Halacha pour mercredi 22 Adar 5779 27 février 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

La bénédiction sur l’eau pendant un repas ou pendant la consommation d’un « Couscous »

Question: Doit-on réciter la bénédiction sur l’eau ou autre boisson pendant un repas?

Réponse: Nos maitres les décisionnaires médiévaux débattent au sujet d’une personne qui consomme de l’eau ou d’autres boissons (excepté le vin) pendant un repas (un repas accompagné de pain). Doit-elle oui ou non réciter la bénédiction de « Chéhakol » avant de boire.
Selon l’opinion du Ba’al Halachott Guédolott et d’autres grands décisionnaires médiévaux, on doit réciter cette bénédiction avant de boire, même lorsqu’on est pendant un repas accompagné de pain, au même titre que nous devons le faire lorsqu’on boit en dehors d’un repas.
Mais selon l’opinion de la majorité de nos maitres les décisionnaires médiévaux, on ne doit pas réciter de bénédiction sur une boisson pendant un repas, car il n’est pas d’usage de manger sans boire, et la boisson vient en conséquence du repas.
De ce fait, les boissons sont acquittées de bénédiction par celle de « Ha-Motsi » récitée sur le pain, et ne nécessitent pas de bénédiction pour elles-mêmes, au même titre que le grand principe selon lequel, dans les règles relatives aux bénédictions alimentaires « l’aliment principal acquitte l’aliment secondaire ». c’est ainsi que tranchent Rachi et Rabbénou TAM, ainsi que d’autres grands décisionnaires.

Sur le plan pratique, MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.174) que l’opinion essentielle est celle des décisionnaires qui pensent que l’on ne récite pas de bénédiction sur des boissons consommées pendant le repas, comme le tranchent Rachi et Rabbénou TAM. Cependant, MARAN cite malgré tout l’opinion du Ba’al Halachott Guédolott selon qui il faut réciter la bénédiction même pour des boissons consommées pendant le repas, et MARAN conclut en ces termes : « La personne désirant s’écarter du moindre doute, s’assiéra avant de se laver les mains à l’endroit où elle désire consommer son repas et récitera la bénédiction sur une boisson dans l’intention d’acquitter par cette bénédiction les boissons qu’elle consommera pendant le repas. » Fin de citation.
Cela signifie que la personne récite la bénédiction de « Chéhakol » sur une boisson quelconque, et acquitte ainsi toutes les boissons qu’elle consommera pendant le repas.
Cependant, tout ceci n’est qu’une H’oumra (rigueur non obligatoire), et selon le strict Din, la Halacha est fixée selon l’opinion qui exempte totalement de bénédiction toutes les boissons consommées pendant le repas.

La personne qui désire s’imposer cette rigueur et réciter la bénédiction sur une boisson avant le repas, devra avoir la vigilance de ne pas choisir de l’eau pour le faire si elle n’a pas soif, car si l’on n’a absolument pas soif, il est interdit de réciter la bénédiction sur l’eau. Malgré tout, on pourra réciter la bénédiction sur un sucre ou autre friandise en pensant à acquitter par cette bénédiction l’eau que l’on boira pendant le repas. C’est ainsi que tranche notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.

Lorsqu’on mange un « Couscous » (dans un repas sans pain), selon certains décisionnaires, on ne doit pas réciter de bénédiction sur l’eau que l’on consomme avec le Couscous, car cet aliment est particulièrement sec et nécessite systématiquement de boire abondamment.
Cependant, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l enseignait qu’il faut malgré tout réciter la bénédiction sur l’eau même dans ce cas, car ce n’est que lorsqu’on prend un repas accompagné de pain que l’on ne récite pas la bénédiction sur la boisson. Pour tout autre repas sans pain, même s’il s’agit d’aliments particulièrement secs et qui assoiffent, il faut réciter la bénédiction sur ce que l’on boit.

En conclusion: On ne doit pas réciter de bénédiction sur l’eau ou autre boisson (excepté le vin) pendant un repas accompagné de pain. Par mesure de piété, il est bon de réciter la bénédiction sur l’eau avant de se laver les mains pour le repas et boire une petite quantité (moins de Révi’itt – moins de 8.1 cl) à l’endroit où l’on va prendre le repas.

 

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes: A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin? De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière d......

Lire la Halacha

Demandes personnelles de façon régulière

Question: Il a été expliqué dans la Halacha Yomit qu’il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans les bénédictions de la ‘Amida. Est-il permis de le faire de façon régulière, en ajoutant constamment chaque jour un......

Lire la Halacha

Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point? Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter d......

Lire la Halacha

Prier pour des sujets spirituels – Rabbénou Moché AL CHEIKH

Nous avons expliqué dans le passé, au nom de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l au sujet du texte de « Ha-Ra’haman » que nous disons à la fin du Birkat Ha-Mazon « Ha-Ra’haman Hou Yéfarnessénou Bé-Héter V&eacut......

Lire la Halacha


La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Le moyen pour un agreement des prières

Question: Quel est le sens de l’enseignement : « Ne fais pas de ta prière un poids »? Les prières ne sont-elles pas fixées 3 fois par jour? Y a-t-il un moyen particulier pour l’acceptation des prières?  Réponse: Conce......

Lire la Halacha

Se servir d’un livre Kodech (saint)

Question: Est-il permis de se servir d’un livre Kodech comme support pour y poser un autre livre que l’on désire consulter plus confortablement? Réponse: Certains ont l’usage de prendre un livre Kodech, par exemple un livre de Michanyot, afin d’y poser un aut......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a le doute si l’on a compté le ‘Omer ou non

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer le cas de celui qui a oublié de compter un jour du ‘Omer, et nous avions précisé que cette personne n’est pas autorisée à poursuivre son compte avec la bénédiction pendant......

Lire la Halacha