Halacha pour mardi 21 Cheshvan 5780 19 novembre 2019

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon

Poison et pesticide contre les nuisibles pendant Chabbat – 2ème partie

Résumé de la précédente Halah’a
Nous avons expliqué dans la précédente Halah’a qu’il est permis de placer un animal pendant Chabbat au-dessus de l’herbe, afin que l’animal le consomme, même si l’animal arrachera l’herbe, puisque l’acte d’arracher l’herbe n’est pas imputé à l’homme.

Nous avons cité 2 explications à cela:
Selon le Gaon auteur du « Even Ha-‘Ozer », lorsqu’il s’agit des interdits de Chabbat, le paramètre déterminant l’interdit est la pensée de l’homme (« une activité guidée par la pensée appropriée »). Or, puisque l’homme qui place l’animal ne vise pas l’acte de l’arrachage de l’herbe proprement dit, mais uniquement l’alimentation de son animal, nous ne devons pas prendre en considération le fait que l’animal arrache l’herbe, car cet acte n’est pas un interdit imputable à l’homme.

Selon le Beit Méïr, dans les règles relatives à Chabbat c’est la réalisation de l’interdit par l’homme lui-même, par son intervention et son action physique, qui est le paramètre déterminant. Mais pour un interdit que l’homme n’a absolument pas réalisé de lui-même, nous n’accordons pas d’importance au fait que cet interdit se réalise de lui-même. (Cependant, il est strictement interdit de faire consciemment réaliser à son animal pendant Chabbat des activités interdites, lorsque le but visé est la réalisation de l’interdit).

Le rapport avec notre sujet 
Nous allons à présent débattre au sujet de poser du poison devant des nuisibles pendant Chabbat.
Si nous expliquons selon les propos du « Even Ha-‘Ozer » qui nous rappelle que la Torah exige une pensée appropriée qui accompagne l’interdit, il serait interdit de poser du poison devant des nuisibles, car la pensée de l’homme à cet instant est de tuer les nuisibles, et il est interdit de tuer pendant Chabbat.

Mais si nous expliquons selon les propos du Beit Méïr selon qui, tant que l’homme lui-même ne réalise aucun interdit il n’y a là aucune interdiction, il serait donc permis de poser du poison pendant Chabbat, car les nuisibles viennent d’eux-mêmes consommer le poison qui les fera mourir, et l’acte n’est absolument pas imputable à l’homme.

Sur le plan pratique, après un développement complexe des propos des décisionnaires sur ce point, notre saint maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l conclu qu’il est permis de poser le poison devant les nuisibles pendant Chabbat, car il est probable qu’ils viennent d’eux-mêmes en consommer, ce qui les fera mourir, comme par exemple le poison que l’on appelle « la mort aux rats » ou autre.
Mais asperger du poison de façon directe sur les nuisibles est catégoriquement interdit pendant Chabbat.

Par conséquent, il est permis d’asperger du poison contre les nuisibles en faisant en sorte qu’ils aient la possibilité de fuir (en laissant une porte ou une fenêtre ouverte au moment de l’aspersion du produit), sans asperger directement sur eux, car de cette manière il n’est pas certain de les faire mourir puisqu’ils ont la possibilité de fuir. Mais il est interdit de faire en sorte de les faire mourir de façon directe pendant Chabbat par l’aspersion, car ôter la vie est l’une des activités interdites pendant Chabbat. (Chou’t Yabiya’ Omer vol.3 chap.20, voir aussi H’azon Ovadia-Chabbat vol.5 à partir de page 112).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Une personne malade du Corona par négligence, doit –elle réciter le Gomel à sa guérison ?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que la personne qui tombe malade et qui est alitée, comme la grippe ou le Corona, doit réciter le Gomel une fois guérie, et que cela doit être fait en présence de 10 hommes. M......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. il ......

Lire la Halacha

Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel? Réponse: Dans la précéde......

Lire la Halacha


Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Bérah’a du Gomel

Nos sages ont instauré que toute personne qui vie un événement dangereux se doit de remercier Hachem en récitant une Bérah’a devant 10 personnes comme nous allons l’expliqué. Dans la Guémara, traité de Bérah’ott page......

Lire la Halacha

Tou Bé-Av – le 15 Av

Aujourd’hui, nous célébrerons « Tou Bé-Av ». On enseigne dans une Michna de Ta’anit (26b): Rabban Chim’on Ben Gamliel dit: « Il n’y a pas de plus belles fêtes pour Israël que le 15 Av et Yom KIPPOUR. Ces jours-là, le......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av

Un malade sans danger Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av, car la sévérité du jeûne du 9 Av est moins importante que celle de Yom Kippour sur ce point. D......

Lire la Halacha