Halacha pour mardi 13 Cheshvan 5782 19 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les travaux agricoles permis et interdits pendant la 7ème année

Dans cette Halacha ainsi que dans la suivante, nous expliquerons les principales règles qui touchent le traitement des jardins esthétiques pendant la 7ème année.
Nous n’expliquerons pas tous les cas pratiques sur ce point, car les habitants de l’étranger ne sont pas concernés par ces règles sur le plan pratique.

Les travaux interdits par la Torah, et ceux interdits par nos maitres
Certains travaux interdits pendant la 7ème année, le sont par la Torah, et certains d’entre eux le sont par nos maitres.

Voici les travaux agricoles interdits par la Torah pendant la 7ème année:
Ensemencer; planter; élaguer; moissonner; vendanger (pour les vignes, ou cueillir pour les arbres fruitiers); labourer.

Voici les travaux agricoles interdits par nos maitres pendant la 7ème année:
Arroser; engraisser la terre; retirer les pierres; retirer les mauvaises herbes; ainsi que tout autre travail que l’on a l’usage de réaliser dans les champs.

« Préserver l’arbre » et « Favoriser les fruits »
Il existe 2 définitions de travaux réalisés dans le travail agricole:
« Préserver l’arbre » (« Léokmé Ilana »): il s’agit de travaux ayant pour seul objectif le renforcement des plantations et des arbres afin d’empêcher leur détérioration.
« Favoriser les fruits » (« Léavrouyé Ilana »): il s’agit de travaux destinés à améliorer les plantations, afin qu’elles poussent le mieux possible.

Les travaux interdits par nos maitres
Lorsqu’il s’agit de travaux interdits par nos maitres, ceux-ci sont autorisés lorsqu’il s’agit de « préservation » (« Léokmé »).
Par conséquent, il est permis d’arroser pendant la 7ème année. De même, il est permis de retirer les mauvaises herbes lorsque c’est indispensable pour la préservation de l’arbre ou du gazon.
Mais lorsqu’il s’agit de travaux de « favorisation » (« Léavrouyé »), c'est-à-dire améliorer l’état des plantations, et non leur préservation, il est interdit de les réaliser pendant la 7ème année.
Par conséquent, de façon générale, on ne doit pas engraisser des arbres pendant la 7ème année, puisqu’interrompre l’engraissement d’un arbre durant une année ne provoque pas la mort de l’arbre ou d’autres dommages.

Les travaux interdits par la Torah
Concernant les travaux interdits par la Torah, nos maitres les Richonim (décisionnaires médiévaux) débattent afin de définir s’il est permis de les réaliser pendant la 7ème année lorsqu’ils sont réalisés « pour préserver ».
Selon le RAMBAM, on ne doit absolument pas réaliser de travaux interdits par la Torah pendant la 7ème année, quel que soit l’objectif.
Selon RACHI, lorsqu’il s’agit de « préserver », il est permis de réaliser des travaux interdits par la Torah.

Du point de vue de la Halacha, même si selon le strict Din on peut autoriser conformément à l’opinion de RACHI, malgré tout, il est bon de réaliser ces travaux par l’intermédiaire d’un non-juif, ou bien de façon inhabituelle, comme tranché dans Yalkout Yossef-Chévi’it (page 329).

D’un point de vue pratique, concernant les jardins dans les maisons, il n’est généralement pas indispensable de réaliser le moindre travail interdit pas la Torah pendant la 7ème année, et tous les travaux dans ce contexte là peuvent être repoussés, excepté l’arrosage. (Egalement la tonte du gazon, qui est indispensable à la survie du gazon. Concernant l’engraissement des jardins à la veille de la 7ème année en utilisant un engrais à libération prolongée, il n’est absolument pas évident d’autoriser ce moyen lorsque ce n’est pas indispensable, car la libération de cet engrais est provoquée par l’action de l’arrosage que l’on réalise manuellement pendant la 7ème année.)

Si une personne possède des fruits ou des légumes qui poussent chez elle, elle doit les déclarer « Hefker » (sans possesseur)  pendant la 7ème année, afin que toute personne le désirant puisse venir et prendre des fruits.
Le propriétaire doit au moins suspendre une pancarte à l’entrée du jardin ou de l’immeuble, et informer ainsi que des fruits de la 7ème année se trouvent dans le jardin, pour que toute personne le désirant, puisse demander à entrer et prendre des fruits.

En conclusion: Il est permis d’arroser pendant la 7ème année. Les autres travaux indispensables, s’il s’agit de travaux interdits par nos maitres, il est permis de les réaliser afin de ne pas provoquer de dommages aux arbres, s’il s’agit de travaux interdits par la Torah, il est bon de les réaliser par l’intermédiaire d’un non-juif, ou bien de façon inhabituelle. Les travaux réalisés pour favoriser les arbres et non pour les préserver, sont interdits pendant la 7ème année.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha