Halacha pour dimanche 27 Tishrei 5782 3 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

L’année de la Chémita

Cette année -  5782 – est une année de Chémita (repos de la terre), que le peuple d’Israël observe depuis le partage de la terre d’Israël aux tribus, depuis le moment où ils commencèrent à compter le cycle de 7 ans, dont la 7ème année est l’année de la Chémita.

La Chémita financière et la Chémita agricole
Le commandement de la Chémita se divise en deux:
La Chémita « de la terre » et la Chémita « financière ».

La Chémita de la terre n’est en vigueur que sur la terre d’Israël, et uniquement pour les fruits et légumes d’Israël.
Par conséquent, même si dans le cadre de la « Halacha Yomit » nous expliquerons les principes du commandement de la Chémita, malgré tout, nous ne nous étendrons pas sur chaque détail et chaque cas particulier, puisque ces règles ne concernent pas particulièrement les habitants en dehors d’Israël sur le plan pratique.
(Toutefois, les habitants en dehors d’Israël doivent savoir les règles concernant les fruits importés d’Israël durant cette année, comme les Etroguim ou bien les vins importés d’Israël).

La Chémita financière est en vigueur aussi bien en Israël qu’en dehors d’Israël.
Cependant, elle n’est en vigueur qu’à la fin de l’année de la Chémita.
Par conséquent, nous ne traiterons pas de ces règles dans l’immédiat, et avec l’aide d’Hachem, nous expliquerons le sujet de la Chémita financière vers la fin de l’année.

La Chémita agricole
A présent, nous allons expliquer les fondements du commandement de la Chémita.
Avant tout, nous devons citer les versets de la Torah qui traitent de ce commandement.

Il est dit dans la Torah:
« Six années tu ensemenceras ta terre et en recueilleras le produit, mais la septième, tu lui donneras du repos et en abandonneras les fruits, pour que les indigents de ton peuple en jouissent, le surplus pourra être consommé par les animaux des champs. Ainsi en useras-tu pour ta vigne et pour ton plant d'oliviers. » (Chémot 23).

Il est dit également dans la Torah:
« Hachem parla à Moché au mont Sinaï, en ces termes: Parle aux enfants d'Israël et dis leur: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre sera soumise à un chômage en l'honneur d’Hachem. Six années tu ensemenceras ton champ, six années tu travailleras ta vigne, et tu en recueilleras le produit; mais, la septième année, un chômage absolu sera accordé à la terre, un Chabbat en l'honneur d'Hachem. Tu n'ensemenceras ton champ ni ne tailleras ta vigne. Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point, et les raisins de ta vigne intacte, tu ne les vendangeras point: ce sera une année de chômage pour le sol. Ce sol en repos vous appartiendra à tous pour la consommation: à toi, à ton serviteur, à ta servante, à ton employé comme et à l'étranger qui habitent avec toi; ton propre bétail, ainsi que les bêtes sauvages de ton pays, pourront se nourrir de tous ces produits. » (Vaykra 25).

Les principes des Mitsvot que nous apprenons à partir de ces versets nous indiquent qu’il est un devoir pour toute personne possédant un terrain en Israël, de faire observer un repos agricole à sa terre durant la 7ème année, de tous travaux agricoles.
Il est interdit d’ensemencer son champ durant la 7ème année, comme il est dit: « ton champ tu ne l’ensemenceras point ». De même, il est interdit de réaliser le moindre travail sur un arbre, comme il est dit: « Ta vigne, tu ne la tailleras point » (il s’agit de couper les branches de l’arbre pour le bien de l’arbre). Il est interdit de cueillir le produit poussé spontanément de la terre pendant la 7ème année, comme il est dit: « Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point ».
Au même titre qu’il est interdit de moissonner la terre, ainsi il est interdit de cueillir les fruits des arbres.

En résumé: Nous avons appris 4 travaux interdits durant la 7ème année:
Ensemencer; couper des branches ; moissonner ; cueillir des fruits.

L’interdit d’ensemencer ainsi que celui de couper des branches d’arbres, sont des interdits formels, qui n’ont aucune autorisation.
Par opposition à celui de moissonner et celui de cueillir des fruits, puisqu’il est impossible de dire que la Torah les a totalement interdits, car la Torah dit: « Ce sol en repos vous appartiendra à tous pour la consommation: à toi … ». Ce qui signifie que la Torah désire que nous consommions les fruits de la 7ème année. Si l’intention de la Torah était de nous interdire de moissonner et de cueillir les fruits, comment pourrions-nous consommer? Mais en réalité, la véritable intention de la Torah est de nous interdire de moissonner et de cueillir des fruits de la manière que nous le faisons ordinairement les autres années, en ramassant de grandes quantités en une seule fois. Durant la 7ème année, si l’agriculteur désire se nourrir de ses fruits, il doit les ramasser en petites quantités, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

En conclusion: Il faut observer un repos des travaux de la terre pendant la 7ème année. Par conséquent, il est interdit de planter des graines ou de planter des arbres durant la 7ème année. De même, il est interdit d’amasser de la récolte ou des fruits de la manière avec laquelle nous le faisons les autres années. Il faudra le faire d’une autre manière, comme nous l’expliquerons, avec l’aide d’Hachem.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha