Halacha pour lundi 9 Elul 5779 9 septembre 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

La Kippa à la plage – Se couvrir la tête lorsqu’on récite une bénédiction

Question: Y a-t-il une obligation de marcher avec une Kippa lorsqu’on est à la plage ? Est-il possible de réciter une bénédiction en se plaçant la main sur la tête?

Réponse: Avant tout, nous devons expliquer la notion de l’obligation de se couvrir la tête lorsqu’on mentionne le Nom d’Hachem.
Nous avons déjà expliqué dans le passé que selon le strict Din, il n’y a pas de réelle obligation à marcher avec une Kippa, car ce qui est mentionné dans la Guémara (Chabbat 118b) « Rav Houna fils de Rav Yéhochoua’ dit : Que vienne sur moi la bénédiction car je n’ai jamais marché 4 coudées tête nue », ceci n’est pas selon le strict Din mais uniquement une mesure de piété qu’il adoptait.
Malgré tout, nous avons aussi mentionné les propos de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l selon lesquels, de notre époque – où la Kippa est devenue
[au moins en théorie] le signe distinctif qui désigne ceux qui servent Hachem et ceux qui ne le servent pas, il y a dans ce comportement bien plus qu’une mesure de piété.

Cependant, il est évident que lorsqu’on se trouve chez soi et qu’on se lève de son lit, ou bien lorsqu’on se trouve dans un lieu de baignade, selon le strict Din, on n’a pas l’obligation de marcher avec une Kippa.
Il ne nous reste donc qu’à expliquer le cas où quelqu’un s’apprête à réciter une parole de sainteté (« Davar Chébakédoucha ») : est-il tenu selon le Din de mettre une Kippa sur sa tête, ou bien il n’y a là aucune obligation selon le strict Din?

Il est enseigné dans le traité Soférim (chap.14-15):
« Quelqu’un dont les vêtements sont déchirés, ou qui a la tête découverte, est autorisé à lire le Chéma’. Selon certains, si ses vêtements sont déchirés, il est autorisé à lire le Chéma’, mais si sa tête est découverte, il n’est pas autorisé à lire le Chéma’, car il n’est pas autorisé à mentionner le Nom d’Hachem la tête découverte. »
Le sujet fait donc l’objet d’une divergence d’opinion dans le traité Soférim, s’il est permis ou non de réciter une bénédiction ou de prononcer une parole de sainteté lorsqu’on a la tête découverte.
Dans le Beit Yossef (chap.91), MARAN cite les propos de Rabbénou Yéro’ham, selon lesquels la Halacha retient le deuxième avis, selon lequel il est interdit de réciter une bénédiction la tête découverte, et c’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h.

Il est à noter que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est convenable que même des jeunes-filles célibataires, placent sur leur tête quelque chose (un foulard ou autre) lorsqu’elles récitent une bénédiction, en particulier lorsqu’elles prient la ‘Amida ou qu’elles récitent le Birkatt Hamazon.
Il existe des jeunes-filles pieuses et justes qui adoptent ce comportement, heureuses soient-elles, et combien leur part est glorieuse.

A présent, il nous reste seulement à expliquer s’il est suffisant de poser la main sur la tête afin de pouvoir réciter une bénédiction, ou bien si ce geste n’a aucune utilité?

L’auteur du Téroumatt HaDechen écrit (chap.10):
« Le fait de poser sa propre main sur la tête n’est pas considéré comme un couvre-chef, car la tête et la main font partie du même corps, et le corps ne peut se couvrir lui-même. »
Nous apprenons d’ici que, le fait de poser la main sur la tête n’est d’aucune utilité pour être considéré comme une autre forme de couverture.
C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h, et il ajoute que selon l’explication du Téroumatt Ha-Dechen, il semble que lorsque quelqu’un d’autre place sa main sur la tête de celui qui désire réciter une bénédiction, celui-ci peut réciter la bénédiction, car ce n’est pas le même corps.

En conclusion: Lorsque quelqu’un s’apprête à réciter une bénédiction, il est tenu de se couvrir la tête au moyen d’une Kippa ou autre.
De même, lorsque quelqu’un d’autre lui met la main sur la tête, il est autorisé à réciter une bénédiction. Mais lorsqu’il place sa propre main sur sa propre tête, ceci n’est pas considéré comme une couverture de la tête sur ce point.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha