Halacha pour lundi 28 Tishrei 5782 4 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

La sainteté de la 7ème année (Chémita)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon globale les principes du commandement de la Chémita – la 7ème année – qui tombe cette année (5782), et parmi ces principes, l’interdiction de réaliser certains travaux de la terre pendant la Chémita, comme labourer ou couper des branches d’arbres.

Tous les cas pratiques sur la façon de traiter un champ ou un jardin pendant l’année de la Chémita ne concernent pas beaucoup de personnes, car tout le monde ne possède pas forcement un champ ou un jardin. Par conséquent, nous expliquerons avant tout les règles communes à tout le monde durant l’année de la Chémita, qui sont les règles relatives aux fruits et aux légumes qui poussent pendant l’année de la Chémita.

La sainteté de la 7ème année
Les fruits qui poussent pendant l’année de la Chémita, ainsi que les légumes cueillis pendant cette même année, possèdent « la sainteté de la 7ème année », comme il est dit: « Car c’est le jubilé, cette année est sainte pour vous. » (Vaykra 25). Et nos maitres commentent: (Talmud Yérouchalmi Chévi’it chap.4): Au même titre qu’elle (la 7ème année) est sainte, ainsi sa récolte est sainte. Cela signifie que toutes les pousses, les fruits et les légumes qui poussent ou qui sont cueillis (chacun selon son sujet, comme nous l’expliquerons) pendant la 7ème année, possèdent une sainteté, et l’on ne doit pas agir envers eux comme nous le faisons avec les autres fruits et légumes des autres années.

Comment s’exprime la sainteté de la 7ème année?
La sainteté de la 7ème année s’exprime à travers différents sujets pratiques qui touchent la Halacha, et parmi eux: la manière de consommer les fruits ; la manière avec laquelle on les vend ; et le devoir de les préserver de toute perte, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

Les fruits d’Israël et les fruits de l’étranger
La sainteté de la 7ème année n’existe qu’en Israël. Par conséquent, tous les fruits ou légumes qui poussent à l’étranger, et parmi eux les productions qui poussent dans la ville d’Eilat, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
De même, si ces fruits ou légumes qui ont poussés à l’étranger sont ensuite importés de l’étranger en Israël, même s’ils ont pénétrés en Israël, ils ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
Par contre, des fruits d’Israël exportés à l’étranger gardent leur sainteté de la 7ème année, car tout est défini selon l’endroit où les fruits ou les légumes ont poussés.

Les fruits de Syrie
Des fruits ou des légumes qui ont poussés en Syrie sont frappés d’un décret de nos maitres du Talmud et sont soumis à la plupart des règles de la 7ème année, par crainte que les juifs auraient abandonnés leur terre et se seraient installés en Syrie pour pouvoir travailler la terre (car à cette époque, les relations de voisinage entre Israël et la Syrie étaient bonnes).

Les fruits vendus de notre époque
De notre époque où le marché des fruits et légumes est très vaste, on a l’usage dans de nombreux endroits d’Israël où vivent des gens pratiquants la Torah et les Mitsvot, d’importer pour eux des fruits et légumes de l’étranger, afin de ne pas s’introduire dans les limites Halachiques des fruits de la 7ème année (que nous nous efforcerons d’expliquer avec l’aide d’Hachem). Ces fruits sont appelés « récolte de l’étranger ». lorsque les fruits sont d’origine d’Israël, on précise en général leur origine à côté de chaque fruit ou légume. Mais les endroits qui ne possèdent pas d’organisme de Cacherout responsable qui contrôle le domaine des fruits et légumes, se heurtent à de sérieux problèmes concernant l’achat de cette production, comme nous l’expliquerons également.

Les champignons
La sainteté de la 7ème année n’est en vigueur que sur les végétaux, mais les truffes et les champignons - dont la bénédiction alimentaire est « Chéhakol » et qui n’entrent pas dans la catégorie des végétaux - ne possèdent aucune sainteté de la 7ème année.

Les arbres stériles
La sainteté de la 7ème année n’existe que sur les fruits, les légumes, ou les légumineuses et autres graines, mais les arbres stériles (qui ne donnent pas de fruits comestibles) n’ont aucune sainteté de la 7ème année.
Cependant, il est catégoriquement interdit de planter ou de réaliser les autres travaux interdits pendant les 7ème année sur un arbre stérile, au même titre qu’il est interdit de le faire avec un arbre fruitier.

Le champ d’un non-juif en Israël
Toutes les règles de la sainteté de la 7ème année ne concernent que des terrains appartenant à des juifs en Israël, mais des terrains appartenant à des non-juifs en Israël, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année. MARAN Rabbénou Yossef KARO z.ts.l – l’auteur du Beit Yossef et du Choulh’an ‘Arouh’ – et les membres de son Beit Din (tribunal rabbinique) ont édité un « H’érem » (une mise au ban) à l’encontre de quiconque observerait les règles de sainteté de la 7ème année vis-à-vis de fruits ou légumes provenant du terrain d’un non-juif en Israël, (puisqu’une grande polémique était née à cette époque en raison de cette rigueur, qui est encore d’actualité de nos jours).

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – ce qu’est le « Héter Méh’ira » (autorisation de vente de terrain juifs à des non-juifs) ; qui sont les décisionnaires autorisant et ceux qui l’interdisent, et si l’on peut se fier à cette autorisation de notre époque.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha