Halacha pour lundi 8 Shevat 5780 3 février 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le fondement des règles relatives aux bénédictions alimentaires – La conduite de notre maitre le Rav ztsl envers les bénédictions

Question: Que dois-je faire si j’ai introduit un aliment dans ma bouche sans avoir récité la bénédiction?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (35a) : Il est interdit à une personne de tirer profit de ce monde sans bénédiction. Celui qui tire profit de ce monde sans bénédiction est considéré comme celui qui profite de ce qui appartient à Hachem sans permission, comme il est dit dans le verset « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient ». La Guémara demande alors une explication à la contradiction qu’il y a entre les versets, car une fois il est dit « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient », et une fois il est dit « la terre, il l’a donnée aux hommes ». La Guémara répond que le verset « A Hachem appartient la terre ainsi que ce qu’elle contient » s’applique à une situation antérieure à la récitation de la bénédiction, alors que le verset « la terre, il l’a donnée aux hommes » s’applique après que l’on ait récité la bénédiction. Cela signifie qu’avant que l’on récite la bénédiction, la nourriture est encore dans une position où elle n’est pas autorisée à être utilisée au profit de l’homme. Ce n’est seulement qu’après avoir récité la bénédiction qu’Hachem nous autorise à en tirer profit.
Par conséquent, il incombe à chacun d’apprendre correctement les règles relatives aux bénédictions, et en particulier, d’être vigilent vis-à-vis de la bénédiction que l’on s’apprête à réciter et ne pas réciter des bénédictions avec légèreté, afin de ne pas arriver - à D. de plaise - à tirer profit d’un aliment qui ne nous est pas encore alloué, en s’abstenant par ignorance de réciter une bénédiction alors qu’il fallait la réciter, ou bien d’arriver à réciter une bénédiction en vain si l’on récite une bénédiction qu’il ne fallait pas réciter, ou bien si l’on récite une bénédiction qui n’est pas appropriée à l’aliment sur lequel on la récite. De même à l’inverse, celui qui récite les bénédictions correctement, avec la concentration requise, méritera une grande récompense, et comme nous le disent nos maitres les Kabbalistes, en récitant les bénédictions comme il se doit, une personne peut réparer beaucoup de choses, heureuse soit-elle, heureux soit son sort.

La vigilance de notre maitre le Rav z.ts.l envers les bénédictions 
Lorsqu’un jour on apporta par erreur les Téfilin de Rabbénou TAM à la place de ceux de RACHI à notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ), et qu’il récita la bénédiction par erreur sur ces Téfilin, il fut attristé durant toute la journée lorsqu’il fut informé de cette confusion, sur le fait d’avoir récité une bénédiction alors qu’il ne fallait pas la réciter. Ainsi, notre maitre le Rav z.ts.l faisait constamment preuve d’une extraordinaire vigilance envers les bénédictions, afin que chaque bénédiction soit récitée lentement et avec concentration, de façon précise, et non comme certaines personnes qui « jettent » littéralement les bénédictions de leurs bouches sans attention. De même, notre maitre le Rav z.ts.l avait la vigilance et mettait en garde chacun sur la façon de prononcer le Nom Divin dans les bénédictions, afin qu’il soit entendu de façon correcte, avec la vocalisation correcte, pas comme certaines personnes qui disent : « Barou’hatadonaï » en un seul mot, alors qu’il faut les découper en 3 mots distincts. Notre maitre le Rav z.ts.l mettait aussi en garde afin de ne pas dire par erreur « Adnaï », erreur fréquente chez les personnes qui récitent leurs bénédictions trop rapidement.

Celui qui met un aliment en bouche et omet de réciter la bénédiction
Venons-en à présent à la question.
Si une personne a mis un aliment en bouche en oubliant de réciter la bénédiction, quel comportement doit-elle adopter dans un tel cas?

Avant tout, il est important de préciser qu’il est interdit de réciter une bénédiction en ayant un aliment en bouche, car il est écrit dans le Téhilim (71) « ma bouche sera emplie de ta gloire », et nos maitres en déduisent qu’au moment où l’on récite la gloire d’Hachem en récitant une bénédiction, la bouche doit être emplie uniquement de la bénédiction et non de nourriture. C’est pour cela que dans un cas où la personne a mis un aliment en bouche sans bénédiction, on devra agir comme suit:

S’il s’agit d’un aliment qui ne sera pas répugnant en le rejetant de la bouche, par exemple un bonbon, que l’on peut rejeter de la bouche et réciter ensuite la bénédiction, on doit le rejeter de la bouche et réciter convenablement la bénédiction sur cet aliment, car on ne doit pas réciter de bénédiction en ayant un aliment dans la bouche. Par contre, s’il s’agit d’un aliment qui sera répugnant en le rejetant de la bouche, il faudra le placer  dans un coin de la bouche et réciter ensuite la bénédiction propre à cet aliment, puis continuer à le consommer.

S’il s’agit d’une boisson que l’on a introduit par erreur sans bénédiction (de sorte que l’on ne peut dans ce cas ni réciter la bénédiction avec la boisson dans la bouche, ni rejeter la boisson puisqu’il est certain qu’elle deviendra répugnante), on devra dire la bénédiction mentalement et ensuite avaler. Si l’on boit de nouveau par la suite, il faudra à ce moment là réciter réellement la bénédiction sur ce que l’on s’apprête à boire (et ne pas se fier à la première bénédiction récitée mentalement). Avant de réciter verbalement la bénédiction, il est bon dans ce cas de dire la formule « Barouh’ Chem Kévod Malh’outo Lé-‘Olam Va-‘Ed » (Bérah’ot 50b, Choulh’an ‘Arouh’ O.H chap.172).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

SHABUOT

Está escrito en la Parashá –porción- de la Torá que relata sobre la entrega de la Torá: Y partieron de Refidim, y acampó allí todo el pueblo frente al monte (Shemot 19). Pregunta Rabbenu Hayim ben Atar z”l en su obra Orah Hayim que unos......

Lire la Halacha

BIRCAT SHEEHEYANU

Pregunta: Cuando se debe pronunciar esta bendición? Respuesta: Según el Talmud (Berajot 54) es preciso pronunciar la bendición de “sheeheyanu” cuando se adquiere algún utensilio u objeto nuevo, por ej. una ropa. De hecho, tanto el Rashb”a como el R......

Lire la Halacha

JABON EN SHABBAT

Como vimos en la entrega anterior, existe divergencia entre las autoridades sobre la prohibición de triturar el hielo en Shabbat, en tanto que algunos sostienen que se trata de una prohibición de la Torá, “nolad”, o sea crear un nuevo elemento que no existía c......

Lire la Halacha

LA BENDICIÓN DE SHEEHEYANU SOBRE INJERTOS

En principio, debemos recordar que la persona que come un fruto que se renueva cada año debe pronunciar la bendición de Sheeheyanu tras recitar la bendición correspondiente del fruto. Sin embargo, es necesario analizar el caso de los frutos que son productos de injertos, como......

Lire la Halacha


LA BENDICIÓN DE SHEEHEYANU SOBRE FRUTOS SIMILARES

Como ya vimos anteriormente, al comer un fruto nuevo es preciso pronunciar la bendición de Sheeheyanu tras la bendición correspondiente del fruto, agradeciendo al Eterno el mérito de poder consumir nuevamente un fruto nuevo. Según esto, debemos analizar el caso de frut......

Lire la Halacha

MEDICIÓN PARA UN PRECEPTO

En la entrega anterior vimos sobre la prohibición rabínica de medir o pesar alimentos en Shabbat y Yom Tob. Por lo que, según concluimos no se puede utilizar una balanza mecánica para pesar alimentos tanto en Shabbbat como en Yom tob. Aún así, el Talmud (......

Lire la Halacha

CON LA CAÍDA DE TU ENEMIGO NO TE ALEGRES

Dice el Pirke Abot: Shmuel Hakatan enseña -dice el ver- “Con la caída de tu enemigo no te alegres y con su tropiezo no ha de alegrarse tu corazón, quizás lo observe el Señor y quite su enojo de él”. Escribe nuestro maestro en su comentario al......

Lire la Halacha

EL CLEMENTE

El finalizar técnicamente el “bircat hamazon”, o sea al finalizar la cuarta bendicion, se acostumbra recitar varios pedidos que comienzan con quel el Clemente nos conceda…. Y aún cuando estos pedidos no son una parte integral del bircat hamazon, pues no fueron instit......

Lire la Halacha