Halacha pour mercredi 23 Sivan 5779 26 juin 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Suites des règles pour les moments où l’on doit se courber dans la ‘Amida

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principales règles des moments précis où l’on doit se courber dans la ‘Amida. Nous avons indiqué qu’il faut se courber au début et à la fin de la bénédiction des ancêtres, ainsi qu’au début et à la fin de la bénédiction de « Modim ».

Nous aussi expliqué de quelle façon il faut se courber.

À présent, nous allons traiter du fait de fléchir les genoux lorsqu’on se courbe dans la ‘Amida, comme le font certains. Nous allons déterminer si cet usage est obligatoire ou non.
Nous allons aussi décrire de façon précise les moments où l’on doit se courber.

MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (O.H chap.113):
Lorsqu’on se courbe, il faut le faire avec rapidité et en une seule fois. Lorsqu’on se redresse, il faut le faire lentement, en redressant d’abord la tête et ensuite le corps. Fin de citation.
On constate de ses propos que lorsqu’on se courbe, il faut courber le corps et la tête en même temps, mais lorsqu’on se redresse, on redresse d’abord la tête.
Cependant, selon de nombreux décisionnaires, et notre maître le ARI Zal à leur tête, on ne doit pas se courber en une seule fois. Selon leur opinion, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », il faut courber d’abord le corps, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on abaisse la tête. Toujours selon cette opinion, lorsqu’on se redresse, on redresse d’abord le corps et ensuite la tête.
Sur ce point, certains adoptent l’usage du Choulh’an ‘Arouh’, et d’autres adoptent celui du ARI Zal.

Les raisons sont assez longues à expliquer, et nous ne pourrons les détailler dans le cadre de cette rubrique.

De façon unanime, lorsqu’on prononce le Nom d’Hachem, il faut être redressé, comme il est dit : « Hachem redresse ceux qui sont courbés ».
Les Richonim (décisionnaires médiévaux) expliquent ce verset en disant qu’il s’agit d’une indication pour le fait d’être redressé lorsqu’on prononce le Nom d’Hachem, et ne pas se redresser en le prononçant.

Nous constatons à travers tout ceci qu’il n’y a pas de nécessité de fléchir les genoux lorsqu’on se courbe, et qu’il est suffisant d’abaisser la tête et le corps.
Cependant, selon l’usage Achkénaze, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », on fléchit les genoux, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on se courbe jusqu’à ce que les vertèbres de la colonne vertébrale se déploient (comme nous l’avons expliqué dans la Halacha précédente).
Mais selon l’usage de la plupart des Séfaradim, on ne fléchit absolument pas les genoux, et on se contente de courber le corps en disant « Barouh’ », jusqu’au déploiement des vertèbres de la colonne vertébrale.

Lorsqu’on arrive à la bénédiction de « Modim », on se courbe en disant le mot « Modim », et on se redresse avant de prononcer le nom d’Hachem (« Modim Anah’nou Lah’ Ché-Ata Hou Hachem… »).

En conclusion: Dans les bénédictions où l’on doit se courber, il faut le faire de façon rapide en inclinant le corps et la tête (selon notre maître le ARI Zal, il faut d’abord incliner le corps et ensuite la tête en disant le mot « Ata »).
Selon l’usage Achkénaze, lorsqu’on dit le mot « Barouh’ », on fléchit les genoux, et lorsqu’on dit le mot « Ata », on incline le corps et la tête, en se redressant immédiatement avant de prononcer le Nom d’Hachem, en redressant d’abord la tête et ensuite le corps. Selon notre maître le ARI Zal, il faut redresser d’abord le corps et ensuite la tête, aussi bien pour l’usage Séfarade que pour l’usage Achkénaze.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

Détails concernant les textes des prières de Roch Ha-Chana et Yom Kippour

Grâce à D., chacun prie toutes les prières de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour avec précision, mais dans les différents rituels de prières, il existe différentes versions des textes. Certaines de ces versions sont Halachiquement fondées, d’......

Lire la Halacha

Les modes d’expiation des fautes

Les jours du mois d’Eloul dans lesquels nous nous trouvons sont des jours de repentir, de supplication et d’expiation, comme nous l’avons déjà mentionné. Nous allons à présent nous consacrer aux différentes catégories de fautes, &agr......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana, et le problème se posant cette année

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour. Pour la ve......

Lire la Halacha


« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b): L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du m&eacu......

Lire la Halacha

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

Repentir sur le Lachon Ha-Ra’ (médisance), et repentir pour avoir statué sur une loi de façon erronée

Deux questions: Si j’ai dit du Lachon Ha-Ra’ à l’encontre de mon prochain, dois-je aller le trouver pour lui raconter ce que j’ai dis sur lui et pour lui demander pardon? Quel est le Din au sujet d’un Rav qui a statué de façon rigoureuse dans un ca......

Lire la Halacha