Halacha pour lundi 9 Sivan 5780 1 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Escroquerie et tromperie

Il est interdit d’escroquer les gens dans le domaine du commerce, ou bien de les tromper.
Si le produit comporte un défaut, le vendeur se doit d’en informer le client.
Par exemple: lorsque quelqu’un désire vendre son appartement, sachant que le toit a des infiltrations cachées par une peinture fraîchement refaite.
Dans ce cas, le vendeur est tenu d’informer le client sur un défaut aussi grave, même si le fait de ne pas informer le client sur la présence de telles infiltrations ne représente pas réellement du vol puisque c’est le client qui se trompe de lui-même, et que le vendeur ne lui prend aucun argent par la ruse, malgré tout, cela constitue l’interdiction de Onaat Dévarim (offense par la parole) et de Guénévatt Da’att (tromperie), et une telle chose est strictement interdite.

De même, lorsqu’une personne vend sa voiture, sachant que celle-ci a subie un grave accident, et que le châssis de la voiture comporte un choc, mais que l’acheteur ne se doute de rien puisqu’il fait pleine confiance au vendeur de la voiture, le considérant comme un honnête homme, il est certain que la responsabilité d’informer l’acheteur sur un défaut aussi significatif sur la voiture incombe le vendeur. Cependant, il existe des légers défauts qu’il n’est pas obligatoire de signaler au client, mais quoi qu’il en soit, chaque situation doit être préalablement soumise à une autorité Halah’ique compétente dans le domaine des lois sur les litiges financiers.

Au même titre qu’il est interdit de tromper des juifs, il est également interdit de tromper des non-juifs, conformément à tout ce qui a été dit précédemment.

Tout ceci concerne uniquement la tromperie dans le domaine matériel, mais cette même interdiction existe aussi dans des domaines qui ne sont absolument pas liés avec des affaires d’argent. Lorsque quelqu’un montre à son ami qu’il oeuvre en sa faveur, alors qu’en réalité il n’en est rien, cela représente de la tromperie.
Par exemple: quelqu’un insiste auprès d’une personne afin qu’elle vienne prendre un repas chez lui, sachant pertinemment que la personne est dans l’impossibilité d’accepter l’invitation pour des raisons de temps ou autre, et malgré tout, l’autre insiste afin de lui faire croire qu’il désire l’honorer en l’invitant chez lui. Un tel comportement constitue l’interdiction de Gonev Da’att Ha-Bériyott (tromper les gens) et il est interdit d’agir ainsi.
De nombreuses personnes font des erreurs dans ce domaine par manque de maîtrise de la Halah’a. Le SAMA’ (le Gaon auteur du livre «  Méirat ‘Enaïm » sur la partie H’ochen Michpat du Choulh’an ‘Arouh’, et auteur des commentaires Péricha et Déricha sur tout le TOUR) écrit que malgré tout, si l’on demande à la personne sans insister – simplement par courtoisie - de venir prendre le repas, ceci ne représente aucun interdit, même si l’on sait parfaitement que l’autre ne viendra pas, car s’il ne lui fait aucune proposition, cela peut être interprété comme une humiliation. Par conséquent, cette manière de faire est autorisée.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha