Halacha pour mercredi 11 Elul 5779 11 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

L’officiant (Chaliyah’ Tsibbour)

Question: Dans le village où nous habitons, les administrateurs de la synagogue ont nommé comme officiant pour les prières des Yamim Noraïm (Roch Ha-Chana et Yom Kippour) un homme qui n’est pas vigilant sur les Mitsvot. Que faut-il faire?

Réponse: L’officiant – le « H’azzan » - qui dirige la prière à la synagogue, est le délégué de toute l’assemblée pour agréer et transmettre les prières de l’assemblée à leur Père qui est au ciel. Par conséquent, l’officiant se doit durant toute l’année et particulièrement pendant les Yamim Noraïm d’être un homme juste (Tsaddik), droit et propre dans sa conduite.

Il est rapporté dans le Séder du Rav ‘Amram GAON (vol.2 chap.55):
« On demanda aux sages de la Yéchiva : Si des rumeurs circulent au sujet de la conduite d’un officiant, qu’en est-il de le destituer et de le remplacer par un autre ?
Ils répondirent ainsi : Est-ce une question ?! Il est certain que la loi exige de le destituer et de le remplacer par un autre, car celui qui doit faire agréer les prières d’Israël auprès d’Hachem se doit d’être un homme juste (Tsaddik), droit et propre dans sa conduite. Si ce n’est pas le cas, nos maitres se sont déjà exprimé à son sujet (Ta’anit 16b) à travers un verset : « Elle (l’assemblée d’Israël) me donne sa voix, et de ce fait je l’ai détestée. » Il s’agit d’un officiant dont la conduite n’est pas acceptable. Tout ceci même pour un simple officiant durant toute l’année, à fortiori pour Roch Ha-Chana et Yom Kippour ou pour les jours de jeûnes où l’on doit multiplier les supplications et les demandes de miséricorde. » Fin de citation.

Par conséquent, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’un homme qui commet des transgressions, comme se raser la barbe avec une lame ou un rasoir manuel, n’est pas autorisé à être officiant, même de façon occasionnelle comme pour la date anniversaire du décès de ses parents. A fortiori s’il transgresse le Chabbat, même s’il ne le fait pas par perversion, il est inapte à être officiant.

Si les administrateurs de la synagogue ne sont pas méticuleux dans les Mitsvot comme il se doit, et qu’ils nomment un tel homme comme officiant, il faut trouver un autre endroit pour les prières des Yamim Noraïm.
Notre maitre le Rav z.ts.l ajoute (dans son livre H’azon Ovadia-Yamim Noraïm page 37) que s’il n’y a pas d’autre endroit pour prier, il est préférable que chacun prie chez lui seul toutes les prières des Yamim Noraïm plutôt que de prier dans une synagogue avec un officiant qui transgresse les commandements de la Torah.
Dans ce cas, la faute de ne pas avoir prié avec le Minyan reposera sur ces administrateurs négligents.

Même s’il y a matière à juger avec indulgence un tel officiant, qui n’agit pas par perversion  mais uniquement par ignorance ou autre, malgré tout, il n’est en définitif absolument pas apte à se tenir en prière et à être un fidèle défenseur entre l’assemblée et Hachem, comme nous l’avons expliqué.
Ce n’est que lorsque cet officiant aura réaliser un profond et sincère repentir distinct de tous qu’il sera permis de le restituer dans ses fonctions, et de le nommer de nouveau officiant entre Israël et leur Père qui est au ciel.

8 Halachot Les plus populaires

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott »

Le devoir de « Michloa’h Manott » Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la ......

Lire la Halacha

Divré Torah sur Térouma

בס''ד Divré Torah sur Térouma Par le Rav David A. PITOUN    4 Divré Torah La Parasha de Térouma est la première des Parashiyot qui traitent de la construction et de l’architecture du Mishkan (le Temple mobile que les Bén&ea......

Lire la Halacha

Question : Doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo » après la mention du Nom d’Hachem dans le Kiddouch et la Havdala ?

Réponse: Dans la Halah’a précédente, nous avons expliqué la principale raison pour laquelle on répond « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo », puisque tel était l’usage de notre maître le ROCH qui ré......

Lire la Halacha


La règle relative à un œuf, de l’ail ou de l’oignon restés découvert toute une nuit

Les choses interdites par danger Il est enseigné dans la Guémara Nida (17a): Rabbi Chim’on Bar Yoh’aï dit : il y a 5 choses à cause desquelles une personne peut se mettre en danger en les réalisant, et l’une de ces choses est le fait de consommer ......

Lire la Halacha

« Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo»

Question: Quand doit-on répondre « Barouh’ Hou Ou-Barouh’ Chémo »? Réponse: Moché Rabbénou dit dans un verset de la Torah: « Lorsque j’invoque le Nom d’Hachem, rendez hommage à notre D. » Le Tar......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’yanou à la vision d’un être cher

Question: Une personne s’absente de chez elle durant 30 jours ou plus. A son retour, cette personne est heureuse de retrouver les membres de sa famille, ainsi que ses amis intimes. Doit-elle réciter la bénédiction de Chehe’heyanou en les revoyant? Réponse: ......

Lire la Halacha

La bénédiction de Mé’hayé Hamétim au bout de 12 mois de séparation avec un être cher

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué que lorsque l’on voit un être cher, un ami intime ou un proche parent, que l’on n’a pas vu depuis 30 jours, on doit réciter la bénédiction de Chéhe’heyanou en le voyan......

Lire la Halacha