Halacha pourיום חמישי כ' תשרי תשפ"א 8 בoctobre 2020

« Hocha’ana Rabba » - Le confinement

La tradition des prières le soir de Hocha’ana Rabba
Le 7ème jour de la fête de Soukkot – qui tombera cette année ce vendredi  (depuis jeudi soir) – est appelé le jour de « Hocha’ana Rabba », et l’on augmente ce jour là l’étude de la Torah et la prière. C’est également le jour où nous entourons 7 fois la Téva (vendredi matin), en multipliant les supplications et les demandes de pardon, et en priant pour des pluies bénéfiques, car c’est à Soukkot que l’univers est jugé sur la pluie (Roch Ha-Chana 16a).
Cependant, puisqu’il s’agit d’un jour de fête, il est interdit de dire le texte de « Vay’avor » comme nous le disons pendant les jours redoutables.
De même, lorsque l’officiant dit le texte de « Rah’amana », on ne doit pas répondre la formule « Bédil Vay’avor », mais seulement « Amen ». (C’est ainsi que tranche notre maitre le ‘HYDA. ‘Hazon Ovadia-Soukkot page 437).
Les pays où il n’est malheureusement pas possible de le faire en public, ou bien un homme qui ne peut le faire en public, il est possible de faire à la maison (lire les Hocha’anot) en posant un les 5 livres de la Torah ou un Tanach sur une chaise au centre de la pièce, et en tournant autour avec les 4 espèces dans la main, comme on le fait à la synagogue.

L’aboutissement du jugement de l’individu le jour de Hocha’ana Rabba, et la tradition de rester éveillé
Les jours entre Roch Ha-Chana et Yom Kippour représentent les principaux jours de jugement. Cependant, le jour de Hocha’ana Rabba – qui est le 7ème jour de Soukkot – le jugement de l’individu est définitivement scellé, et c’est le soir de Chémini ‘Atséret que le verdict est confié à la mise en application.

Le peuple d’Israël a l’usage de rester éveillé durant la nuit de Hocha’ana Rabba pour étudier la Torah.
Notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a indiqué qu’il est préférable de dire le « Tikoun » (programme d’étude compilée) édité dans le livre « Kérié Mo’ed », comme le font les Séfaradim dans leurs synagogues.
Dans la synagogue de notre maitre le Rav z.ts.l, c’était notre maitre le Rav z.ts.l lui-même qui commentait ce soir là des enseignements allégoriques et de morale, et les propos étaient aussi réjouissants que lors de leur transmission sur le Mont Sinaï.

Cette tradition de rester éveillé cette nuit là n’est pas une obligation selon le Din.
La personne qui ne peut accomplir cette tradition en raison d’une faiblesse physique, ne commet aucune faute.
A frotiori cette année où dans de nombreux endroits de nombreuses personnes ne peuvent pas accomplir cette tradition en public, en raison de l’épidémie du Corona, et rester éveillé toute la nuit en étant seul est assez difficile, de ce fait, celui qui s’en abstient cette année pour ces raisons, ne commet pas la moindre faute. Il devra seulement s’efforcer d’étudier la Torah au début de la nuit selon ses forces.

Est-il bon pour les femmes de rester éveillées la nuit de Hocha’ana Rabba?
Rabbénou Yossef H’AÏM, l’auteur du Ben Ich H’aï, écrit (dans son livre Sod Yécharim) que les femmes peuvent elles-aussi rester éveillées la nuit de Hocha’ana Rabba, car la réparation de la nuit de Hocha’ana Rabba les concerne également, comme les hommes. (par opposition à la nuit de Chavou’ot, au sujet de laquelle nous avons déjà écrit qu’elles ne doivent pas rester éveillées).
Chaque femme devra agir avec sagesse, afin de ne pas négliger – pour une simple bonne conduite non obligatoire – les choses essentielles, qui sont les préparatifs en l’honneur de la fête de Chémini ‘Atséret et Simh’at Torah.
Malgré tout, elles pourront s’efforcer de lire quelques chapitres de Téhilim ou autre durant cette nuit.

La tradition de frapper le sol avec la ‘Arava
Le jour de Hocha’ana Rabba, après l’office de Moussaf, nous avons la tradition de prendre 5 branches de ‘Arava (branche de saules), et de les frapper 5 fois contre le sol, afin d’accomplir une tradition instaurée par les prophètes d’Israël.
Cette tradition possède plusieurs explications.

Nous avons l’usage d’utiliser 5 branches nouvelles pour accomplir cette tradition.
Celui qui n’en possède que 3, peut y associer les 2 branches de ‘Arava se trouvant sur son Loulav après les en avoir détachées, et les joindra aux 3 qu’il possède.

C’est pourquoi, chacun doit se soucier à l’avance de se procurer 5 branches de ‘Arava afin d’accomplir cet usage. Il n’est pas nécessaire de le faire avec Minyan, et chacun peut le faire en sortant de sa maison et en trouvant un sol brut (comme un jardin ou autre, un sol non recouvert), et il accomplira l’usage de frapper la ‘Arava.

Le statut des « 4 espèces » (le Loulav) après la fête
Après la fête de Soukkot, lorsque leur Mitsva est achevée, le Loulav et les espèces végétales qui l’accompagnent (Etrog, Hadass et ‘Arava) n’ont pas un statut « d’objets de sainteté », et il est donc permis de les jeter. Mais on ne doit pas se comporter envers eux avec mépris, on les posera seulement dans un coin de la rue.

« Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »
Le jour de Hocha’ana Rabba, chacun doit lire la Paracha de « Vézott Ha-Bérah’a », deux fois le verset et une fois la Targoum (traduction araméenne), comme on a le devoir chaque semaine durant toute l’année de lire la Paracha de la semaine de cette façon. Si l’on a oublié de le faire, on pourra encore le faire le soir de Chémini ‘Atséret ou encore le matin de Chémini ‘Atséret avant la prière.

Tizkou Léchanim Rabbot Né’imot Vétovot!

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha


Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha

La Mitsva de BIKOUR ‘HOLIM (Rendre visite aux malades)

Il y a environ 15 ans, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l s’est entretenu avec nous au sujet de la « Halacha Yomit », et il nous a exprimé son avis selon lequel il serait bon d’étudier de temps en temps des sujets Halachiques imprégnés de suj......

Lire la Halacha