Halacha pour dimanche 29 Sivan 5780 21 juin 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Etudier la Torah en étant seul

Question: Un homme a-t-il le droit d’étudier seul, ou bien est-il tenu d’étudier exclusivement avec un compagnon d’étude (« H’avrouta »)?

Réponse: Dans la Guémara Ta’anit (7a), nos maitres commentent un verset du livre de Irméyahou: « Guerre aux trafiquants de mensonge ! Ils perdront la tête » Guerre (condamnation à mort) pour ceux qui étudient la Torah en étant seuls sans compagnon d’étude (les termes « trafiquants de mensonge » sont exprimés dans le versets par le terme « Badim » qui provient de la racine étymologique « Lévad » qui signifie « seul »). De plus, ils en deviennent sots, comme il est dit dans la fin du même verset : « Ils perdront la tête », et ils finissent même par fauter. Fin de citation de la Guémara.

Nous pouvons en déduire que selon le fondement de la Halah’a, il serait interdit d’étudier régulièrement la Torah seul, car l’étude de la Torah est une chose complexe, qui possède plusieurs façons d’expliquer chaque sujet, et lorsqu’un homme étudie seul, il est susceptible de commettre des erreurs d’interprétation qui s’enracineront en lui au point de se tromper complètement durant tout son parcours dans l’étude de la Torah, et il induira même les autres en erreur avec lui. De ce fait, il est interdit d’étudier la Torah régulièrement seul, mais seulement avec un compagnon d’étude qui le sauvera de toute embuche.

Cependant, les commentateurs expliquent que de nos jours où de nombreux livres sont à la disposition de chacun, des livres qui expliquent chaque sujet en utilisant différents points de vue pour expliquer, l’interdiction d’étudier seul n’est plus applicable, car même si l’étudiant se trompe, il se rendra compte de toutes manières de son erreur à travers les livres. Les livres sont devenus des sortes de compagnons d’étude pour l’étudiant qui met en eux toute sa réflexion. Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l disait toujours qu’il n’y a pas la moindre crainte d’interdiction d’étudier la nuit alors que l’on ne va probablement pas trouver de compagnon d’étude, puisqu’on étudie profondément dans les livres qui sont nos maitres et nos compagnons d’étude. (Comme il l’écrit dans son livre Halih’ot ‘Olam à la fin du volume 8).

De même, le Gaon Rabbi H‘aïm FALLAG’I - dans son livre Guinzé H’aïm – cite un appui à cela, à partir de l’explication donnée par le Maharam Mints sur l’enseignement de nos maitres « Acquiert-toi un compagnon d’étude ». Le mot « acquiert » se dit « Kéné » qui a la même racine étymologique que le mot « Kané » qui signifie « la plume ». L’enseignement de nos maitres fait donc allusion aux livres qui sont rédigés avec « la plume », et qui sont donc pour nous de véritables « compagnons d’étude ».

Le Gaon Ya’abets (Rabbi Ya’akov Ben Tsévi, fils du H’ah’am Tsévi) ajoute à cela dans l’introduction à son rituel de prières, que les étudiant d’Erets Israël ne sont pas concernés par cet interdit, puisque l’air de la terre d’Israël procure de la sagesse aux étudiants qui s’y trouvent. Grâce au mérite de la sagesse supplémentaire que possèdent les étudiants d’Erets Israël, ils sont autorisés à étudier la Torah seuls.

Cependant, dans la pratique, il faut se montrer vigilant sur la question car même si des érudits qui connaissent et maitrisent l’étude sont autorisés à étudier seuls, ceci n’est pas un chemin commun à tout le monde, car en réalité, quelqu’un qui débute dans l’étude de la Torah et étudie seul, est facilement susceptible de rencontrer des erreurs. Par conséquent, même notre maitre le Rav z.ts.l faisait la remarque aux jeunes de ne pas étudier seuls, par crainte qu’ils ne se trompent dans leur étude. Ce n’est qu’occasionnellement qu’ils sont autorisés à étudier seuls. (Comme nous l’avons écrit dans le livre « Avir Ha-Ro’im » page 141).

En particulier pour des chefs de familles qui travaillent (« Ba’alé Batim ») et ne fixent que quelques heures pour étudier régulièrement, ils doivent avoir l’exigence particulière – eux, ainsi que leurs épouses qui doivent les stimuler à cela – d’aller étudier la Torah auprès d’un Rav érudit dans la Torah, qui craint Hachem, afin qui leur indique de façon correcte le chemin à suivre et les actes à accomplir. Grâce à cela, ils mériteront un grand bien dans ce monde-ci, comme dans le monde futur.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Law Regarding a Woman Who Forgets to Recite the Blessings of the Torah

We have explained in the previous Halacha that if one forgets to recites the Blessings of the Torah and only realizes this after one has concluded Shacharit prayers, one may no longer recite these blessings, for one has already fulfilled his obligation with the “Ahavat Olam” blessing rec......

Lire la Halacha

The Order for Lighting Shabbat and Chanukah Candles

There is a disagreement among the Rishonim as to the order of lighting Shabbat and Chanukah candles on Erev Shabbat Chanukah. The Ba’al Halachot Gedolot (commonly referred to as “Behag”) is of the opinion that Chanukah candles must be lit before Shabbat candles because women cu......

Lire la Halacha

The Law Regarding One Who Forgets to Recite the Morning Blessings

The Morning Blessings (“Birkot Ha’Shachar”) are the blessings recited every morning beginning from the “Elohai Neshama” blessing until the end of the Blessings of the Torah. Both men and women must recite these blessings, as we have discussed in the laws of the Morning ......

Lire la Halacha

Washing Dishes On Shabbat When Other Dishes Are Available

Question: May one wash dishes which are necessary for use on Shabbat even if one has other dishes to be used for the remaining Shabbat meals? Answer: Nowadays, most people own enough dishes to use for at least two meals, if not more. Based on this the above question arises: Will it be permissible......

Lire la Halacha


Washing Dishes on Shabbat Night and Pouring Water on Dirty Dishes

Question: Upon the conclusion of the Shabbat night meal, may one immediately wash the dishes for the Shabbat day meal or should this only be done during the day closer to the start of the meal? Also, is it permissible to pour water onto soiled dishes (which one no longer needs for Shabbat) so that i......

Lire la Halacha

Question: May one recite the Amida prayer in front of a curtain (covering the Aron Kodesh) which is adorned with various designs?

Answer: The Rambam writes in one of his responses (Freiman edition, Chapter 20): “It is incorrect to pray in front of garments with designs on them, even if the designs are not protruding. We usually close our eyes when it happens that we must pray in front of a wall or garment adorned with de......

Lire la Halacha

Washing Dishes Which May Possibly Be Necessary on Shabbat

Question: Is it permissible to wash dishes on Shabbat which do not seem to be necessary on Shabbat but might possibly be? Answer: In the previous Halachot, we have explained the general rule that one may not wash dishes on Shabbat if they are not necessary for the day of Shabbat itself. The sourc......

Lire la Halacha

One Who Is In Doubt If One Recited the Morning Blessings or Not

In the previous Halacha, we have discussed the general obligations regarding the morning blessings and the blessings of the Torah. We have explained that there is no difference in terms of this obligation between men and women besides for the fact that women do not recite the blessing of “Shel......

Lire la Halacha