Halacha pour lundi 28 Tishrei 5782 4 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La sainteté de la 7ème année (Chémita)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon globale les principes du commandement de la Chémita – la 7ème année – qui tombe cette année (5782), et parmi ces principes, l’interdiction de réaliser certains travaux de la terre pendant la Chémita, comme labourer ou couper des branches d’arbres.

Tous les cas pratiques sur la façon de traiter un champ ou un jardin pendant l’année de la Chémita ne concernent pas beaucoup de personnes, car tout le monde ne possède pas forcement un champ ou un jardin. Par conséquent, nous expliquerons avant tout les règles communes à tout le monde durant l’année de la Chémita, qui sont les règles relatives aux fruits et aux légumes qui poussent pendant l’année de la Chémita.

La sainteté de la 7ème année
Les fruits qui poussent pendant l’année de la Chémita, ainsi que les légumes cueillis pendant cette même année, possèdent « la sainteté de la 7ème année », comme il est dit: « Car c’est le jubilé, cette année est sainte pour vous. » (Vaykra 25). Et nos maitres commentent: (Talmud Yérouchalmi Chévi’it chap.4): Au même titre qu’elle (la 7ème année) est sainte, ainsi sa récolte est sainte. Cela signifie que toutes les pousses, les fruits et les légumes qui poussent ou qui sont cueillis (chacun selon son sujet, comme nous l’expliquerons) pendant la 7ème année, possèdent une sainteté, et l’on ne doit pas agir envers eux comme nous le faisons avec les autres fruits et légumes des autres années.

Comment s’exprime la sainteté de la 7ème année?
La sainteté de la 7ème année s’exprime à travers différents sujets pratiques qui touchent la Halacha, et parmi eux: la manière de consommer les fruits ; la manière avec laquelle on les vend ; et le devoir de les préserver de toute perte, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

Les fruits d’Israël et les fruits de l’étranger
La sainteté de la 7ème année n’existe qu’en Israël. Par conséquent, tous les fruits ou légumes qui poussent à l’étranger, et parmi eux les productions qui poussent dans la ville d’Eilat, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
De même, si ces fruits ou légumes qui ont poussés à l’étranger sont ensuite importés de l’étranger en Israël, même s’ils ont pénétrés en Israël, ils ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
Par contre, des fruits d’Israël exportés à l’étranger gardent leur sainteté de la 7ème année, car tout est défini selon l’endroit où les fruits ou les légumes ont poussés.

Les fruits de Syrie
Des fruits ou des légumes qui ont poussés en Syrie sont frappés d’un décret de nos maitres du Talmud et sont soumis à la plupart des règles de la 7ème année, par crainte que les juifs auraient abandonnés leur terre et se seraient installés en Syrie pour pouvoir travailler la terre (car à cette époque, les relations de voisinage entre Israël et la Syrie étaient bonnes).

Les fruits vendus de notre époque
De notre époque où le marché des fruits et légumes est très vaste, on a l’usage dans de nombreux endroits d’Israël où vivent des gens pratiquants la Torah et les Mitsvot, d’importer pour eux des fruits et légumes de l’étranger, afin de ne pas s’introduire dans les limites Halachiques des fruits de la 7ème année (que nous nous efforcerons d’expliquer avec l’aide d’Hachem). Ces fruits sont appelés « récolte de l’étranger ». lorsque les fruits sont d’origine d’Israël, on précise en général leur origine à côté de chaque fruit ou légume. Mais les endroits qui ne possèdent pas d’organisme de Cacherout responsable qui contrôle le domaine des fruits et légumes, se heurtent à de sérieux problèmes concernant l’achat de cette production, comme nous l’expliquerons également.

Les champignons
La sainteté de la 7ème année n’est en vigueur que sur les végétaux, mais les truffes et les champignons - dont la bénédiction alimentaire est « Chéhakol » et qui n’entrent pas dans la catégorie des végétaux - ne possèdent aucune sainteté de la 7ème année.

Les arbres stériles
La sainteté de la 7ème année n’existe que sur les fruits, les légumes, ou les légumineuses et autres graines, mais les arbres stériles (qui ne donnent pas de fruits comestibles) n’ont aucune sainteté de la 7ème année.
Cependant, il est catégoriquement interdit de planter ou de réaliser les autres travaux interdits pendant les 7ème année sur un arbre stérile, au même titre qu’il est interdit de le faire avec un arbre fruitier.

Le champ d’un non-juif en Israël
Toutes les règles de la sainteté de la 7ème année ne concernent que des terrains appartenant à des juifs en Israël, mais des terrains appartenant à des non-juifs en Israël, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année. MARAN Rabbénou Yossef KARO z.ts.l – l’auteur du Beit Yossef et du Choulh’an ‘Arouh’ – et les membres de son Beit Din (tribunal rabbinique) ont édité un « H’érem » (une mise au ban) à l’encontre de quiconque observerait les règles de sainteté de la 7ème année vis-à-vis de fruits ou légumes provenant du terrain d’un non-juif en Israël, (puisqu’une grande polémique était née à cette époque en raison de cette rigueur, qui est encore d’actualité de nos jours).

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – ce qu’est le « Héter Méh’ira » (autorisation de vente de terrain juifs à des non-juifs) ; qui sont les décisionnaires autorisant et ceux qui l’interdisent, et si l’on peut se fier à cette autorisation de notre époque.

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha


La règle de la 7ème année pour un jardin en commun

Cette année (5782), est une année de Chémita, et nous avons déjà expliqué dans les précédentes Halachot les principes du devoir de Chémita. Parmi ces principes, l’interdiction d’ensemencer ou de travailler d’une quelcon......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

Les travaux agricoles permis et interdits pendant la 7ème année

Dans cette Halacha ainsi que dans la suivante, nous expliquerons les principales règles qui touchent le traitement des jardins esthétiques pendant la 7ème année. Nous n’expliquerons pas tous les cas pratiques sur ce point, car les habitants de l’étrang......

Lire la Halacha

Faire germer un noyau d’avocat, ainsi que la bénédiction sur des végétaux qui poussent sur l’eau

Question: Quelle est la bénédiction sur des légumes qui ne poussent pas sur le sol mais seulement sur l’eau? De même, est-il permis de planter des végétaux qui poussent sur l’eau pendant la Chémita? Réponse: La béné......

Lire la Halacha