Halacha pour lundi 9 Elul 5779 9 septembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête?

Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de se couvrir la tête lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem.
Nous avons déjà expliqué dans le passé que selon le strict Din, il n’y a pas de réelle obligation à marcher avec une Kippa, car ce qui est mentionné dans la Guémara (Chabbat 118b) « Rav Houna fils de Rav Yéhochoua’ dit : Que vienne sur moi la bénédiction car je n’ai jamais marché 4 coudées tête nue », ceci n’est pas selon le strict Din mais uniquement une mesure de piété qu’il adoptait.
Malgré tout, nous avons aussi mentionné les propos de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l selon lesquels, de notre époque – où la Kippa est devenue
[au moins en théorie] le signe distinctif qui désigne ceux qui servent Hachem et ceux qui ne le servent pas, il y a dans ce comportement bien plus qu’une mesure de piété.

Cependant, il est évident que lorsqu’on se trouve chez soi et qu’on se lève de son lit, ou bien lorsqu’on se trouve dans un lieu de baignade, selon le strict Din, on n’a pas l’obligation de marcher avec une Kippa.
Il ne nous reste donc qu’à expliquer le cas où quelqu’un s’apprête à réciter une parole de sainteté (« Davar Chébakédoucha ») : est-il tenu selon le Din de mettre une Kippa sur sa tête, ou bien il n’y a là aucune obligation selon le strict Din?

Il est enseigné dans le traité Soférim (chap.14-15):
« Quelqu’un dont les vêtements sont déchirés, ou qui a la tête découverte, est autorisé à lire le Chéma’. Selon certains, si ses vêtements sont déchirés, il est autorisé à lire le Chéma’, mais si sa tête est découverte, il n’est pas autorisé à lire le Chéma’, car il n’est pas autorisé à mentionner le Nom d’Hachem la tête découverte. »
Le sujet fait donc l’objet d’une divergence d’opinion dans le traité Soférim, s’il est permis ou non de réciter une bénédiction ou de prononcer une parole de sainteté lorsqu’on a la tête découverte.
Dans le Beit Yossef (chap.91), MARAN cite les propos de Rabbénou Yéro’ham, selon lesquels la Halacha retient le deuxième avis, selon lequel il est interdit de réciter une bénédiction la tête découverte, et c’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Il est à noter que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est convenable que même des jeunes-filles célibataires, placent sur leur tête quelque chose (un foulard ou autre) lorsqu’elles récitent une bénédiction, en particulier lorsqu’elles prient la ‘Amida ou qu’elles récitent le Birkatt Hamazon.
Il existe des jeunes-filles pieuses et justes qui adoptent ce comportement, heureuses soient-elles, et combien leur part est glorieuse.

A présent, il nous reste seulement à expliquer s’il est suffisant de poser la main sur la tête afin de pouvoir réciter une bénédiction, ou bien si ce geste n’a aucune utilité?

L’auteur du Téroumatt HaDechen écrit (chap.10):
« Le fait de poser sa propre main sur la tête n’est pas considéré comme un couvre-chef, car la tête et la main font partie du même corps, et le corps ne peut se couvrir lui-même. »
Nous apprenons d’ici que, le fait de poser la main sur la tête n’est d’aucune utilité pour être considéré comme une autre forme de couverture.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h, et il ajoute que selon l’explication du Téroumatt Ha-Dechen, il semble que lorsque quelqu’un d’autre place sa main sur la tête de celui qui désire réciter une bénédiction, celui-ci peut réciter la bénédiction, car ce n’est pas le même corps.

En conclusion: Lorsque quelqu’un s’apprête à réciter une bénédiction, il est tenu de se couvrir la tête au moyen d’une Kippa ou autre.
De même, lorsque quelqu’un d’autre lui met la main sur la tête, il est autorisé à réciter une bénédiction. Mais lorsqu’il place sa propre main sur sa propre tête, ceci n’est pas considéré comme une couverture de la tête sur ce point.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha