Halacha pour lundi 9 Elul 5779 9 septembre 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête?

Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de se couvrir la tête lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem.
Nous avons déjà expliqué dans le passé que selon le strict Din, il n’y a pas de réelle obligation à marcher avec une Kippa, car ce qui est mentionné dans la Guémara (Chabbat 118b) « Rav Houna fils de Rav Yéhochoua’ dit : Que vienne sur moi la bénédiction car je n’ai jamais marché 4 coudées tête nue », ceci n’est pas selon le strict Din mais uniquement une mesure de piété qu’il adoptait.
Malgré tout, nous avons aussi mentionné les propos de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l selon lesquels, de notre époque – où la Kippa est devenue
[au moins en théorie] le signe distinctif qui désigne ceux qui servent Hachem et ceux qui ne le servent pas, il y a dans ce comportement bien plus qu’une mesure de piété.

Cependant, il est évident que lorsqu’on se trouve chez soi et qu’on se lève de son lit, ou bien lorsqu’on se trouve dans un lieu de baignade, selon le strict Din, on n’a pas l’obligation de marcher avec une Kippa.
Il ne nous reste donc qu’à expliquer le cas où quelqu’un s’apprête à réciter une parole de sainteté (« Davar Chébakédoucha ») : est-il tenu selon le Din de mettre une Kippa sur sa tête, ou bien il n’y a là aucune obligation selon le strict Din?

Il est enseigné dans le traité Soférim (chap.14-15):
« Quelqu’un dont les vêtements sont déchirés, ou qui a la tête découverte, est autorisé à lire le Chéma’. Selon certains, si ses vêtements sont déchirés, il est autorisé à lire le Chéma’, mais si sa tête est découverte, il n’est pas autorisé à lire le Chéma’, car il n’est pas autorisé à mentionner le Nom d’Hachem la tête découverte. »
Le sujet fait donc l’objet d’une divergence d’opinion dans le traité Soférim, s’il est permis ou non de réciter une bénédiction ou de prononcer une parole de sainteté lorsqu’on a la tête découverte.
Dans le Beit Yossef (chap.91), MARAN cite les propos de Rabbénou Yéro’ham, selon lesquels la Halacha retient le deuxième avis, selon lequel il est interdit de réciter une bénédiction la tête découverte, et c’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Il est à noter que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est convenable que même des jeunes-filles célibataires, placent sur leur tête quelque chose (un foulard ou autre) lorsqu’elles récitent une bénédiction, en particulier lorsqu’elles prient la ‘Amida ou qu’elles récitent le Birkatt Hamazon.
Il existe des jeunes-filles pieuses et justes qui adoptent ce comportement, heureuses soient-elles, et combien leur part est glorieuse.

A présent, il nous reste seulement à expliquer s’il est suffisant de poser la main sur la tête afin de pouvoir réciter une bénédiction, ou bien si ce geste n’a aucune utilité?

L’auteur du Téroumatt HaDechen écrit (chap.10):
« Le fait de poser sa propre main sur la tête n’est pas considéré comme un couvre-chef, car la tête et la main font partie du même corps, et le corps ne peut se couvrir lui-même. »
Nous apprenons d’ici que, le fait de poser la main sur la tête n’est d’aucune utilité pour être considéré comme une autre forme de couverture.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h, et il ajoute que selon l’explication du Téroumatt Ha-Dechen, il semble que lorsque quelqu’un d’autre place sa main sur la tête de celui qui désire réciter une bénédiction, celui-ci peut réciter la bénédiction, car ce n’est pas le même corps.

En conclusion: Lorsque quelqu’un s’apprête à réciter une bénédiction, il est tenu de se couvrir la tête au moyen d’une Kippa ou autre.
De même, lorsque quelqu’un d’autre lui met la main sur la tête, il est autorisé à réciter une bénédiction. Mais lorsqu’il place sa propre main sur sa propre tête, ceci n’est pas considéré comme une couverture de la tête sur ce point.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha