Halacha pour mardi 20 Tammuz 5779 23 juillet 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Se couper les cheveux pendant Ben Ha-Métsarim - (du 17 Tamouz au 9 Av) cette année (5779)

L’usage de s’interdire la coupe de cheveux
En conséquence à la gravité du deuil en vigueur pendant la période de Ben Ha-Métsarim, les Achkénazim ont pour tradition de ne pas se couper les cheveux, ni de se raser, depuis le 17 Tamouz jusqu’au 10 Av.

L’usage des Séfaradim
Cependant, les Séfaradim et originaires du moyen orient n’ont pas cette tradition rigoureuse, ils s’en tiennent, sur ce point, au strict décret de nos maitres qui n’ont interdit qu’à « Chavoua’ Ché’hal Bo » (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av) où il est interdit de se couper les cheveux et de laver le linge. C’est ainsi que tranchent le RAAMBAM et MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’.
La « semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av » signifie depuis le dimanche qui précède le jeûne du 9 Av. Par exemple : si le jeûne tombe un mercredi, toutes les interdictions liées à « la semaine dans laquelle tombe le jeûne » entreraient en vigueur depuis le dimanche qui précède.

La semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av cette année 5779
Cette année 5779, le 9 Av tombe un Chabbat, et par conséquent, le jeûne est repoussée au lendemain dimanche. De ce fait, cette année nous n’avons pas de règle de « la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av », comme le tranche notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans son livre ‘Hazon Ovadia – Arba’ Ta’aniyot (page 223), et comme nous l’expliquerons davantage avec l’aide d’Hachem.
Tous les usages spécifiques à la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av – et parmi eux l’interdit de se couper les cheveux – ne sont donc pas en vigueur cette année, excepté le jour du jeûne du 9 Av, où il est certain qu’il est interdit de se couper les cheveux ce jour-là.

En ce qui concerne la coupe de cheveux pour une femme pendant la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av pour les Séfaradim, ou pendant toute la durée de Ben Ha-Métsraim (les 3 semaines) pour les Achkjénazim, cela va dépendre d’une divergence d’opinion parmi les décisionnaires sur le cas d’une femme en deuil sur l’un de ses proches.
Nous savons effectivement qu’un homme en deuil n’a pas le droit de se couper les cheveux, ni de se raser la barbe pendant 30 jours. Mais pour une femme en deuil, Maran tranche dans le Choul’han Arou’h (Yoré Déa chap.390-5) qu’elle a le droit de se couper les cheveux même avant que ne s’achèvent les 30 jours.
Le Rama (opinion Halachique principale pour les Achkénazim) n’est pas du même avis, il pense que même une femme doit attendre 30 jours de deuil avant de se couper les cheveux.

A priori, cette période de deuil a le même statut que la période de 30 jours d’un deuil habituel.
Il est vrai que le Gaon Rabbi Moshé FEINSTEIN z.t.s.l tranche qu’une femme doit s’imposer la ‘Houmra (la rigueur) de ne pas se couper les cheveux pendant cette période, en fondant cette décision sur les propos du Rama rapportés plus haut, selon lesquels, même une femme doit attendre 30 jours pour se couper les cheveux, lors d’un deuil habituel.
Cependant, certains Rabbanim Achkénazim ont écrit que même si la Hala’ha exige dans un deuil habituel, que même une femme attende 30 jours pour se couper les cheveux (selon l’usage des Achkénazim), pour ce qui est de la période de Ben Ha-Métsarim, elles peuvent se le permettre.
Toutefois, à partir de Chavoua Ché’hal Bo (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av), où le deuil entre en vigueur par véritable institution de nos maitres, et non plus seulement par tradition, il ne faut faire aucune distinction entre un homme et une femme, et selon la tradition Ashkénaze, une femme devra s’abstenir de se couper les cheveux au moins à partir de Chavoua Ché’hal Bo. (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av).

Cependant, selon la tradition des Séfaradim, les femmes peuvent se couper les cheveux, et cela, même pendant Chavoua Chéhal Bo (la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av).

En conclusion: Cette année, selon l’usage des Séfaradim, l’interdiction de se couper les cheveux n’est absolument pas en vigueur, excepté le jour même du jeûne du 9 Av. mais selon l’usage des Achkénazim, selon l’opinion de plusieurs grands décisionnaires, il faut s’imposer la rigueur sur ce point, même pour les femmes, et ne pas se couper les cheveux.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

האם מותר לחמם בשבת סופגנייה עם ריבה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha