires nous apprennent à quel point la colère est grave, au point de mener l’homme à sa perte, et par la colère, l’homme ne réalise que des choses qui vont finalement lui nuire.
Par conséquent, chacun doit veiller à chasser la colère de lui, lentement, jusqu’à acquérir la quiétude et le calme dans tous ses actes et dans tous ses comportements, et il aura la paix pour lui et les membres de son foyer.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Le statut des femmes vis-à-vis des repas de Chabbat – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Les femmes sont-elles soumises à l’obligation de consommer les 3 repas de Chabbat, au même titre que les hommes? Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principales règes relatives aux repas du Chabbat. Parmi ......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha