Halacha pour lundi 14 Tishrei 5782 20 septembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Car c’est dans des cabanes (Soukkot) que j’ai installé les Béné Israël … »

MARAN (notre maitre) Rabbénou Yossef KARO z.ts.l (16ème siècle) a rédigé pour nous son ouvrage le Choulh’an ‘Arouh’ qui est totalement constitué de lois tranchées sur le plan pratique, nécessaires à chaque juif, homme ou femme.
A travers cet ouvrage, MARAN extrait toutes les lois du Talmud et des propos des Richonim (décisionnaires médiévaux).

Il est évident que selon la méthode utilisée par MARAN dans cet ouvrage, les enseignements narratifs ou les explications des Mitsvot n’y apparaissent pas.
Seules les lois pratiques y ont leurs places.
Cependant, concernant le devoir d’habiter dans la Soukka, nous constatons que MARAN déroge à cette règle, puisqu’il a rédigé un chapitre précis dans son ouvrage – le chapitre 625 – dans lequel il écrit en ces termes:
« Vous siègerez dans des Soukkot durant 7 jours, car c’est dans des Soukkot que j’ai installé les Béné Israël – il s’agit des nuées de gloire avec lesquelles Hachem a entouré les Béné Israël, afin que ni le vent ni le soleil ne les frappent. »
Fin de citation.

En rédigeant ainsi, la véritable intention de MARAN est de faire allusion à une divergence d’opinion parmi les sages d’Israël, citée dans le Talmud (traité de Soukka 11b, ainsi que dans le Torat Cohanim sur Emor).
En effet, deux sages d’Israël – Rabbi Eli’ezer et Rabbi ‘Akiva – discutent sur la raison pour laquelle la Torah, nous ordonne la Mitsva de Soukka.
Selon l’un, c’est en souvenir de véritables cabanes que les Béné Israël montaient et démontaient au fil de leurs étapes dans le désert, et selon l’autre, c’est en souvenir des nuées de gloire procurées par Hachem aux Béné Israël dans le désert, et qui les entouraient de tout côté, qui les protégeaient de la chaleur et du froid, et qui aplanissaient la route devant eux.

MARAN indique à travers ses propos dans le Choulh’an ‘Arouh’ que la Halacha est fixée selon l’opinion de celui qui atteste que les « Soukkot » dans lesquelles Hachem installa les Béné Israël étaient les nuées de gloire et non de véritables cabanes.
Ce n’est qu’en souvenir de ces nuées de gloire que nous faisons les Soukkot.

Mais l’on peut s’interroger:
Pourquoi MARAN rapporte-t-il la raison à la Mitsva de Soukka en disant qu’elle vient rappeler le miracle des nuées de gloire?
Quelle incidence Halah’ique pratique cette explication peut-elle nous apporter?

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l explique ce point au nom des décisionnaires.
En effet, MARAN veut nous apprendre ici qu’il faut avoir une pensée précise (Kavana) lors de l’accomplissement du devoir d’habiter dans la Soukka, car selon le principe « l’accomplissement des Mitsvot nécessite une pensée précise ».
Par exemple: lorsqu’un homme met les Téfilin, il doit avoir la pensée précise et explicite qu’il met les Téfilin pour accomplir la Mitsva. Ou bien lorsqu’une femme allume les Nérot, elle doit avoir la pensée précise qu’elle est en train d’allumer les Nérot en l’honneur de Chabbat, car si elle allume simplement des Nérot (sans pensée précise), sa Mitsva comportera un défaut, puisqu’elle n’aura pas été accomplie avec la bonne pensée.

Concernant la Mitsva d’habiter dans la Soukka, selon certains décisionnaires il n’est pas suffisant d’avoir la pensée « que l’on est en train d’accomplir la Mitsva de Soukka », car la Torah dit explicitement que l’on doit siéger dans la Soukka durant 7 jours « afin que vos générations sachent que c’est dans des Soukkot que j’ai installé les Béné Israël lorsque je les ai sortis d’Egypte », et lorsque l’homme pense qu’il siège dans la Soukka pour accomplir la Mitsva, il doit aussi penser que la Soukka est en souvenir des nuées de gloire qu’Hachem a procuré à Israël dans le désert lorsqu’il les a sortis d’Egypte. (Cependant, à postériori, l’absence de cette pensée n’invalide pas la Mitsva). (H’azon Ovadia-Soukkot page 95).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha