Halacha pour mercredi 14 Shevat 5781 27 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bénédiction sur les dattes, car elles font partie des 7 espèces.

La priorité dans les bénédictions alimentaires – uniquement à priori (Lé’haté’hila)
MARAN écrit dans le Beit Yossef au nom du RACHBA que toute la notion d’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires n’est en vigueur que « Lé’hatéhila » (à priori), c'est-à-dire que telle est la conduite à adopter. Mais « Bédi’avad » (à postériori), c'est-à-dire si par erreur on a récité la bénédiction sur l’autre aliment, on est quitte de l’obligation de bénédiction et l’on peut consommer les deux aliments dans le cas où ils possèdent la même bénédiction.

Explication: Si l’on a deux catégories de fruits, comme des pommes et des dattes par exemple, dont la bénédiction est la même, c'est-à-dire « Boré Péri Ha-‘Ets », même s’il faut normalement réciter cette bénédiction dans ce cas sur les dattes puisqu’elles font partie des 7 espèces, malgré tout, si par erreur on a récité la bénédiction sur les pommes, on est quitte de l’obligation de la bénédiction, et celle-ci a acquitté aussi les dattes.

Si l’on ne désire pas consommer des deux fruits présents
Le Gaon Rabbi Israël ISSERLEIN (l’auteur du Téroumat Ha-Déchen, il a vécu dans la génération précédant celle de MARAN. Dans l’une de ses responsa, MARAN lui témoigne beaucoup d’égard. Notre maitre le ‘HYDA écrit que Rabbi Israël ISSERLEIN possédait des aptitudes à la « KABBALA appliquée », et en temps de détresse, il a réalisé de nombreux miracles qui ont sauvé Israël) écrit que la règle selon laquelle un fruit a priorité sur un autre pour la bénédiction, ou bien qu’une bénédiction a priorité sur une autre, n’est valable que lorsqu’on désire consommer des deux. Mais lorsqu’on ne désire pas consommer des deux, on récite la bénédiction uniquement sur celui que l’on désire, même si l’autre est aussi présent.

Si les deux sortes ne sont pas présentes en même temps
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même si l’on désire consommer des deux espèces, mais que l’une des deux n’est pas encore présente, on n’est pas tenu d’attendre que l’on apporte l’autre espèce qui est prioritaire pour la bénédiction. Par exemple, lorsqu’on désire consommer aussi bien une pomme qu’une datte, mais que la datte n’est pas encore présente, on peut réciter la bénédiction sur la pomme sans attendre que la datte soit apportée.

En conclusion: Toutes les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires ne sont en vigueur que « Lé’haté’hila » (à priori), mais si par erreur on a pris le fruit secondaire pour réciter la bénédiction, on est quitte « Bédi’avad » (à postériori) de la bénédiction et on ne la recommencera pas sur l’autre fruit.
De même, ces règles n’existent que lorsque les deux fruits sont présents en même temps et que l’on désire consommer des deux. Mais si l’un des deux fruits n’est pas présent, ou que l’on ne désire pas le consommer, on est autorisé à réciter librement la bénédiction sur le fruit que l’on désire.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha


Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha