Halacha pourmercredi 25 Adar 5781 mars 9 2021

Les fruits secs pendant Péssah’ – Toucher du H’amets pendant Péssah’

Deux questions: 1. Chez mes parents, on a la tradition de ne pas consommer de fruits secs pendant Péssah’. Lorsque je me suis mariée, j’ai constaté que la famille de mon époux consomme les fruits secs pendant Péssah’. Leur usage est-il juste?
2. Est-il vrai qu’il soit interdit de toucher du H’amets que l’on trouverait dans la rue pendant Péssah’?

Réponses: Le RAMA écrit dans ses notes sur le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.467-5) qu’il existe une tradition selon laquelle on ne consomme pas de fruits secs pendant Péssah’. La source à cette tradition est citée dans le Darké Moché où il est effectivement précisé que différentes communautés avaient adopté l’usage de ne pas consommer de fruits secs pendant Péssah’, car ils avaient l’habitude de faire sécher les fruits à proximité du pain dans le four. Ils avaient aussi l’usage (qui est encore en vigueur de notre temps) de recouvrir les figues de farine afin de les sécher, et pour ces raisons ils interdirent de consommer les fruits secs pendant Péssah’.

Mais selon la tradition des Séféradim et des originaires des communautés orientales, il est permis de consommer des fruits secs pendant Péssah’. Cependant, les décisionnaires ont mis en garde de se préserver de tout mélange de H’amets dans les figues sèches. Notre saint maitre le Rav z.ts.l avait lui aussi mis en garde de ne pas acheter les cacahuètes et les noix grillées vendues sur le marché si elles n’ont pas un certificat de Cacherout spécialement délivré pour Péssah’, car il est de notoriété que l’on y mélange de la farine (H’azon Ovadia-Péssah’ page 66).

Il est vrai que l’on trouve de nombreuses règles dans les propos des décisionnaires, au sujet de différents produits alimentaires qu’il est permis de consommer pendant Péssah’ sans surveillance rabbinique. Cependant, il est fréquent que ces autorisations n’étaient valables que de leurs époques. Mais de notre temps où la fabrication alimentaire s’est développée considérablement, il n’est pas rare de trouver certaines craintes d’interdit alimentaire dans chaque produit, en particulier pendant Péssah’ vis-à-vis du H’amets. Par conséquent, il est juste de veiller à n’acheter de produits alimentaires pour Péssah’ que lorsqu’ils bénéficient d’un certificat de Cacherout de qualité pour la fête de Péssah’.

Concernant le fondement de la question, il semble que la famille de la dame qui pose la question adopte les traditions des Achkénazim de ne pas consommer de fruits secs pendant Péssah’, et cette famille se doit de maintenir leur usage. Mais le mari de cette dame - qui est lui Séfaradi – a l’usage de s’autoriser la chose et peux lui aussi maintenir son usage, comme nous l’avons écrit.

Concernant la deuxième question.
Une personne qui marche dans la rue pendant Péssah’ et voit un morceau de pain ou autre H’amets, n’est pas autorisée à soulever le pain pour le placer dans un coin, car nos maitres ont décrété de ne pas soulever du H’amets pendant Péssah’ de peur d’en arriver à le consommer. Le RIBACH (Rabbi Itsh’ak Bar Chéchat) écrit dans un responsa (chap.401) que même si l’on soulève le H’amets avec l’intention explicite de ne pas en faire l’acquisition, il est malgré tout interdit de le soulever en raison du décret de nos maitre pour ne pas en arriver à le consommer. Notre maitre le Rav z.ts.l tranche dans son livre H’azon Ovadia-Péssah’ (page 68) conformément aux propos du RIBACH.

En conclusion: La tradition des Achkénazim n’autorise pas la consommation de fruits secs pendant Péssah’. Les Séfaradim n’ont pas cette tradition restrictive. On ne doit pas soulever du H’amets pendant Péssah’ lorsqu’on le trouve dans la rue, en raison du décret de nos maitres de peur d’en arriver à le consommer.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

The Obligation to Eat in the Sukkah

Since there is not so much time left to discuss the laws of Sukkot, let us now spend the next few Halachot discussing some pertinent Halachot for the upcoming Sukkot holiday. A Meal of an Established Character Throughout the entire Sukkot holiday, both during the night and day, it is prohibited ......

Lire la Halacha

Reciting Selichot Alone, Without a Minyan

Question: If one is unable to recite Selichot with a Minyan (quorum of at least ten Jewish men) for whatever reason or if a woman wishes to recite Selichot and she cannot do so with a Minyan, may one recite the Selichot texts alone or should one abstain from doing so? Answer: If one wishes to rec......

Lire la Halacha


The Laws of Eating a Kezayit of Bread in the Sukkah on the First Night of Sukkot and One who is Uncomfortable in the Sukkah

In the previous Halacha we have discussed that one may not eat an established meal outside of the Sukkah anytime during the Sukkot holiday. One must be aware that the reward for the Mitzvah of Sukkah is that it protects one during turbulent times (see Zohar, Parashat Tetzaveh). The Mitzvah of......

Lire la Halacha

The Custom of “Tashlich”

Following Mincha services of the first day of Rosh Hashanah, it is customary to go to a seashore, river, well, or pit in order to recite the order of “Tashlich.” If there is no river, lake, or pond in close proximity of one’s vicinity, it is likewise perfectly acceptable to recite ......

Lire la Halacha

The Proper Behavior for the Days of Rosh Hashanah-The Custom of Maran zt”l

It is customary to eat red meat and sweet foods on the days of Rosh Hashanah, as the verse in Nechemia states, “Go eat fatty foods and drink sweet beverages and sent gifts of food to those who do not have, for the day is sanctified to our Lord.” One may not fast at all on Rosh Hashana......

Lire la Halacha

Blowing the Shofar on Rosh Hashanah

It is a positive Torah commandment to hear the Shofar blasts on the day of Rosh Hashanah, as the verse states, “It shall be a day of [Shofar] blasts for you.” One may not speak between the various sets of Shofar blasts and certainly not during the blasts themselves. The Poskim disagree r......

Lire la Halacha